More
    More

      Chine Laroche, nouvelle tête émergente de la scène électronique.

      Chine Laroche est une jeune artiste qui vient tout juste de se lancer dans la production musicale. Elle utilise la musique électronique et le large éventail de possibilités que ce genre offre tout en combinant avec des sonorités de vrais instruments. Après plus de dix ans au conservatoire pour l’apprentissage du piano classique et jazz, la jeune musicienne se lance dans la production 100% solo. On l’a rencontré et on vous en parle.

      capture-decran-2016-10-16-a-22-33-05

      Salut Chine, original ton nom de scène, c’est ton vrai prénom?

      Hello! Oui, je m’appelle bien Chine Laroche dans la vie courante (rires). 

      J’ai checké ta présence sur les réseaux. Tu as une page facebook. Tu ne postes pas beaucoup encore sur SC/Youtube, pourquoi?

      Pour le moment « je ne suis rien du tout ». C’est encore le tout début. J’aime bien poster quand il y a un événement ou pour la sortie d’un EP ou d’un nouveau morceau par exemple. Je ne veux pas saoûler les gens tant que je n’ai pas sorti quelque chose de bien, quelque chose de propre quoi! En fait j’attends vraiment de sortir mon EP, au courant novembre, en attendant je ne veux pas « flooder » les gens. J’ai tout de même une page facebook, ce qui est le stricte minimum pour communiquer (rires).

      Tu as sorti un son « On My mind », 100% toi?

      Exact! Je fais tout solo dans ma p’tite piaule. J’ai un mac, une guitare, un clavier et une boîte son. Je fais mes prods toute seule, on va dire que je suis « HomeMade« . Je chante aussi et pour ce son j’ai d’abord posé ma voix avec un simple micro casque Marshall. On l’a repris et ensuite on l’a travaillé. On a bouclé le mix final en binôme avec Fred Labonne un bon pote à moi!

      Comment tu définirais ton style/univers ?

      Dans les grandes largeurs on va dire que je suis plutôt Trip-Hop électro, mais après j’aime bien avoir la possibilité de faire tous les styles. Je ne veux pas me cantonner à la simple musique électronique, je veux vraiment qu’on puisse se dire « Chine elle n’a pas qu’un style ». Je joue par exemple de la guitare, j’aime bien, ça donne un côté californien chaleureux qui rappelle la musique en général et pas juste la musique électronique.

      C’est ton premier festival ?

      Oui! Actuellement c’est vraiment le tout début du projet, je me suis lancée il y a peu. D’ailleurs j’ai fait mon premier live le 25 août dernier, pour te dire! Aujourd’hui, au Carmen, c’est notre cinquième ou sixième date avec Arnaud qui m’accompagne sur scène pour m’assister, en me proposant un moyen assez simple de faire du live sur scène. Il  reproduit mes séquences. En ce moment l’objectif avec Miala, qui s’occupe de mes bookings, c’est vraiment que je fasse un maximum de scène pour me faire connaître. On souhaite s’investir et on ne veut surtout pas se foirer donc on va faire les choses bien. On est chauds pour toutes les dates (rires). 

      D’où est parti ce projet ?

      A la base je suis comme Arnaud, on bosse pas mal pour d’autres gens. Du coup on fait les arrangements, l’orchestration etc. Au bout d’un moment j’ai voulu me lancer dans mon projet perso parce-que je sentais que c’était le moment et puis j’avais déjà des acquis grâce auxquels j’ai pu développer mon style. J’ai eu la chance de faire le conservatoire, ça aide pas mal car on reçoit un enseignement où on apprend les bases du solfège, le répertoire classique, c’est une formation qui donne une certaine rigueur

      Ton style est donc mélangé, que penses-tu de la scène électronique qui émerge en masse ces dernières années?

      Je trouve qu’il y a beaucoup de propostions. A vrai dire, je ne suis pas trop fan de l’électro-tendance. Certes, j’ai une base électro/hip-hop dans mes sons mais je mets aussi du jazz, de la guitare. Les vrais instruments rappellent que nous sommes de vrais musiciens. C’est peut-être ça que je pourrai reprocher à la nouvelle scène électronique. Je pense que c’est bien de « chopper » les trucs qui marchent, les éléments qui feront que les gens accrochent mais après voilà la musique part d’un point de départ. Moi je ne me dis pas « ok ce beat est à la mode je le prends et je fais en fonction de ». La musique c’est avant tout une inspiration personnelle, les émotions qu’on a envie de transmettre. 

      Selon toi, quelle est ta valeur ajoutée?

      Le fait d’être musicienne, d’utiliser ma voix comme un instrument et puis au niveau des compos je peux pas me comparer mais je m’inspire de tout. Je puise mes inspirations dans un répertoire tellement vaste, la culture musicale est super large. J’essaye de faire un gros mélange, avec des ajouts de basses par exemple pour un style grunge.

      Une idée de projet en plus de ce que tu fais en ce moment ?

      Je bosse sur d’autres projets, mais qui ne sont pas à mon nom. Mais pour l’instant je veux vraiment me focaliser sur ce projet pour voir comment il marche, comment le public le reçoit…

      Dans ton EP tu comptes sortir combien de morceau ?

      Il va y en avoir 5. Je peux d’ors et déjà dire qu‘il sortira le 18 novembre novembre prochain. Je vais également faire un EP entièrement dédié aux intrus car j’adore ce qui est musique à l’image et puis un EP pareil ça sert de vitrine. On va diffuser cet EP sur internet mais on va aussi presser 1000 exemplaires en format physique. Ca va être cool je pense. Aussi on a une attachée de presse pour faire les choses biens, en mode propre quoi (rires). 

      Merci à Chine de nous avoir reçu, n’hésitez pas à suivre sa page Facebook et son soundcloud. Restez connectés, l’EP sort le 18 novembre!

      NisreenELY

       

      0

      LAISSER UN COMMENTAIRE

      S'il vous plaît entrez votre commentaire!
      S'il vous plaît entrez votre nom ici

      Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

      Publicité