More
    More

      [Report] Kodaline charme le Trianon

      Après un concert à Lisbonne, Kodaline gâte Paris avec un concert au Trianon ce 21 octobre.

      Le quatuor irlandais revient à Paris avec son nouvel album, Politics of Living, sorti le 28 septembre. C’est justement la création de cet album qui a causé l’annulation de leur dernière tournée européenne.

       

      Wild Youth : une première partie chaleureuse et dansante

      C’est Wild Youth qui ouvrait la partie. Ce groupe pop-rock venu de la même région que Kodaline a bien su chauffer la salle ! C’était leur première apparition en France et ils ont saisi l’occasion pour amadouer le public parisien. Dynamiques et maîtrisant la scène à merveille, ils ont réussi à établir un lien intime avec la salle en présentant leurs nouvelles chansons.

      DSC 0506
      © Patrycja Toczek

       

      Conor O’Donohoe (chant et piano), Dave Whelan (chant), Edward Porter (guitare) et Callum McAdam (batterie) nous ont fait oublier un instant les premières fraîcheurs d’octobre avec des chansons dansantes et chaudes, qui nous rappellent les soirées près d’un feu de camp à la plage. Quand ils annoncent que c’est leur dernière chanson, le public proteste. Pour un dernier moment de complicité, Dave invite tout le monde à chanter Can’t Move On avec lui, en nous rassurant qu’il nous apprendra les paroles. Chose promise, chose faite : la salle et le groupe chantent en unisson. Wild Youth est un groupe qu’il faut sans aucun doute suivre de près !

      DSC 0561
      © Patrycja Toczek

       

      Kodaline : un concert émotionnel

      Pour commencer, Kodaline choisit un cadre intimiste avec des lumières tamisées. Sans se faire attendre, les membres commencent avec le tout doux et envoûtant titre Follow Your Fire de leur nouvel album Politics of Living. La salle est tout de suite plongée dans leur univers indie-pop, qui a si bien conquis le cœur de nombreux. Des paroles remplies d’émotions, des mélodies se rapprochant des ballades folk, le groupe a compris la recette.

      DSC 0663
      © Patrycja Toczek

      S’en suivent Brand New Day et Ready to Change, chantées par une grande partie du public. Après une brève présentation en français « Nous sommes Kodaline, » Steve Garrigan (chant, piano, guitare) annonce qu’ils chanteront des titres sortis de tous leurs albums, anciens et nouveaux confondus.

      DSC 0734
      © Patrycja Toczek

      Dès que le public reconnaît Brother, sûrement le titre le plus connu de leur dernier album, il commence à le chanter. D’ailleurs, chaque chanson est accompagnée du public et fortement applaudie. Le concert est conçu en crescendo. Head Held High marquera un moment fort. Steve incite la salle à accompagner le titre avec des « la la la » en suivant le tempo, toujours plus fort. Certaines personnes sur les balcons se lèvent et la salle se balance en rythme.

      DSC 0815
      © Patrycja Toczek

      « Bonsoir. Où est mon chien ? That’s one of the sentences that I learned. » rigole Steve. Il va se retrouver seul avec son piano pour The One, chanson écrite à l’occasion du mariage de son ami. Quand les autres membres du groupe, Vinny May (percussions), Jason Boland (basse) et Mark Prendergast (guitare, piano) reviennent, on peut réellement voir qu’ils s’amusent sur scène, et ils le partagent ! Le groupe irlandais enchaîne avec principalement des titres de son nouvel album, ainsi que Raging, sa collaboration avec le producteur Kygo. Un drapeau français fait même son apparition.

      DSC 0764
      © Patrycja Toczek

      L’annonce de fin de concert suscite des « bouuuuuuh », c’était clairement trop court ! Steve remercie une dernière fois Paris et assure qu’ils reviendront très bientôt. Il remplace même les paroles « love will set you free » par « Paris will set you free ». Après avoir fait durer la chanson, quitté la scène et un court rappel de la part des fans, Kodaline revient pour nous chouchouter avec All I want et High Hopes que tout le monde connaît évidemment par cœur.

      Kodaline a su montrer encore une fois qu’il maîtrise les lives comme des rois. La setlist est fluide, la scénographie maîtrisée et la performance contrastée, on ne s’ennuie jamais ! On regrettera cependant le dialogue très faible avec le public : les membres de Kodaline nous avaient habitué à des anecdotes drôles et des moments de complicité. Heureusement, l’énergie positive qu’ils dégagent rattrape !

      LAISSER UN COMMENTAIRE

      S'il vous plaît entrez votre commentaire!
      S'il vous plaît entrez votre nom ici

      Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

      Publicité