More
    More
      Array

      Aperçu de la seconde phase de bêta fermée de Rocket League

      Après avoir participé à une première phase de bêta très encourageante mais néanmoins limitée par le contenu, notre intérêt a été largement suscité lorsque Psyonix annonça une seconde phase se déroulant entre le 13 et le 19 mai. Au programme, un nouveau stade à l’essai, un mode entraînement avec sa propre arène, et surtout le mode chaos qui permet à des équipes de 4 joueurs de se rencontrer. Pas mal de nouveautés à tester donc, mais est-ce que cela suffit à affiner notre perception du jeu ?

      Un nouveau stade relativement similaire

      Mannfield Park, le nouveau stade annoncé, n’a rien de très novateur par rapport au précédent. En effet, les décors ne sont pas très différents, la pelouse est quasi identique, et les gradins qui entourent l’arène ne changent pas grand-chose, surtout qu’ils sont là encore visuellement vides, ce qui ajoute une certaine incompréhension vis-à-vis des bruits de foule qui sont cette fois-ci plus nets, et font penser à une ambiance de stade. Malgré ce petit couac, l’ensemble est assez sympathique et ancre bien le background du titre à la fois dans une compétition sportive motorisée et un jeu de ballon plus classique. Ce stade est toujours aussi agréable à parcourir, mais hélas ne suffit pas à démontrer d’une éventuelle variété au niveau des décors.

      Rocket League_20150519215459
      Mannfield park dans toute sa splendeur

      Un mode entraînement utile

      Nous l’avions évoqué lors du premier aperçu, le gameplay est assez exigeant et pouvait obliger le joueur à une légère période d’adaptation avant de servir à quelque chose en match en ligne. L’ajout du petit didacticiel est assez bénéfique dans la mesure où il supprime cette période d’adaptation. Personnellement, j’ai même appris une ou deux possibilités de gameplay qui m’avaient échappées lors de la première bêta fermée, notamment le flip avant qui peut s’avérer très utile lors de certaines situations. Disons que le mode entraînement peut être un bon petit plus pour ne pas se retrouver perdu directement en jeu. Surtout que le joueur a la possibilité de s’entraîner seul à loisir dans une arène vide, ce qui peut être indispensable pour s’améliorer même si, hélas, cela n’aidera pas forcément à se repérer au milieu des problèmes de caméra.

      Rocket League_20150519175446
      L’Arène du mode entraînement

      Des défis bien efficaces pour s’améliorer

      Toujours liés au mode entraînement, vous pourrez participer à de petits défis qui vous mettront dans des situations bien spécifiques. Trois épreuves seront à votre disposition : tirer, marquer et tirer la balle en l’air. Un canon tirera des balles à 10 reprises dans un angle différent (sauf dans les airs où la balle est déjà placée), à vous de les réceptionner efficacement. Ces petits défis peuvent être très utiles pour vous aider à vous améliorer, vous aidant à calculer le meilleur angle de frappe, ou de saut. Une chose est sûre : si le mode entraînement accompagné de ses défis avait été disponible dès la première phase de bêta, beaucoup auraient un peu moins roulé en cercle sans trop savoir quoi faire (moi y compris pendant les premières parties). En tout cas, cela fonctionne, puisque beaucoup de monde effectuait des flips avant lors de cette deuxième phase de bêta !

      Rocket League_20150519175430
      Tout ceci est relativement bienvenu pour s’améliorer

      Un mode chaos bien nommé

      Les parties 3vs3 semblaient anarchiques lors de la première phase de bêta ? Les 4vs4 paraitront encore plus chaotiques, d’où le nom du mode ! Le principe reste globalement le même, mais avec du fun encore placé un cran au-dessus. Il est vrai que parfois, on se jette un peu dans la mêlée comme au rugby, et on nous fonce dedans sans cesse, alliés ou ennemis d’ailleurs, mais c’est ce qui fait le charme de ce mode. Ça arrive de tous les côtés, ça saute de partout, mais ce plus grand nombre permet aussi une plus grande mobilité stratégique de la part des joueurs, mais qui, il faut bien le dire, n’est encore que peu exploitée. On vous laisse en juger par vous-même avec une vidéo d’une partie maison.

      Rocket League s’étoffe, et même si ce n’est que légèrement, notre impatience à s’essayer à la version finale a été décuplée un peu plus que légèrement. Cette version, plus complète que la précédente, a affiné la connectivité et apporté à nouveau de bonnes doses de fun. Reste à voir le résultat final puisque les inconnues principales demeurent encore et toujours.

      0

      LAISSER UN COMMENTAIRE

      S'il vous plaît entrez votre commentaire!
      S'il vous plaît entrez votre nom ici

      Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.