More
    More

      Entretien avec Julie Zenatti: « C’est un peu magique tout ça. »

      Il existe des artistes qui durent dans le temps, capables de se réinventer sans les perdre. Julie Zenatti en fait partie. Rencontre avec l’artiste pour revenir sur son parcours à l’occasion de son concert au Trianon le 6 février.

      JustFocus : Lors de l’écoute de cet album on sent une grande influence pop française provenant de France Gall, Michel Berger.. Est-ce une idée que vous aviez au début de la création de l’album ?

      Julie Zenatti : Au-delà d’un sentiment et d’une influence, c’est une véritable inspiration. On peut le voir dans la création du clip de Tout est plus pop, avec la reprise des codes qui sont propres à France Gall dans la manière dont je suis habillée par exemple. C’est vraiment plus qu’une influence c’est totalement assumé. C’est un hommage voulu à cette période et à cette artiste. C’est aussi, je pense, une façon d’être reconnaissante face à cette artiste.

      JF : Quand on voit les crédits de l’album, on voit revenir beaucoup de fois les mêmes noms, comment crée-t-on une identité d’album aussi forte que dans celui-là ?

      JZ : L’album j’en suis l’auteure à 90 % des textes, des chansons, vu que je les ai écrits je pense dans la même période, le mood de ces chansons est le même. Chaque chanson a ainsi un peu ma patte. Après, sur plusieurs chansons, il y a la patte de Vincent Brion qui a co-écrit. Je suis contente d’avoir pu travailler avec Barbra Pravi aussi. On est vraiment malgré tout sur une petite équipe d’écriture. Par contre, j’ai eu la chance par la suite d’avoir des compositeurs très différents comme Romain Berrodier avec qui j’ai travaillé sur Rien de spécial et Plein Phare.

      « C’est pas du tout une construction cet album ni un exercice de style, c’est lié à ce qui a construit mon éducation musicale »

      JF : On a pu voir qu’une réédition de l’album avait vu le jour. Mais cette réédition n’est disponible qu’en physique, donc impossible à trouver sur des plateformes de téléchargement. Pourquoi ce choix ?

      JZ : C’est une envie personnelle, je voulais créer un objet. C’était une façon pour moi de finir l’histoire de ce disque, avec un objet un peu spécial. Avant l’arrivée du format digital,  le disque était un objet spécial et je voulais vraiment revenir à cela. Permettre de retrouver cette émotion, d’acheter et de posséder un disque. Il me restait quelques chansons que je voulais partager.

      JF : Outre France Gall et Michel Berger est-ce que vous aviez d’autres inspirations lors de la conception de cet album ?

      JZ : Quand je l’ai créé,  j’ai voulu m’inspirer vraiment de cette ambiance année 70-80. Je ne crois pas que c’était réfléchi. J’ai écrit en premier Comme un pirate en mer et Tout Est Plus Pop, je n’avais pas de brief vraiment quand on a créé avec l’équipe ces chansons je me suis rendu compte que l’on était dans une variété très 70-80 pop française. C’est pas du tout une construction cet album ni un exercice de style, c’est lié à ce qui a construit mon éducation musicale, des choses comme Gall, Sanson et plein d’autres qui font partie de mon enfance.

      « C’est un peu magique tout ça »

      JF : Cela fait plus de vingt ans que le public vous suit, comment faîtes vous pour avoir l’envie de continuer après autant d’années  ?

      JZ : C’est un peu ce que je dis dans refaire danser les fleurs je pense encore avoir des choses à dire, des choses pertinentes. Après, c’est aussi une question d’inspiration je peux mettre parfois plus de cinq ans entre deux albums à cause de ça. Parce que des fois, je n’ai rien à dire, rien à faire passer par la chanson. Il n’y a pas de recette miracle, je laisse mon instinct voguer au fil de ce que j’ai envie de dire. C’est un peu magique tout ça.

       

      JF : Dans votre album, vous abordez des sujets très diversifiés, on peut voir par exemple, la chanson Et Pourquoi pas qui aborde le féminisme, c’est important pour vous d’aborder de tels sujets de société ?

      JZ : Oui, j’aime bien me définir comme une chanteuse du quotidien, j’écris sur ce que je vois, ce que je ressens. Je sais que ma vie est peut-être un peu particulière de par ce que je fais. Mais je vois le quotidien, je vois le sexisme de notre société, donc j’en parle.

      JF : vous avez une date, le 6 février au Trianon à Paris, et cela, après ne pas avoir pu être sur scène pendant plusieurs mois, est ce que l’envie est différente ?

      JZ : L’envie est intacte je dirais. Elle est peut-être un peu différente parce que on a fait un disque que l’on a pas pu vraiment défendre face au public. Je fais ce métier parce que j’aime monter sur scène. Je n’ai pas pu le faire depuis longtemps donc l’envie est à son maximum.

      B9725987107Z.1 20210131004834 000G3GHFRV45.2 0

       

      JF : Lorsque le grand public vous découvre dans la comédie musicale Notre dame de Paris, c’est un projet de groupe, comment passe t’on d’un projet de groupe comme celui-là à une carrière solo.

      JZ : Ce n’était pas prévu comme ça. Moi, j’avais seize ans quand je tiens le rôle. Je sais pas du tout si ça va continuer, si c’est une étape si c’est la fin aussi. Donc je prends ça comme ça vient.  J’ai eu la chance de pouvoir trouver comme les artistes de Notre Dame, de trouver un public et de pouvoir continuer ainsi une carrière. En écrivant la chanson si je m’en sors je ne rencontre pas un public, mais le public me suit. C’est magique un peu tout ça. J’ai eu de la chance, beaucoup de chance.

      Julie Zenatti Mon monde parfait L ecole de ma fille Ava

       

      JF : Vous n’avez jamais eu peur que le public ne vous suive pas sur cette carrière ?

      JZ : La question ne se pose pas, une fois qu’on a gouté à la chanson, à la scène, on veut y retourner, on pense à se faire plaisir à soi. À faire ce que l’on aime. On y va avec son envie, ses tripes. Des fois, on trouve sa voie. C’est le principe de nos métiers. On est jamais sûr de rien, on ne sait jamais rien et si on commence avec la peur on ne s’en sort pas.

      JF :  Une petite question sur vos goûts musicaux actuels. Qu’est-ce que vous écoutez actuellement ?

      JZ : Après une grosse période pop française année 70-80, maintenant je suis beaucoup sur le dernier Clara Luciani, j’ai eu un coup de cœur pour l’album de Juliette Armanet,   j’aime beaucoup Woodkid  aussi. Voilà, c’est un peu ma playlist actuelle.

      JF : Vous êtes actuellement en tournage d’un nouveau clip. On peut en savoir plus ?

      JZ : Je ne pourrai pas, c’est une petite surprise pour mes fans. (rire)

      2 Commentaires

      LAISSER UN COMMENTAIRE

      S'il vous plaît entrez votre commentaire!
      S'il vous plaît entrez votre nom ici

      Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

      Publicité