More
    More

      [Jour 1] Le festival Rock en Seine s’ouvre en grande pompe

      Le soleil était bien au rendez-vous (assez rare pour le souligner) au festival Rock en Seine, dans le Parc du Domaine National de St Cloud. Un premier jour qui augure du bon pour la suite des festivités.

      @Olivier Hoffshir
      @Olivier Hoffshir

      Rock en Seine, 3 jours de festival, une programmation riche et éclectique, 36 degrés au soleil. Pour cette journée d’ouverture en ce vendredi 26 aout, un line-up conséquent qui a su proposer une palette large d’artistes qui régalent les festivaliers venus sous la chaleur terrassante de cette fin d’été.

      Au programme, du rock indé, de la pop suave, du reggae, de l’électro bien pesée, des basses funk et de la new wave tonitruante.

      Caravan Palace ouvre la danse sur une Grande Scène  bien remplie : l’électro swing des Français est à la hauteur de ce qu’on connaissait. Sous un soleil de plomb, le groupe se donne au maximum pour régaler la masse compacte des amateurs de jazz manouche électro. Pas de répit non plus lorsqu’il s’agit d’aligner les tubes : Suzy, Jolie Coquine ou Mighty.

      @Victor Picon - Vendredi 26 août
      @Victor Picon – Vendredi 26 août

      Un peu plus loin sur la Scène Ile-De-France (qui propose des jeunes artistes issus de la branche francilienne), on retrouve les 3 gars d’Einleit, qui à défaut  de se produire sur une grande scène, transforme le petit chapiteau en terrain de jeu musical, tout cela avec une aisance parfaite.

      Les tambours de Bastille résonnent déjà que une communauté de fans se sont amassés pour entendre le groupe londonien. Mélangeant les tubes de leur premier opus (Of the Night, Things we Lost in the Fire, Pompéii) avec des nouveautés puisées dans la même veine pop rock, les Anglais ameutent les festivaliers en proposant un alliage des percussions tellement reconnaissables avec la voix claire de leur leader Dan Smith.

      @Victor Picon - Vendredi 26 août
      @Victor Picon – Vendredi 26 août

      Damian Marley, fils de l’illustre Bob, rejoint l’équipe des Grands du reggae, en proposant sur la scène de la Cascade, un reggae maitrisé, tandis que le drapeau rouge-jaune-vert flotte devant un public très réceptif. Petit plaisir en fin de concert, la reprise de Could You Be Love de Bob Marley.

      La surprise de cette journée a surement été les Two Door Cinema Club, qui après avoir donné des tubes il y a quelques années (I Can Talk, Something Good Can Work, What You Know), reviennent dans l’actualité musicale avec un album qui contient quelques pépites. Rien de quoi chambouler leur univers pop rock aux guitares acidulées, mais qui sonne toutefois comme la renaissance de ces maîtres de la mélodie.

      Après avoir passé quelques minutes inoubliables sur la scène Ile-De-France avec Rendez-vous et leur new wave transcendante, revenons sur l’électro de Birdy Nam Nam qui contient un set parfait, où résonne un concentré de leur presque quinze ans de scène.

      Fin de soirée oblige, il faut faire face au dilemme de la programmation qui propose à la même heure la tête d’affiche les deux lascars des Last Shadows Puppets et Breakbot, le DJ français gravé dans les mémoires de l’électro funk. Une belle énergie pour les Anglais Alex Turner et Miles Kane, dont le dernier album Everything You’ve Come to Expect apparait déjà comme celui des plus belles retrouvailles, après que chacun ait connu des chemins différents avec leurs groupes respectifs.

      @Victor Picon - Vendredi 26 août
      @Victor Picon – Vendredi 26 août

      Quant à Breakbot, on adhère à la veine disco-funk du protégé de Ed Banger, s’entourant pour son set de plusieurs instruments et de voix, qui rendent la prestation dansante.

      Comme on vous l’avait déjà annoncé il y a quelques mois, celui qu’il fallait suivre était à Rock en Seine pour cette première journée. Le brillant touche-à-tout de l’électro pop française Flavien Berger a su comme à son habitude, imaginer la rencontre entre poésie et dérision, electro et dream wave, français et anglais. Le point d’orgue ayant eu lieu avec l’arrivée d’un trio de cordes (violon, violoncelle, alto) pour magnifier le (déjà) grand titre, Léviathan. Et on n’aurait pas su imaginer meilleure page de fin que le sublime Trésor, Flavien Berger, descendu dans la fosse, en communion avec un public aux anges.

      @Olivier Hoffshir - Vendredi 26 août
      @Olivier Hoffshir – Vendredi 26 août

      Rendez-vous demain pour la suite du festival Rock En Seine avec Massive Attack, La Femme, Naive New Beaters et plein d’autres !

      0

      LAISSER UN COMMENTAIRE

      S'il vous plaît entrez votre commentaire!
      S'il vous plaît entrez votre nom ici

      Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.