Louis Arlette adapte nos plus grands poètes avec son EP Sacrilèges

0
1464
LoUIS aRLETTE - sACRILèges
LoUIS aRLETTE - sACRILèges

Louis Arlette est de retour le 28 avril avec son EP Sacrilèges sur lequel il habille Baudelaire, Musset, Ronsard, Villon de chatoyantes couleurs pop rock. On découvre en premier extrait le sublime A son âme, de Pierre de Ronsard. La poésie de Ronsard trouve soudain un éclairage rock surprenant grâce au talent de Louis Arlette.

Les mots sont une arme à utiliser à bon escient. Une chanson peut avoir des répercussions au niveau personnel, politique, donner du courage, servir de propagande.” a expliqué Louis Arlette en interview. Il s’offre une parenthèse musicale dans sa carrière avec ce projet déjà considéré comme un ovni dans le monde de la musique : des reprises endiablées et iconoclastes de nos grands poètes, avec des instrumentaux électro, rock, synthétiques, qui nous évoquent David Bowie ou New Order.

De l’envie irrésistible de composer et de la spontanéité qu’offrent parfois les réseaux sociaux est né ce concept « sacrilège. » Il se résumait à cette accroche : Je prends un poème que j’adore. Je le déshonore ! Un premier poème. Puis deux… Le plaisir est devenu ivresse. Plongée en apnée. Plusieurs mois plus tard, passés seul dans mon studio, dans un curieux mélange de livres, de posts Instagram, d’instruments acoustiques et de synthétiseurs… « Sacrilèges » était né. Et je n’en ai pas terminé…” conclut-il, laissant présager une suite à cet EP Sacrilèges, annoncé pour le 28 avril 2023 sur son label Le bruit Blanc.

Louis Arlette - À son âme (Pierre de Ronsard)
Louis Arlette – À son âme (Pierre de Ronsard)

Premier extrait des Sacrilèges, Louis Arlette adapte A son âme de Pierre de Ronsard. Prince des poètes et poète des princes, Ronsard a composé son recueil Derniers Vers juste avant sa mort survenue en 1585. Jamais un poète n’aura autant magnifié l’amour. A son âme sonne comme une épitaphe, à la fois légère et déchirante.

Amelette Ronsardelette,
Mignonnelette doucelette,
Treschere hostesse de mon corps,
Tu descens là bas foiblelette,
Pasle, maigrelette, seulette,
Dans le froid Royaume des mors :
Toutesfois simple, sans relors
De meurtre, poison, ou rancune,
Méprisant faveurs et tresors
Tant enviez par la commune.

Passant, j’ay dit, suy ta fortune
Ne trouble mon repos, je dors.
” Pierre de Ronsard

On a hâte de découvrir ses prochains titres, avec des poèmes de Baudelaire, Musset, François Villon, Gérard de Nerval…. Voici déjà le trépidant A son âme :

Louis Arlette est sur Facebook