[Report] King Princess brille au Badaboum

[Report] King Princess brille au Badaboum

Ce mardi 18 septembre, la chanteuse américaine King Princess s’est présentée au Badaboum pour une première fois en France face à des centaines de fans.

Avec Make My Bed, premier EP de la chanteuse comprenant les hits Talia et 1950devenu célèbre suite à un tweet des paroles de la chanson par Harry Styles et son image très queer, King Princess est devenue peu à peu une force dans la musique indie-pop et une figure importante dans la communauté LGBTQ. Ce qu’elle a pu démontrer au Badaboum.

 

Un concert plein d’énergie 

Une chose est claire : King Princess a le rock’n’roll dans les veines. D’un côté, par son attitude : bière en main, elle enchaîne les morceaux en buvant et fumant une cigarette. Parallèlement, ses morceaux ont tendance à atteindre une atmosphère plus rock que dans l’EP, pour encore plus d’énergie qu’en studio.

Cependant, elle ne laisse pas de côté les moments nostalgiques. King Princess a décidé de commencer calmement le concert assise sur un piano avec l’intro Make My Bed. De même, elle a dévoilé à son public des morceaux inédits tels que le fragile Best Friend, pour finir avec le romantique 1950 : « I hate it when dudes try to chase me, But I love it when you try to save me » (Je déteste quand les mecs essaient de me draguer, mais j’aime quand tu essaies de me sauver), chante-t-elle au début.

Crédit photo : Céline Guignier (Instagram: @forpopsake)

De plus, son engagement envers la communauté LGBTQ reste toujours présent. Durant le concert, elle parle avec plusieurs femmes du public euphoriques devant la beauté androgyne de la chanteuse. Avant d’interpréter son dernier morceau, elle ajoute « This one’s for the gays », suivi des cris de la foule.

King Princess est une perle rare dans l’industrie musicale. Rock’n’roll, queer, pop, indie, rebelle, sexuelle. Voilà quelques mots pour décrire la chanteuse. King Princess utilise plusieurs sources d’inspiration, notamment la communauté LGBTQ dont elle fait partie, pour créer quelque chose de sensible, une pop qui touche en plein coeur, unique et autonome. Avec un seul EP sublime sous la main, elle ne fait que commencer, et nous sommes impatients de découvrir la suite.

Crédit photo à la une : Céline Guignier (Instagram: @forpopsake)

Laissez votre commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.