More
    More

      [Live Report] Rock En Seine : Enfin de retour !

      Après deux ans d’absence, Rock en Seine a fait son grand retour lors de la dernière semaine du mois d’août. Grand rendez-vous incontournable qui clôture la saison estivale des festivals, ReS s’est étalé sur 4 jours en commençant par un démarrage spectaculaire lors de sa première journée principalement consacrée au rock britannique et irlandais.

      RES22 JOUR01 AMBIANCE ZELIENOREDA 7132 scaled

       

       

      13h30 – En route pour le domaine de St Cloud, je converse avec trois jeunes femmes qui elles aussi se rendent à ce jour d’ouverture de festival. Tout comme moi, c’est leur premier Rock en Seine. Les 3 jeunes étudiantes réunionnaises sont enthousiastes à l’idée d’enfin découvrir le festival dont elles avaient tant entendu parlé. Moi de même. Elles savent exactement qui elles veulent voir – Yungblud, Idles, Arctic Monkeys principalement – et on en discute. C’est la première fois qu’elles sont en métropole (pour leurs études) et elles ont sauté sur l’occasion pour faire leur premier festival. Cet enthousiasme qu’elles ont, je le ressens à chaque fois que je vois un.e festivalier.e entrer dans le tram. Je peux déjà sentir que ce Rock en Seine a un impact plus important, peut-être parce qu’il est grandement attendu. En tout cas, pour mes trois interlocutrices, c’est le cas.

       

      15h30 – Le festival ouvre ses portes et les festivaliers présents en masse s’agglutinent et courent pour rentrer dans le festival. Certains et certaines se pressent vers la Grande Scène dans l’espoir d’être bien placé.es pour voir les rockeurs britanniques d’Arctic Monkeys. C’est impressionnant à voir toute cette détermination mais c’est aussi la preuve du manque et de l’impatience des fans qui n’attendent qu’eux. La question reste est-ce que rater tous les concerts présents sur les autres scènes en vaut la peine ?

       

      16h30 – Après avoir fait un tour et interviewé Baby Queen. J’arrive juste à temps à la Grande Scène pour écouter le tube “abcdefu (angrier)” de l’artiste américaine GAYLE. La jeune femme réussit l’exploit de faire chanter le public en reprenant en cœur son refrain. Elle a de la présence et de la voix et la chanson passe vraiment bien pour un festival. Pour le peu de temps que j’aurais passé à son set, il aura été très agréable.

      RES2022 Jour00 Gayle 1 OlivierHoffschir 4 scaled

       

      17h30 – C’est à la scène Firestone que je découvre le groupe irlandais NewDad. Un très jeune groupe dont je ne connaissais pas la musique – un mix entre pop vaporwave et rock indie- qui sera ma surprise de ce festival. Les deux leadeuses du groupe, Julie et Áindle, semblent être ravies de jouer leurs chansons et le public semble apprécier grandement le set. NewDad est définitivement un groupe dont j’ai envie de voir la progression dans le temps et qui mériterait à l’avenir un set plus long.

       

      18h20 – L’une des artistes que j’attendais le plus se produit sur la scène du Bosquet : Beabadoobee. Cette auteure-compositrice de 21 ans performait pour la première fois en France et cela ne semblait absolument pas lui faire peur. Au contraire, Beabadoobee était ravie de voir que le public français était au rendez-vous – certains et certaines ayant préparé des pancartes pour l’occasion – et le montrait clairement avec la joie qui émanait de son visage souriant. Elle et son groupe ont pu nous embarquer dans son univers grunge et à la fois bedroom pop en jouant autant des chansons de ses EPs “Lice”, “Lovebug” que de ses albums “Fake It Flowers” (2020) et l’excellent “Beatopia” sorti en juillet dernier. Le set d’une heure m’aura émerveillée et fait grandement espérer pour un potentiel concert de la jeune artiste philippine à Paris. Une artiste définitivement à suivre et à soutenir !

       

      18h30 – À la scène Cascade, ce sont les irlandais d’Inhaler qui électrisent la masse qui est venue les voir. J’ai eu la chance d’être très bien placée et de vivre pleinement le concert. Inhaler est maintenant habitué des concerts en France – j’ai eu l’occasion de les voir à deux reprises avant ReS – et de la ferveur du public français. Quoique de nombreux britanniques et irlandais étaient venus nombreux les voir pour leur set. La prestance du groupe est toujours aussi présente et leur communication avec le public toujours aussi au point, même si on ne comprenait pas toujours les paroles du frontman Eli Hewson. Un excellent moment qui se termine en beauté par les singles “Cheer Up Baby” et “My Honest Face” que le public s’est empressé de chanter à l’unisson. Un set très mémorable malgré sa courte durée de 45 minutes.

      RES2022 Jour01 Inhaler 1 OlivierHoffschir scaled

       

      19h30 – À peine le temps de regarder la foule se disperser à la fin du set d’Inhaler que la course vers la scène Firestone commence. Là bas, c’est Baby Queen qui monte sur la (petite) scène et arrive à tellement bien l’occuper qu’on aurait eu envie de lui donner celle du Bosquet ou de la Cascade. La foule se remplit au fur et à mesure que Baby Queen enchaîne ses deux premières chansons et réussi à faire danser le public. Elle est énergique, ravie d’être là et en communion avec ses fans qui pour l’occasion lui ont préparé des pancartes très sympas qui font la promotion de son prochain single, “Lazy”. Facilement embarqué par son aura, le public se retrouve à faire exactement tout ce qu’elle dit comme sauter à un moment précis ou faire semblant de dormir pour un TikTok. Un set inoubliable qui donne envie de la revoir très vite (aucun regret d’avoir raté IDLES pour elle) !

      RES Jour 1 Baby Queen © Christophe Crénel 10 scaled

       

      20h30 – Enfin l’heure de Dublin City ! Si il y a bien un groupe que je voulais absolument voir c’est bien Fontaines D.C, et ça vaut le coup. La scénographie est aussi sublime que la voix de Grian Chatten qui se donne corps et âme sur scène. On apprécie le rock bien post punk bien dur de ces irlandais qui auront rendu le public de la scène Cascade complètement dingue. J’ai crié pendant “Nabokov” et j’ai bien dansé pendant ce set qui est – à mes yeux – le plus réussi pour cette première journée de festival. Dommage que vers la fin, le public ait raté le superbe “Boys In The Better Land” pour migrer vers la Grande Scène et enfin voir la tête d’affiche du festival…

      RES2022 Jour01 Fontaine D.C. 2 OlivierHoffschir scaled

       

      21h45 – Il est venu le temps pour Jamie Cook, Matt Helders, Nick O’Malley, Alex Turner et Andy Nicholson de monter sur scène. Le public s’impatiente mais dès que les premières notes de Do I Wanna Know se font entendre c’est l’euphorie. C’est partie pour un long set de folie où les Arctic Monkeys de Sheffield ont pu jouer les chansons iconiques de leur catalogue. Tout cela en nous présentant en français leur nouveau single « I Ain’t Quite Where I Think I Am » en avant première. Le set était vraiment bon malgré des problèmes de son et une impression de mou à certains moments de la part du frontman Alex Turner. Il était tout de même ravi d’être sur scène ne cessant pas de remercier son public en français. Un concert qu’il ne fallait absolument pas rater et qui a clôturé en beauté la journée d’ouverture de ce festival confirmant au passage, l’importance du Rock en Seine en France comme à l’international. Je n’ai qu’une seule hâte : être en 2023 pour la 20e édition qui devrait d’ores et déjà s’annoncer comme une célébration de la musique monumentale !

       

      e1fb4c113f549f15d396f205bdafe9e5?s=117&d=mm&r=g
      Honorine Boudzoumouhttps://honorine.contently.com/
      film enthusiast. kind of a writer. artist & actress.

      LAISSER UN COMMENTAIRE

      S'il vous plaît entrez votre commentaire!
      S'il vous plaît entrez votre nom ici

      Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

      Publicité