More
    More

      The Brian Jonestown Massacre au Trianon : on y était

      The Brian Jonestown Massacre (BJM) était de passage au Trianon ce 27 juin, en France pour la première fois depuis 2 ans. Le groupe de psyché et de rock indé américain ne compte plus les albums. Les derniers avaient exploré des terrains novateurs : que ce soit dans les interludes instrumentaux dignes de films fantastiques, ou bien une bande originale d’un film imaginé, les repères étaient brouillés, pour le meilleur et surtout pas pour le pire. C’est pourtant les morceaux au registre plus classique shoegazing / psyché / dream-pop que le collectif mené par Anton Newcombe aura abordé en cette soirée parisienne, devant un public d’avertis, entre babas cools et pogoteurs volés aux Dandy Warhols. Les ennemis jurés étaient passés par cette même salle quelques semaines auparavant.

      Brian Joneswtown Massacre

      « Comment étaient les Dandy Warhols ? »

      C’est ce que demande d’entrée Anton Newcombe au public, l’ex inséparable de Courtney Taylor-Taylor, le leader du groupe rival, dont la relation d’amour-haine qui s’est définitivement soldé par un divorce est racontée avec talent dans le documentaire « Dig ». L’obsession n’est donc pas complètement passée, mais elle n’aura duré que 5 secondes, lorsque le collectif entame ce concert qui va durer 2 heures environ. On observe avec amusement le joueur de tambourin, dont l’expression enfantine trahit soit un caractère naïf intrinsèque, soit une prise préalable de substances hilarantes. On écoute ensuite ces morceaux, joués avec une moue de plaisir, un aguichage naturel. La formation (Anton au chant et à la guitare, accompagné par un autre guitariste, un bassiste, un clavier, un batteur, et donc un joueur de tambourin) change au gré des passages et des disponibilités des musiciens gravitant autour de la galaxie Newcombe, mais assure toujours les mêmes arrières instrumentales typiques du BJM. De longues partie de guitare mélodieuses, répétitives, des refrains non moins entêtants, des parties orientalisantes, des gimmicks Americana et country. Un happening musical à l’aspect sensuel qui n’aura pas échappé aux ravissantes groupies-serpents qui se déhanchent au balcon à l’écoute de ces sons charmeurs.

      BJM_trianon2-1695

      « Ils ne me laissent pas fumer ma putain de clope ! »

      On connaissait Anton Newcombe pour ses frasques provocatrices et son comportement irascible, incluant des concerts abandonnés au bout de 5 minutes ou bien des blessés par jets de bouteilles de verre. C’était avant, pusiqu’entre temps, l’homme s’est assagi, et à part une mini diatribe  vers le milieu du concert contre le staff de la salle qui interdit la consommation de tabac sur scène, c’est un Anton à la bonhommie aussi généreuse que son allure d’hippy est bouffie par ses grosses rouflaquettes. La scène semble avoir été investie par une sorte d’aura hédoniste et destroy à la fois, ce genre de scène où les fils, les nombreuses pédales et la grosse caisse sont submergés au fur et à mesure que les bouteilles de bières sont vidées, où les membres sont disposés comme dans une salle de répète sans trop se soucier de leur bonne visibilité sur la scène. La magie vaporeuse des titres comme « What You Isn’t » ou « Never Ever » opère malgré tout comme un élixir, alors que les morceaux à haute voltige, comme une potion pour pogoteurs. Un étrange vieil homme maigre au t-shirt de Batman (est-ce un de ces compagnons marginaux récupérés qu’on imagine vagabonder sur la route) va même faire figure d’autorité, en dégageant vertement un de ces badauds sauteurs ayant monté sur la scène. 

      Près de 2 heures de show

      Brian Joneswtown MassacreOn a le temps avec BJM, les morceaux s’étalent sur de longues minutes mais on n’a pas besoin de compter, parce qu’ils se prêtent à l’abandon de soi, à l’abstraction temporelle. Les thèmes chamaniques des morceaux et l’allure de gourou de Newcombe rajoutent encore un peu à cet envoûtement indistinct, car on ne sait si le morceau qu’on entend est la fin du précédent ou le début du suivant. Mis à part dans ce qui ressemblait à un entracte, avec des accordages et des réglages particulièrement longs, les 3 quarts d’heures suivants et finaux étaient d’un épique savoureux, où on se rend compte que la distorsion de guitare chez BJM est plutôt caressante, là où d’habitude les groupes de shoegazing l’utilisent comme une compensation agressive de leurs ballades. L’air benêt du joueur de tambourin est resté intact. Quant à nous, public, c’est presque en volant qu’on revient dans nos activités nocturnes d’après le concert. « Gaz hilarant », un des titres de l’album « Aufheben », sont sans doute les mots les plus illustres de la musique de BJM.

      Brian Jonestown Massacre

      Crédits photos : Piotr Grudzinski

      0

      LAISSER UN COMMENTAIRE

      S'il vous plaît entrez votre commentaire!
      S'il vous plaît entrez votre nom ici

      Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.