More
    More

      MarJ : La fleur découverte dans l’Atlas de Twinsmatic

      Le 3 avril dernier, l’ancien duo Twinsmatic, devenu solo depuis, sortait son nouveau projet intitulé Atlas, cinq ans après l’EP Nowhere. Présenté comme un voyage imaginaire défiant les restrictions bien réelles du confinement, le projet a la carrure d’un véritable album et nous dévoilait effectivement de jolies surprises. Petit coup de projecteur sur l’une d’elle.

      Devenu au fil des années une référence du beatmaking français grâce à des collaborations réussies avec Booba, Damso, ou encore Ateyaba (anciennement Joke), pour ne citer qu’eux, Twinsmatic s’est naturellement centré et concentré sur le versant instrumental de la production d’un morceau de rap pour Atlas.

      Le beat d’abord

      JustFocus vous en parlait à la sortie d’Atlas : dans la même veine que les récentes pépites d’Ikaz Boy ou de l’excellent Myth Sizer, Twinsmatic a placé la cohérence au centre de ses préoccupations. Les transitions ingénieuses qui entrelacent entre-elles les treize pistes d’Atlas sautent de suite aux oreilles. Chaque instru’ débute et se fond dans la track d’avant, avec une telle fluidité qu’on croirait écouter… une longue prod’ de 43 minutes. C’est impeccable et c’est la signature d’Atlas. Il y a du niveau.

      De fait, l’immersion est totale. L’ambiance de cette production musicale au long cours oscille entre beats trap massifs, presque sombres, ou atmosphères cloud, vaporeuses et éthérées. Enfin, s’il fallait s’y attendre de la part d’un beatmaker, le mix n’en demeure pas moins exceptionnel.

      Plus d’un mois après sa sortie, on n’a pas oublié les invités présents sur le projet. Quelle guestlist ! Y figurent, en vrac, Ash Kidd à deux reprises, Dinos, SCH, 13 Block, Koba La D, Box, Slimka, Mister V, Dosseh, et surtout… MarJ. Cette dernière interprète le premier titre en anglais, IBTU, ainsi que la track RAISON, en français cette fois-ci. Si certains noms composent le beau monde du rapgame actuel, celui de la jeune artiste fait partie, avec Box, des artistes novices du projet.

      La fleur de l’Atlas

      Dotée d’un style particulier, d’une voix qui rappelle celle de Shay et d’un flow à la Damso, à la fois ciselé et engourdi, MarJ ne passe pas inaperçue. Et c’est tant mieux, puisque ce n’est pas son but. Le 20 mai dernier, l’artiste dévoilait son premier morceau clippé officiel sur sa chaîne YouTube, intitulé Bouquet et logiquement produit par Twinsmatic.

      On y découvre une esthétique apaisante, aux jolies couleurs qui accompagnent l’artiste. Pieds (J’s, surtout) dans l’eau en bord de mer, MarJ est nonchalante et mélancolique. On entendrait presque le déferlement des vagues. La voix douce et posée de MarJ déroule un texte sentimental, évoquant à priori une séparation. L’artiste semble d’ailleurs contempler son histoire aux premières lueurs du matin… MarJ martèle son refrain entêtant sur une instru’ cloud nébuleuse et ouatée. En clair, la sensation de se lover dans du coton.

      Signée sur le label de Twinsmatic, TSC Music, MarJ est une néophyte prometteuse. Si elle est encore peu exposée, on vous conseille néanmoins de l’attendre au tournant de ses réseaux. La reconnaissance ne saurait tarder… Ses apparitions de qualité sur Atlas constituent en effet un bon tremplin pour se lancer en solo et Bouquet en est la preuve. Le printemps est bien là : il n’y a plus qu’à guetter l’éclosion du bourgeon MarJ.

      0

      LAISSER UN COMMENTAIRE

      S'il vous plaît entrez votre commentaire!
      S'il vous plaît entrez votre nom ici

      Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.