More
    More

      [Interview] Evenline et leur album In Tenebris, un nouveau tournant !

      Après une incroyable release party le 24 février dernier, Evenline nous a accordé une interview pour répondre à nos question. Nous avons voulu en savoir plus sur ces français qui commencent sérieusement à faire parler d’eux. In Tenebris, leur dernier album est un nouveau tournant pour le groupe

      C’est Tom, le bassiste qui répond à nos questions et parle au nom du groupe.

      In tenebris a été financé en parti en crowdfunding, qu’est-ce que ça a apporté, changé ?

      Tom : Il est toujours difficile de financer un tel projet grâce à ses fonds propres. Prises, mix, mastering, artwork, pressage, distribution, promo, clips, tournée, tour supports … la facture grimpe rapidement pour produire un disque de qualité lorsqu’on essaye d’anticiper tout ce qu’il faut mettre en place. Nous avons donc réfléchi à une manière de financer cela et l’option crowdfunding nous a paru être une bonne alternative. Cela nous a permis d’impliquer nos fans et de leur montrer l’envers du décors… Dooweet nous a aussi été d’une grande aide en finançant une partie du projet.

      Ce dernier album est plus mature que le précédent et plus brut. Qu’en pensez-vous et qu’est-ce qui a amené cette évolution ?

      Tom : Lorsque nous avons commencé à bosser sur ce deuxième album nous avions envie de faire un truc efficace aussi bien sur CD qu’en live, plus brut, moins réfléchi. Il est en effet moins formaté Rock US que Dear Morpheus. Nous ne nous sommes pas posés de barrières et avons juste laisser nos envies prendre le dessus sans filtre et sans nous demander ce qu’allait en penser notre public. Se faire plaisir avant tout.

      In tenebris s’éloigne progressivement du Rock US. Comment définissez-vous le style d’Evenline aujourd’hui ?

      Tom : Du rock alternatif par exemple ? Les passages de scream sont assumés, les riffs plus affûtés que sur Dear Morpheus, les accordages plus bas, plus lourds. Mais le sens de la mélodie est toujours notre priorité au sein de cette nouvelle énergie.

      Est-ce qu’il y aura une version plus acoustique comme pour le précédent ?

      Tom : Pourquoi pas 😉 Nous avions pris un réel plaisir à revisiter notre précédent album de la sorte. La figure de style est super intéressante, surtout quand on prend à contre-pied l’ambiance initiale des morceaux comme sur Without You par exemple.

      Qu’est-ce qui a motivé le choix de la cover de Jamiroquai ?

      Tom : Nous reprenons ce morceau depuis pas mal de temps maintenant en live et l’accueil du public est génial à chaque fois. De la mélodie, du groove, de la puissance, ce morceau est vraiment terrible sur scène. Nous avons eu pas mal de demandes de fan pour enregistrer une version de ce titre. La sortie de l’album nous a semblé être une bonne occasion pour les satisfaire 😉

      Cet album ressemble aussi à un exutoire. Qu’est-ce que vous aviez envie d’exprimer à travers In Tenebris ?

      Tom : Arnaud traversait une période difficile au moment de l’écriture et de la composition de l’album. Les textes sont plus sombres et traduisent cet état d’esprit. C’est effectivement un exutoire et une possibilité pour lui de poser un peu ses bagages lorsqu’ils commencent à peser trop lourds pour être portés seul.

      Quel est le titre de cet album qui d’après vous représente le plus Evenline aujourd’hui ?

      Tom : Silene Capensis. Qui est totalement différent de la version démo. Nous étions partis à la base sur un morceau « métal » au tempo rapide et rythme soutenu. Mais quand nous l’avons travaillé tous ensemble nous avons tenté d’autres approches. Julien a lancé un pattern plus lourd à la batterie, Fab s’est adapté en laissant le riff principal à la basse et en ajoutant une ambiance mélodique avec quelques notes. Le riff du couplet était né pour la deuxième fois, grâce à un travail d’équipe.

      Quel sont les artistes qui vous ont inspiré pendant l’écriture de ce dernier opus ?

      Tom : Fab apporte en général l’ossature des morceaux que nous retravaillons ensuite ensemble. Ses influences orientent donc un l’ambiance générale du groupe. Il écoute vraiment de tout, du trash, du death, du black, du prog, de la musique de film, d’autres styles musicaux. Il est très curieux et ouvert musicalement. Ensuite il pioche dans toutes ces influences pour en faire sortir les riffs qui tuent 😉.

      Et ceux que vous écoutez en ce moment ? (nouveauté, recommandation)

      Tom : Dynocalypse de Raptor King (autre projet de Fab et Julien), Select Difficulty de Periphery, 24K Magic de Bruno Mars, Automatic de Don Broco

      Comment vous préparez-vous pour un concert ?

      Tom : Choix des titres de la setlist en fonction du temps de jeu, ordre des morceaux pour garder la dynamique du live et gérer les changements d’instruments en fonction des différents accordages, établir, inventer des transition inédites pour amener de la plus-valu par rapport à l’écoute d’un cd, jouer les morceaux en s’arrêtant sur les détails qui peuvent ne pas nous plaire et les maîtriser au maximum pour nous sentir libre sur scène et pouvoir bouger, affiner et synchroniser les déplacements et divers jeux de scène.

      Qu’est-ce que vous pouvez dire sur les groupes qui vous accompagne le 24 février ?

      Tom : Harmonic Generator vient de Marseille et fait un rock très efficace qui dégage beaucoup d’énergie sur scène. Conscience est un groupe de prog (dans lequel je suis à la guitare et au chant) qui adore la scène et fait du prog non démonstratif basé sur l’énergie, la mélodie et le refrain catchy. Magoa sera le groupe de plus extrême de la soirée avec en général une mise en place exemplaire, un son bien lourd et une voix saturée hallucinante !

      Vous avez fait une superbe tournée pour Dear Morpheus, qu’est-ce qui est prévu pour In tenebris ?

      Tom : Nous travaillons actuellement sur un projet du même type afin de défendre au mieux In Tenebris sur scène. C’est un travail de fou pour monter une tournée et cela demande un investissement personnel énorme.

      Avez-vous d’autres projets en parallèle dont vous voulez (pouvez) parler ?

      Tom : Conscience bien entendu qui est en phase d’écriture de son troisième album avec déjà 4 titres composés dont 3 seront joués lors de la release party du 24 février.

      Spontané, libre et définitivement Rock, Evenline a encore cette fraîcheur et cette énergie qu’on aime tant chez les jeunes groupes. On leur souhaite une belle réussite pour la suite !

      On en profite pour découvrir leur dernier clip, Silene Capensis, qui vient tout juste de sortir :

       

      0

      LAISSER UN COMMENTAIRE

      S'il vous plaît entrez votre commentaire!
      S'il vous plaît entrez votre nom ici

      Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.