More
    More
      Array

      Aperçu de la bêta de Warhammer The End Times Vermintide !

      Warhammer : The End Times Vermintide, le FPS coopération sur PC de Fatshark, s’est offert une bêta fermée de quelques jours pour les médias et les streamers. Just Focus a eu la chance de pouvoir s’initier à Vermintide en équipe : Exheres, Arya et moi-même. Pour être parés à l’aventure qui s’annonçait épique, nous avions tous fait le téléchargement quelques jours plus tôt. Exheres possédant une connexion proche de certaines contrées reculées (ayons une pensée émue pour Nadir), il valait mieux être prévoyant. Une première épreuve s’imposa à moi, le launcher s’ouvrait qu’en partie, m’empêchant d’accéder au bouton « Play ». Les multiples reconfigurations d’écran n’y changèrent rien, et si par malheur, je quittais le launcher, Steam devenait inutilisable. Après deux reboots d’ordinateur, une patience en train de se faire la malle et un pianotage aléatoire du clavier… Miracle, Warhammer Vermintide se lança !

      Warhammer The End Times Vermintide Bug
      Quelqu’un voit le bouton « play » ?

      Les graphismes sont pour le moment conseillés en élevés, l’ultra provoquant trop de problèmes pour être accessibles pour tous. Nous sommes donc restés vigilants en laissant la configuration élevée. Ce qui n’empêche pas les textures notamment pour les armures et leurs reflets d’être bien réalisées ainsi que les effets de magie. Les environnements sont soignés et suffisamment diversifiés pour donner une sensation d’avancée appréciable. Reste à voir si cette impression se confirme pour la totalité du jeu. La bande-son est particulièrement convaincante. Outre les ennemis qui ont chacun leur introduction musicale ou sonore, la musique mélangeant touche épique de la fantasy et sonorités punk, vous met directement dans l’ambiance. On déplorera un bug sonore, en cours de correction, qui affecte une partie des joueurs. Au lieu de la belle musique, des voix de vos protagonistes et des bruits spéciaux, vous avez une bande-son qui vous pète les oreilles. Bug rencontré par Arya et Exheres, mais pour lequel j’ai été totalement immunisée.

      Warhammer The End Times Vermintide effet de feu
      Attention à la surchauffe !

      Le Left 4 Dead de la Dark Fantasy

      Ubersreik est une ville de l’Empire, qui plie sous le poids d’une invasion de Skaven (des rats d’une taille qui vous fera pâlir). C’est pourquoi la résistance s’organise avec l’association de plusieurs héros, aux profils aussi uniques qu’atypiques. Dans l’univers bien connu de Warhammer, vous allez devoir vous associer pour les bons et mauvais jours à trois autres joueurs. Parmi les héros, vous avez le choix entre :

      Witch Hunter, Victor Saltzpyre (se joue de base avec deux pistolets et une épée rapière)
      Bright Wizard, Sienna Fuegonasus (équipée d’un bâton magique qui lance du feu et d’une épée)
      Dwarf Ranger, Bardin Goreksson (qui manipule très bien la hache et l’arbalète)
      Waywatcher, Kerillian (capable d’une grande précision avec l’arc et les doubles dagues)
      Empire Soldier, Markus Kruber (en armure lourde, avec une épée longue et une sorte de « carabine »)

      Wahammer The End Times Vermintide Markus
      Markus et son gros marteau !

      Une fois votre équipe de héros constituée, il est temps de consulter la carte des missions et de se lancer dans la bataille. A noter que tout comme dans Left 4 Dead, les alliés sont entourés d’une aura verte quand ils s’éloignent, pour mieux les repérer. Lorsqu’ils sont gravement attaqués (par un spécial) ou qu’ils sont morts, leur aura devient rouge. Chaque personnage possède cinq emplacements d’inventaire : pour l’arme secondaire, l’arme principale, le soin (potions /kit) , les potions de boost (adrénaline, vitesse…) et les bombes. Il est possible de soigner ses amis avec les soins et les relever quand ils sont tombés dans la mêlée ! Si un joueur est déconnecté ou quitte la partie, il est automatiquement remplacé par un bot. Du côté des ennemis, on notera le clonage des spéciaux de Left 4 Dead mais en version Skaven : le Gutter Runner est la version freddy des Rats et le frère caché du Hunter, les Gobadiers envoient des bombes toxiques à la façon d’une Spitter, les Rats Ogres sont des Tanks aussi puissants que résistants, le maître de meute va vous coincer et vous attirer à l’écart avec son collier tel un Smocker… Mais pas de Witch en vue. A la place, on trouve deux autres spéciaux : le Ratling Gunner qui va vous allumer avec sa sulfateuse et le Stormvermin sorte d’élite Skaven en armure lourde avec un casque à crête et une hallebarde. C’est un tacticien, adepte du un contre un, tantôt parant, tantôt attaquant et toujours à la recherche de vos faiblesses. Outre les spéciaux, votre périple sera jonché d’unités Skaven communes et de la Horde. Autant vous dire que celle-ci est souvent massive, de quoi s’adonner à un bon massacre. A chaque niveau, les ennemis sont générés aléatoirement, ce qui variera les plaisirs et les appréhensions.

      Le Rat Ogre est un Tank très efficace !
      Le Rat Ogre est un Tank très efficace !

      Les sensations en combat sont agréables, le switch d’armes est rapide, les affrontements de mêlée sont assez visuels avec des giclés et effusions de sang. Les Skaven se retrouvent amputés, décapités et tailladés à loisir. Si vous avez une aversion pour les rats, avouons-le, Vermintide soulagera votre envie de dératiser. La fin des niveaux se construit sur des objectifs bien définis comme faire exploser une porte pour avancer (à l’aide de tonneaux explosifs qu’il faut déplacer sans faire sauter), détruire les points d’ancrage de la cloche ou encore survivre en attendant le bateau.

      Voyage, voyage, plus loin que la nuit et le jour
      Voyage, voyage, plus loin que la nuit et le jour

      La touche RPG, vraie originalité

      Warhammer : The End Times Vermintide n’est pas juste une transposition de Left 4 Dead, il propose bien plus. Tout d’abord une diversité de gameplay. Les cinq personnages ne se jouent pas de la même façon, parce qu’ils sont bien plus calculés comme DPS distance, tank et DPS CAC (ne manque plus que le healer). D’autre part, ils possèdent chacun des armes qui sont propres à leur classe, qu’il est possible de gagner ou de crafter. Ainsi un même personnage peut donc s’équiper de plusieurs armes de mêlée différentes, d’armes distance et de casques. A chaque fin de niveau, le jeu vous demandera de lancer des dés, en fonction de votre score, vous gagnerez une arme. Celle-ci n’est pas nécessairement compatible avec le personnage que vous jouez, mais peu l’être pour un autre. Dans l’auberge de Franz Lohner, vous aurez accès à la carte pour lancer un niveau, à la forge que vous débloquez en changeant de niveau et à votre inventaire. La forge est un outil de craft intéressant, elle permet d’améliorer une arme déjà existante ou de fusionner 5 armes pour en créer une nouvelle.

      Le Yams de Warhammer avec de beaux cadeaux à la clef
      Le Yams de Warhammer avec de beaux cadeaux à la clef

      A la fin de chaque campagne, vous prenez de l’expérience, permettant de changer de niveau. S’il est difficile d’estimer l’utilité réelle de la montée en niveau, on peut imaginer que cela déverrouille des aptitudes, objets et ou fonctionnalités comme la forge. Avec la beta, nous avons pu tester que les trois campagnes du début : dans la ville, sur les remparts et dans la forêt. Il est possible de jouer en cinq niveaux de difficulté, le dernier « cataclysme » n’étant pas sélectionnable de base. Sans doute faut-il déjà valider les campagnes dans tous les niveaux de difficulté. Et autant vous le dire, il y a de quoi avoir mal aux dents (et aux poignets). Nous avons commencé en normal, et il était impossible pour nous de passer la moitié du premier niveau. Les dégats des Skaven étant assez importants, notamment du côté des spéciaux et son Rat Ogre qui est d’une violence sans égale. Après quelques essais infructueux, il a fallu se rendre à l’évidence et tester le jeu en facile.

      La touche RPG apporte vraiment un plus !
      La touche RPG apporte vraiment un plus !

      Vermintide s’inspire donc du système de Left 4 Dead. Loin d’être un défaut, cet aspect rend le jeu sympathique, c’est un peu comme revoir un bon copain. Mais au-delà de ce choix revendiqué, Fatshark a su distiller les éléments propres à l’univers de Warhammer. L’expérience, les jets de dés et les niveaux de difficulté, ainsi que les objectifs secondaires comme ramasser les 3 tomes (vous obligeant à faire un choix entre porter le tome ou un kit de soin) font une force de Warhammer : The End Times Vermintide, lui donnant une grande rejouabilité. Souhaitons que le jeu au complet soit aussi convaincant que la bêta et qu’il puisse s’imposer comme la référence des FPS en coopération de la Dark Fantasy. 

      Warhammer The End Times Vermintide panoramaWarhammer The End Times Vermintide forêtWarhammer The End Times Vermintide Carte

      Warhammer The End Times Vermintide mêléeWarhammer The End Times Vermintide SkavenWarhammer The End Times Vermintide Aubergiste

      1 COMMENTAIRE

      LAISSER UN COMMENTAIRE

      S'il vous plaît entrez votre commentaire!
      S'il vous plaît entrez votre nom ici

      Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

      Publicité