More
    More

      Interview Flyte: Rencontre avec le groupe Londonien

      Flyte est un groupe de folk-pop britannique composé de Will Taylor, Jon Supran et Nicolas Hill. Disponible depuis le 13 mai, la première offre de leur prochain album « Easy Tiger ». Ce titre, écrit pendant le confinement par le chanteur du groupe Will Taylor est intime. En effet, Flyte nous livre une chanson intemporelle, abstraite et surtout libre d’appropriations personnelles : « Prenez-le, donnez-lui votre propre sens, et avec de nombreuses écoutes répétées et pour les années à venir, faites-le entièrement vôtre. » Sur ces mots, nous vous laissons découvrir notre interview avec cette bande Londonienne pour Justfocus.

      1. Le nom de votre groupe est le même que celui de Sebastian Flyte, personnage fictif créé par Evelyn Waugh dans son roman Brideshead Revisited écrit en 1945 ? Pourquoi ce choix ?

      Il y avait quelque chose dans ce livre qui m’a vraiment profondément marqué quand je l’ai lu pour la première fois à la fin de mon adolescence. Je ressentais une telle affinité avec le narrateur Charles Ryder, un personnage d’une classe inférieure. Regardant dans un monde qui ne lui appartenait pas, la classe supérieure. En Angleterre, la classe imprègne tout, même maintenant. On ne peut pas la voir, mais elle est là. Mon père a enseigné dans une école pour des gens très privilégiés et moi et mes frères avons grandi autour de cet environnement tout en allant à l’école de l’état sur la route et en vivant la moitié du temps avec notre mère sur le côté plus rude de la ville. Cela a inculqué une sorte de dualité culturelle dans notre façon de voir le monde. Quand il est venu à nommer le groupe, le livre avait été une telle influence sur moi qu’il me semblait juste d’utiliser le nom Flyte, l’incarnation d’un monde que je ne pénétrerais jamais. Un monde condamné que je ne pourrais jamais comprendre.

      2. Comment créer/écrire une chanson ? Est-ce d’abord l’idée d’une mélodie, d’un lyrique, d’un sentiment ? Et quelles sont vos inspirations ou vos artistes que vous admirez en ce moment ?

      Quand il s’agit d’écrire une chanson, il n’y a pas de processus fixe, et d’après notre expérience, il ne devrait pas y en avoir. Avant de commencer à créer, vous devez d’abord admettre que vous n’avez pas une idée de la façon d’écrire quoi que ce soit et vous n’avez jamais. Quand on a demandé à Thom Yorke quelle était sa plus grande force, il a répondu : « Que je n’ai aucune idée de ce que je fais ». Nous nous efforçons toujours de rester dans le monde de l’amateur passionné, où tout est une découverte. Un groupe qui s’est senti vraiment authentique pour nous récemment a été Big Thief. Nous avons eu la chance de travailler avec leur producteur Andrew Sarlo pour certains des titres de ce prochain album.

      3 . Le coronavirus a changé notre vie quotidienne. Comment avez-vous surmonté la situation? La quarantaine était-elle une expérience inspirante ou déprimante pour vous?

      Oh, c’était vraiment inspirant. Et puis c’était déprimant. C’était un soulagement étrange au début, une nouveauté. Au début, il y avait tellement de choses positives sur le plan créatif, psychologique, beaucoup de nouvelles chansons écrites, de bonnes habitudes prises, de vieux amis réunis sur des FaceTime etc. Ensuite, je pense qu’après un mois, ça a mal tourné. Je n’ai rien écrit pendant plus d’un mois. Nous devons reprendre la route bientôt ou je crains que nous ne finissions complètement dérangés.

      4. Le premier extrait de votre album « Easy Tiger » est disponible depuis plusieurs semaines. Pourquoi avez-vous choisi un style d’écriture abrupt pour exprimer un sentiment personnel comme une rupture romantique difficile?

      Eh bien, nous avons senti la franchise et la brièveté de la chanson. Elle est surprenante et nous donne le sentiment qu’il reste une histoire à venir. C’est vraiment plus un prologue à l’album qu’un single d’ouverture.

      5. Pouvons-nous nous attendre à un nouvel album ? Si oui, que pouvons-nous attendre de votre nouvel album, pouvez-vous nous en dire un peu plus ?

      Oui, il y a vraiment un album attaché à Easy tiger, il met en place ce que le disque est tout au sujet : une ode à une année pleine de chagrin et de perte. Ces chansons sont un moyen d’exorciser nos démons et surmonter les douleurs que nous avons vécu l’année dernière. Il y a presque toutes sortes d’émotions là-dedans, les dix étapes de la rupture.

      6. Vous avez déjà sorti quelques singles, EPs, un album et peut-être un autre en cours. Avez-vous déjà pensé que votre carrière irait dans ce sens ? Avez-vous le temps ou le désir de faire autre chose que de la musique?

      Nous n’avons jamais vraiment remis cela en question. C’est ce que nous avons toujours fait, depuis que nous sommes enfants, je ne pense pas que nous ayons jamais envisagé autre chose. Je suis sûr que certaines activités en dehors de celles liées à la musique vont commencer à se faire sentir, mais cela ne s’est pas encore produit.

      7. Et enfin : si vous deviez vous décrire en un seul adjectif, quel mot choisiriez-vous?

      « Je ne sais quoi ».

      Nous n’avons plus qu’une hâte, découvrir le nouvel album de Flyte !


      Flyte is a British folk-pop band composed of Will Taylor, Jon Supran and Nicolas Hill. Available since May 13, the first release of their upcoming album « Easy Tiger ». This title, written during the quarantine by the singer of the band Will Taylor is intimate. Indeed, Flyte gives us a timeless song, abstract and above all free of personal appropriations: « Take it, give it your own meaning, and with many listens repeated and for years to come, make it entirely yours. » With these words, we let you discover our interview with this band from London for Justfocus.

      1. The name for your band is the same as Sebastian Flyte, fictional character created by Evelyn Waugh in his novel Brideshead Revisited written in 1945? Why this choice ?

      There was something about that book that really cut deep into my soul when I first read it in my late teens. I felt such an affinity with the narrator Charles Ryder, a character from a lower class looking into a world that didn’t belong to him, the upper class. In England, class permeates everything, even now. You can’t see it but it’s there. My Dad taught at a school for very privileged people and me and my brothers grew up around that environment whilst actually going to the state school up the road and living half the time with our Mum on the rougher side of town. This instilled a kind of cultural duality in how we viewed the world. When it came to naming the band, the book had been such an influence on me that it felt right to use the name Flyte, the embodiment of a world I would never penetrate. A doomed world I could never understand.

      2. How do you create/write a song ? Is it at first with the idea of a melody, a lyric, a feeling ? And what are your inspirations or artists that you admire right now ?

      Well, when it comes to writing a song there’s no fixed process- and in our experience there shouldn’t be. Before starting to create you have to first admit that you haven’t got a clue how to write anything and you never have. When Thom Yorke was asked what his greatest strength was, he answered – “That I have no idea what I’m doing”. We always strive to stay in the world of the amateur enthusiast, where everything is a discovery. A band that’s felt truly genuine to us recently has been Big Thief. We were lucky enough to work with their producer Andrew Sarlo for some of the tracks on this upcoming album.

      3 . The Coronavirus has changed our daily life. How did you get through the situation? Was the quarantine : an inspiring or depressing experience to you?

      Oh, it was definitely inspiring. And then it was depressing. It was a strange relief at first, a novelty. Initially there were so many positives creatively, psychologically, lots of new songs written, good habits taken up, old friends reunited with on factimes etc. Then I think after a month or so it took a bad turn. I haven’t written a thing in over a month. We need to get back on the road soon or I worry we may end up completely deranged.

      4. The first single on your album “Easy Tiger” has been available for several weeks, why did you choose an abrupt style of writing to express a personal feeling such as a difficult romantic breakup ?

      Well, we felt the frankness and the brevity of the song would feel surprising and give people a sense that there’s more of a story still to come. It really is more of a prologue to the album than an opening single.

      5. Can we expect a new album ? If yes, what can we expect from your new album, can you tell us a little bit more about it ?

      Yes there’s very much an album attached to Easy tiger, it sets up what the record’s all about : an ode to a year full of heartbreak and loss. These songs are us exorcising the demons and pushing through the pain of last year. It has almost every shade of emotion in there- the ten stages of breaking up.

      6. You’ve already released a few singles, EPs, one album and maybe another one in progress. Did you ever think that your career would go this way ? Do you have the time or the desire for anything other than music?

      We’ve never really questioned it. It’s what we’ve always done, ever since we were children, I don’t think we ever considered anything else. I’m sure some extra curricular activities are going to start creeping in, but it’s not happened yet.

      7. Last question, if you had to describe yourself in one adjective, which word would you pick ?

      « Je ne sais quoi ».

      We are in a hurry, discover Flyte’s new album!

      0

      LAISSER UN COMMENTAIRE

      S'il vous plaît entrez votre commentaire!
      S'il vous plaît entrez votre nom ici

      Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.