More
    More

      Frank Ocean et « Blond » : génial masterpiece

      Le jeune artiste livre un album abouti, « Blond », sorti le 20 août. Un retour aux origines qui font de cet interprète mélancolique un génie. Un album dont on parlera dans 50 ans. 

      Les multiples influences de Frank Ocean, du rap au rock en passant par le jazz, auraient pu faire de lui un artiste perdu. Mais il n’en est rien. De par ses collaborations premières (écritures de musiques pour Brandy et John Legend entre autres) à la sortie du très beau « Blond », son dernier opus que tous les fans attendaient avec une impatience démentielle, on peut dire sans se tromper que Frank Ocean maîtrise l’art de la communication mieux que ses confrères. Très discret, le génie de 28 ans sait faire languir un public littéralement dévoué à sa cause.

      4 années après « Channel Orange », sorti en juillet 2012, Frank Ocean sort là son nouveau masterpiece, sobrement intitulé « Blond ». A l’écoute première, on se dit que la rareté, l’absence (4 ans, ce n’est pas rien) fait ici gage de qualité. « Blond » dit aux mélomanes : « Voilà, c’est diamant que j’ai tenu à polir ». L’album est un voyage initiatique, une poésie d’un peu plus d’une heure qui explore les tréfonds de l’âme, où la voix de Frank Ocean (parfois accompagnée de Beyoncé, dans « Pink and White ») se perçoit nettement dans un arrangement d’instruments harmonieusement utilisés. N’importe quel connaisseur sentira parfois l’ombre du grand Marvin Gaye effleurer l’inspiration d’Ocean. Il faut dire que ce dernier une vision très romantique, profonde et presque tourmentée de l’art musical. « Blond » est une sorte de retour aux racines de la musique noir-américaine, mais d’une façon très moderniste, en la mariant habilement avec des sonorités pop.

      Drogues, société de consommation ou encore sexualité : les thèmes explorés par Frank Ocean dans « Blond » sont ceux arpentés aussi bien lors de son processus d’écriture (via son très beau blog ou ses admonestations musicales) que dans sa vie. Véritable hymne de l’apaisement, « Blond » ravira ceux qui se laisseront aller dans ce très joli conte urbain. Avec un sens de la rythmique et un talent qui, définitivement, font rentrer Frank Ocean dans le panthéon des légendes.

      LAISSER UN COMMENTAIRE

      S'il vous plaît entrez votre commentaire!
      S'il vous plaît entrez votre nom ici

      Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

      Publicité