More
    More

      NBA : Focus sur le podium de la draft 2020

      Alors que la nouvelle saison NBA arrive à grands pas, il est temps pour nos Rookies de rejoindre leurs équipes ! 60 jeunes joueurs venus du mondes entier présentés à la draft ont été sélectionnés par les différentes franchises de la NBA ce mercredi 18 novembre 2020. Faisons un focus sur le podium de cette Draft de la NBA !

      Tout d’abord, pour petit rappel, cette Draft reste spéciale à plus d’un titre. Notamment, parce qu’il a été plus difficile de suivre les prospects. Pour cause, la saison NCAA fut arrêtée en mars, tout comme les différents championnats européens…

      Anthony Edwards, l’arrière bestiale

      L’arrière â d’à peine 19 ans, originaire de Georgia, fais 1m97 pour 101 kg, son envergure est aussi très correcte. En bref, ces mensurations sont parfaites pour un joueur de ce poste. Ce bout de monstre est sélectionné par les Minnesota Timberwolves en 1er choix. Anthony Edwards est sûrement l’un des joueurs les plus athlétiques de sa génération. Contrairement à d’autres Rookies où il faut parfois plus de temps pour s’adapter, l’arrière lui est déjà physiquement prêt à jouer. Cependant, attention à sa régularité, malgré son jeune âge, on sait que ce joueur a parfois du mal à être impliqué à 100 % lors de tous ces matchs. Malgré son handle qui laisse parfois à désirer, Anthony à un potentiel offensif énorme. Son habilité aux shoots doit encore évoluer, mais force est de constater que le prospect sait et peut rentrer des paniers sans aucune difficulté.

      En terme de vision et de compréhension du jeu, il y a là aussi du progrès à faire pour le rookie. Il est vrai qu’Anthony Edwards est capable de faire des choses avec le ballon, notamment à la passe. En outre, à voir si cela reste suffisant dans une NBA moderne qui pousse de plus en plus les arrières à savoir créer du jeu. Sa sélection aux tirs, est l’un des gros points noir du prospect, tout comme sa mentalité précédemment évoqué. Fort heureusement, ces deux critères sont des choses qui se travaillent sur le long terme. Dans tous les cas, l’arrière tonitruant est capable de mettre du cœur, mais aussi du tempo dans un match, et ce qui est sur c’est que ce gamin ne passera pas inaperçu. En terme de comparaison, on pourrait l’affilier à un Donovan Mitchell ou à Dwayne Wade. Il sera un très bon atout pour l’équipe qui l’a sélectionnée, les Minesota Timberwolves.

      James Wiseman, le pivot tentaculaire

      Difficile de juger l’ancien pivot des Tigers de memphis. Ce joueur est clairement l’athlète intérieur de la draft. Ce côté albatros est sûrement ce qui le définit le mieux. En effet, James mesure 2m13 pour 104 kilos. En terme de vélocité, le pivot peut courir aussi vite qu’un meneur, ce qui est un atout majeur dans une NBA actuelle ultra dynamique. Concernant sa détente, James Wiseman n’a rien à envier aux autres joueurs, il saute haut, très haut. Il est clair que personne n’aimerait s’aventurer à tenter un contre sur ce prospect. Il en est de même pour sa mobilité, qui est tout simplement très intéressante. Effectivement, ce qui est terrifiant avec cette dernière, c’est qu’il peut défendre sur n’importe quel poste. Tout comme son prédécesseur, l’ancien pivot des Tigers est parfois mentalement friable. A contrario, il a exprimé ne pas avoir de problème concernant le fait de vouloir être la star de son équipe. Sa vision de jeu reste à travailler, tout comme son jeu de ballon, dans le milieu c’est ce qu’on appelle un diamant brut.  

       James Wiseman est sûrement l’un des joueurs les plus intéressants de cette draft. Son potentiel est énorme, surtout défensivement. Et il n’y pas meilleur environnement pour exprimer son potentiel qu’au Golden State Warriors. Surtout quand on connaît la philosophie de jeu de cette équipe et de son coach Steve Kerr. Tout cela devrait être donc très intéressant à regarder. Pour ce qui est de la comparaison, nous pouvons penser à Hassan Whiteside ou encore DeAndre Jordan. Très compliqué pour ce joueur qu’on aura pas vu beaucoup joué, il n’y a plus qu’à attendre le voir enfiler le maillot des Warriors. 

       

      LaMelo Ball, le meneur aux trois yeux

      Là, nous sommes clairement moins sur le genre de joueur athlétique que ses copains précédemment évoqués. Et pour cause, l’ancien meneur des Illiwara Hawks mesure 2m01 pour 82 kilos. Nous sommes en effet sur le meilleur meneur de cette draft. Ces qualités ne se trouvent clairement pas sur ces atouts physiques. Cependant le fait qu’il sache dribbler et mener le jeu avec sa taille qui reste assez élevée pour un meneur, le rend clairement original. Cela est un très gros point fort. LaMelo à aussi un très bon QI basket, il n’a pas froid aux yeux. Son jeu à un côté spectaculaire, un côté show à l’américaine. Tout le monde à les yeux braqués sur ce prospect, bien plus que pour les deux joueurs sélectionnés devant lui. Le petit respire le basket et à ce profil naturel, sans trop forcer son jeu avec et sans ballon. Le point noir pour ce joueur s’appelle, D-E-F-E-N-S-E. Et oui, ne lui parlez surtout pas de défense, il sera pratiquement aux abonnés absents.  

      Son profil est très séduisant, surtout par son jeu offensif. LaMelo est le joueur le plus clivant et énigmatique de cette draft. Son nom ne l’aide en aucun cas, quand on connaît le père. Ricky Rubio, peut-être un élément de comparaison. Après, c’est un profil original, grand meneur, long avec un bon QI basket, passeur pas très bon en défense. Ceci dit, LaMelo Ball fera du bien dans une équipe des Charlotte Hornets, qui peine à se trouver une identité de jeu. 

       

      Nos deux frenchies

      Et oui, dans cette Draft 2020 nous avons deux français ! D’une part Killian Hayes et de l’autre Théo Maledon. Deux profils très intéressants. L’un est sélectionné par les Detroit Pistons en 7e position et l’autre par les Philadelphia Sixers (sous ordre du Thunder) en 34e position. Les deux prospects se ressemblent beaucoup. Le même poste et une taille similaire. Les deux gamins ont joué en Europe. Pour ce qui est de Killian, il peut aussi jouer à côté d’un meneur, il a le profil d’un joueur dynamique, provocateur ballon en main. Ce n’est pas un sur-athlète, mais il a un très bon touché de balle avec une bonne capacité à créer le jeu. Il sait lire et anticiper le jeu, ce qui est très intéressant. Théo Maledon, est tout aussi intéressant même s’il ne fait pas lever des foules. Il sait maîtriser le Pick’n roll. Son tir extérieur doit encore progresser, tout comme son compatriote, Killian Hayes.

      L’avenir de la NBA est assurée. Cette draft est très originale, avec des profils de joueurs peu communs à l’image d’un LaMelo Ball. Les nouveaux rookies vont devoir s’adapter à un contexte particulier. Leur rêve est à portée de main. Reste à voir qui va remporter la course au Rookie de l’année ? Qui va sortir son épingle du jeu pour construire des bases solides pour le futur ? On se donne rendez-vous l’année prochaine !

      LAISSER UN COMMENTAIRE

      S'il vous plaît entrez votre commentaire!
      S'il vous plaît entrez votre nom ici

      Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

      Publicité