More
    More

      [Interview] Novo Amor se dévoile dans Birthplace, son premier album

      Le 24 octobre dernier, Novo Amor était à Paris pour faire découvrir son premier album, Birthplace. Un album intime et sensible plein de lumière. Ali John Meredith-Lacey, le chanteur, a bien voulu répondre à quelques questions par mail afin de nous permettre de mieux cerner cet artiste intérieur et fascinant.

      Sa musique se situe entre James Vincent McMorrow, Keaton Henson et Olafur Arnalds. Une douceur dans la voix et une sensibilité à fleur de peau, le tout accompagné par un arrangement soigné et authentique. Novo Amor, le nouvel amour est un projet brillant sur lequel nous avions plein d’interrogations…

      Novo Amor au MaMA Event 2017

      D’où viens-tu et comment es-tu arrivé à la musique ?
      Je viens de la campagne du Pays de Galles au Royaume-Uni. Ma relation avec la musique a commencé très jeune, peut-être à 5 ou 6 ans. Je me souviens avoir regardé mon père jouer de la batterie et de la guitare et avoir voulu en jouer aussi. Mon obsession a pris le dessus à l’âge de 13 ans lorsque j’ai acheté mon propre kit de batterie et que je me suis véritablement mise à la musique en regardant des cassettes vidéo de skateboard.

      Est-ce que la musique folk a toujours été ta musique de prédilection ?
      Le punk et le rock ont ​​été mes premiers amours. la musique folk n’a attiré seulement mon attention qu’à l’âge de 19 ans, après un été passé aux États-Unis. J’ai beaucoup romancé la musique que j’écoutais là-bas et j’ai eu l’impression que c’était une sorte de révélation musicale.

      J’ai lu que Novo amor est né après une rupture. Est-ce que la musique est une thérapie, un échappatoire pour toi ?
      Essentiellement, oui c’est exact. Je pense que c’est important pour moi de sentir que j’ai un but, que ce soit juste quelque chose à faire au jour le jour, ou un grand objectif qui me motive et garde mon esprit occupé. La naissance de Novo Amor a été pour moi une tentative d’analyser ma vie personnelle, de me prouver que je pouvais être tenace et crier un glorieux « Fuck you ! » face à cette rupture.

      Deux ans se sont écoulés entre ton premier et ton deuxième Ep. Qu’as-tu fait à ce moment là ?
      En fait, je vois Woodgate, NY (2014) et Bathing Beach (2017) comme des sœurs, écrits dans le même esprit à propos de la même période de ma vie, mais à des moments différents. Je pense que les écarts d’écriture sont importants et entre les EP, j’ai publié quelques singles au hasard ainsi qu’un travail collaboratif avec l’artiste Ed Tullett. L’année dernière, mon attention a été entièrement consacrée à Birthplace.

      Sur ton deuxième Ep Bathing Beach tu ajoutes des cordes pour la première fois. Qu’est-ce qui t’a amené à cette instrumentation ?
      Au cours des dernières années, je me suis ouvert sur ce que Novo Amor est et pourrait être, et, laisser les autres personnes s’impliquer a joué un rôle important dans ce processus. Ce projet me tenait très à cœur au début ; je voulais écrire et jouer tous les instruments des enregistrements, pas de manager ni faire de concert. J’ai invité un violoniste – un de mes amis – à jouer sur Bathing Beach et cela a complètement changé le timbre de Novo Amor. À partir de ce moment, j’ai ajouté des cordes, des cuivres et d’autres éléments orchestraux sont apparus régulièrement dans ma musique, comme on peut l’entendre dans Birthplace.

      En 2017, tu sors Heiress avec Ed Tullett. Qui est-il et comment l’as-tu rencontré ?
      Ed Tullett est un ami proche que j’ai rencontré en 2013 lors d’un de ses concerts. Depuis, nous avons passé beaucoup de temps à jouer de la guitare ensemble, à apprendre l’un de l’autre, à écrire et à enregistrer.

      Peux-tu nous parler de Heiress ? Est-ce que ce projet a eu un impact sur la création de ton propre album?
      Heiress est un catalogue de ces 4 années, accumulé au cours de semaines sporadiques d’enregistrement dans mon ancienne maison. Heiress a certainement eu un impact sur mon propre album, principalement parce que je passais beaucoup de temps avec Ed lors de la conception de Birthplace. Nous écrivions des tas idées, et beaucoup d’entre elles ont fini par devenir des chansons pour mon album. Birthplace semblerait complètement différent sans Heiress.

      Depuis 2016, ta musique se rapproche de plus en plus de la musique de film. Choix ou hasard ?
      Le hasard, je pense.

      J’ai lu que ta musique est souvent celle du conflit intérieur, des tourments… qu’est-ce qui t’a tourmenté pour écrire ton album ?
      Je ne me sens pas du tout comme un artiste tourmenté. Je suis incroyablement reconnaissant de pouvoir parcourir le monde et faire de la musique. Je pense que quand un artiste commence, il y a une lutte. Parfois, je ne pouvais pas payer mon loyer, alors que je travaillais chez un glacier pour pouvoir faire de la musique le soir. La lutte avec Birthplace était plus avec moi-même ; essayer de respecter les échéances et de dépasser mes propres attentes tout en y répondant. Ce n’est pas une façon très saine de travailler et de créer.

      Retrouvez la Review de Birthplace

      Tes Ep était plutôt autobiographique mais qu’en est-il de ​Birthplace​ ? Comment a-t-il été enregistré ?
      J’ai emménagé dans une nouvelle maison, une sorte de dépendance avec un espace de vie au premier étage. J’ai démoli les murs, élevé les étages et réunit le salon et la deuxième chambre en un espace plus grand où je me suis installé un studio. J’ai ensuite passé les 12 prochains mois à enregistrer et à accumuler des instruments, travaillant 15 heures par jour, la plupart du temps. L’album reprend les mêmes concepts que Bathing Beach et Woodgate, NY. C’est fermement inspiré par mon séjour dans ces lieux, mais d’une manière plus joyeuse et plus festive. Il y a une petite pitié de moi dans l’album.

      ll semblerait qu’il y ait beaucoup de thématiques fortes dans ce premier album…
      C’est très personnel en fait. La signification des chansons provient d’histoires que j’ai entendues, de mes relations avec des amis, de ma relation avec moi-même et des sept dernières années.

      A quoi correspond le morceau 13494 ?
      C’est un moment de calme et une transition dans l’album. 13494 est un code postal aux États-Unis. Cet endroit est au bord d’un lac où je pouvais passer toutes les nuits pendant sept semaines absorbé par l’immensité du ciel. J’avais 19 ans et j’étais à 3000 km de chez moi. Ce fut une période de changement dans ma vie.

      Surtout ton site, tu parles d’environnement. Qu’est-ce que Birthplace et comment es-tu arrivé sur ce projet ?
      Le projet vidéo Birthplace a pour but de sensibiliser au problème du plastique dans les océans. Les réalisateurs Sil & Jorik – qui ont également créé une magnifique vidéo pour ma chanson avec Ed Tullett Terraform – nous ont présenté le concept et c’était trop beau pour ne pas dire oui. Je tiens beaucoup à notre environnement et pense que nous devrions tous être sérieusement préoccupés par notre avenir. L’idée qu’en 2050, il y aura probablement plus de plastique que de poisson dans l’océan devrait suffire à faire réfléchir les gens sur leurs usages, la destruction, la pollution et ses effets sur nos vies, notre écosystème.

      A propos du clip Utican : tu disais que Utica est un endroit où tu t’étais senti chez toi quand tu étais à NY. Quel est le lien entre la chanson et les images ?
      Utican (c’est-à-dire un résident de la ville d’Utica) consiste à réaliser dont vous n’avez plus besoin dans votre vie. C’est une joyeuse prise de conscience : vous êtes libre d’être libre. La vidéo du réalisateur Ethan Graham est sa propre interprétation de la chanson. Il raconte la brève histoire d’un jeune garçon qui doit faire face à la perte de sa mère tout en maîtrisant sa sexualité.

      Que représente Birthplace pour Novo Amor ?
      Birthplace n’est que le dernier chapitre de Novo Amor…

      Retrouvez la Review de Birthplace

      0

      LAISSER UN COMMENTAIRE

      S'il vous plaît entrez votre commentaire!
      S'il vous plaît entrez votre nom ici

      Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.