TSF Jazz Chantilly : Une première édition de toute beauté

0
152

Le week-end du 2 et 3 juillet s’est tenu le premier festival TSF Jazz au Château de Chantilly. En quelques mots, autant dire que ce fut une première expérience très réussie pour la radio TSF-Jazz. 

Tous les ingrédients et facteurs étaient au rendez-vous pour satisfaire tous les passionnés de jazz : 

  • Un cadre somptueux, au pied du Château de Chantilly,
  • Des musiciens et chanteurs prestigieux, 
  • Une acoustique de qualité avec un son immersif et puissant, « enveloppant » tout le public grâce à l’installation d’enceintes tout autour de la zone d’écoute,
  • Une organisation et une logistique remarquables avec notamment des points de restauration,
  • Même le beau temps, qui ne se commande pas, était au rendez-vous : une chance pour cette série de concerts qui s’est déroulée en plein air …

Focus sur quelques moments magiques de ce festival TSF Jazz :

Georges Cables, ce « jeune homme » de 77 ans, fort d’une expérience musicale de plus de 50 ans aux côtés de diverses légendes du jazz, nous a délivré un concert magique avec toujours une aisance pianistique déconcertante et le sourire aux lèvres, malgré une santé déficiente. Une belle prestation touchante chargée d’émotions.

Malgré sa longue expérience et une quarantaine d’albums produits, Georges avoue qu’il apprend toujours et encore et que « chaque expérience le fait grandir ». Bel exemple d’humilité au service de la musique ! »

Accompagné de Darry Hall à la contrebasse, de Piero Odorici au saxophone et de Jérôme Jennings à la batterie, Georges a su transporter le public dans une ambiance chaleureuse et enjouée.

Un grand moment de bonheur musical !

Tchavolo Schmitt, faut-il encore le présenter … L’homme au chapeau, agréable et souriant, et d’une virtuosité toujours aussi bluffante … Lui qui a toujours été passionné et admiratif de son « maitre » Django Reinhardt, a su dignement prendre la relève pour continuer à faire vivre l’esprit et la flamme de la guitare manouche, chargés à la fois de bonheur, de joie de vivre et de mélancolie.

Tchavolo, accompagné à la guitare par Julien Cattiaux, Édouard Pennes à la contrebasse,  Bastien Brison au piano et Bastien Weeger à la clarinette, a comblé le public en jouant et enchaînant divers morceaux de son répertoire dans une ambiance détendue, presque intimiste.. 

Assurément, un grand moment de ce festival. 

Cyrille Aimée, originaire de la région parisienne où elle a fait ses débuts en tant que chanteuse de jazz, s’est expatriée depuis quelques années aux États-Unis pour aller développer son talent, notamment à la Nouvelle-Orléans. 

Cyrille a captivé et charmé le public avec sa voix chaude et douce et son style enjoué. 

Accompagnée au piano par Dave Torkanowsky, à la contrebasse par Matteo Bortone, à la guitare par Michael Valeanu et à la batterie par Tiss Rodriguez, Cyrille a enchanté le public avec plusieurs chansons de son répertoire. 

Elle a également fait une démonstration très sympathique avec son looper, dans l’esprit d’une improvisation live, propre au jazz. 

Un grand merci à Cyrille Aimée d’être venue de si loin pour honorer le festival TSF jazz par sa présence. 

Michel Portal, ce talentueux clarinettiste et saxophoniste, fort d’une expérience de plus de 60 ans, a également fait l’honneur de sa présence lors de ce festival de jazz. Connu pour son style aux multiples visages, passant par la musique de film, le classique, le jazz et la musique contemporaine, il a transporté le public dans une dynamique croissante de plus en plus intense. 

Accompagné par Nils Wogram au trombone, Lander Gyselinck à la batterie, Julien Herné à la basse électrique et Bozan Z au piano, Michel Portal a su captiver le public dans son univers de free jazz. 

Même une guêpe, emportée par l’ivresse de cette musique électrisante, s’est invitée à la danse et a cherché à perturber Michel en le piquant à un doigt… malgré la douleur, il a poursuivi avec la même vivacité sa prestation, peut-être même avec encore plus de « mordant » .

Belle ovation pour ce musicien et compositeur intemporel. 

Ibrahim Maalouf nous a fait également l’honneur de sa présence. Habitué à des grosses scènes, le talentueux Ibrahim a répondu promptement à l’invitation comme à son habitude; un bel exemple d’humilité. 

Souvent accompagné sur scène par de nombreux musiciens, il a préféré jouer en configuration intimiste, avec son ami guitariste François Delporte. Ils ont particulièrement développé leur relation amicale et musicale pendant la période intense des restrictions sanitaires liées au Covid, les conditions n’ayant pas favorisé les collaborations multiples durant cette période. 

Au cours de sa prestation, comme à son habitude, Ibrahim Maalouf a commenté ses compositions pour en expliquer l’histoire, les subtilités de certains passages, notamment en lien avec certains moments de sa vie. 

Avec un son magique qui lui est propre, son style orientalisant rempli de nuances en quarts de tons, Ibrahim a transporté le public présent devant le château de Chantillly. 

Pour finir sa prestation, il a fait venir sur scène les jeunes chanteuses et chanteurs faisant partie de la maîtrise du Ménestrel de Chantilly. 

Le public a également été invité à participer à ce final en chantant aux cotés de cette maîtrise habillée en rouge et noir.

Un moment de pur bonheur. 

Ce premier festival TSF jazz aura donc été un véritable succès, avec plein d’autres moments magiques aux côtés d’autres artistes talentueux qui ont réjoui le coeur de tous les passionnés de jazz tout au long du week-end. 

Alors un grand merci à la radio TSF jazz pour toute cette belle organisation et cette série concerts de qualité. 

Alors, rendez-vous sans doute à l’année prochaine pour le plus grand plaisir de tous.

Pierre Alakian