More
    More

      Focus sur la ville de Bordeaux, ses spécialités gastronomiques et ses histoires !

      L’une des villes les plus charmantes… Bordeaux, sous le doux nom de «  La belle endormie ».

      Bordeaux Tourisme & Congrès

      Pour commencer, Bordeaux est la neuvième plus grande ville de France dans le classement. Elle est traversée par la Garonne qui se prélasse dans nos plaines, à l’embouchure de l’estuaire de la Gironde. Son port, accessible aux paquebots, est la deuxième escale française de l’Atlantique. Pas mal !  Il accueille aussi les navires de haute mer (plus de 1 500 chaque année).

      Nous célébrons à Bordeaux la fête du fleuve, une fête populaire avec un programme riche en animations nautiques et artistiques sur les deux rives de la Garonne. C’est l’occasion pour les voiliers de montrer leurs plus belles voiles !

      Mairie de Bordeaux

      Mairie de Bordeaux

      Bordeaux a connu un renouveau de dynamisme concrétisé par le classement au Patrimoine Mondial de l’Unesco de ses quais. La ville reçoit maintenant chaque année entre 2,5 et 3 millions de visiteurs.

      Une gastronomie bordelaise de renom

      Outre les vins de Bordeaux qui ont fait sa réputation, la ville a su développer un secteur gastronomique bien particulier.

      Qui n’a jamais goûté les huîtres du bassin d’Arcachon ?

      Le bassin d’Arcachon est une des principales régions ostréicoles de France. On y élève une espèce d’huître creuse qui se distingue des autres variétés car elle est charnue quelle que soit sa taille et a un goût assez prononcé. Elle est de couleur vert clair. Elle peut également être consommée chaude. C’est une affaire de goût.

      Les huîtres du bassin d’Arcachon sont élevées au sein de 23 ports ostréicoles dont :

      • Andernos
      • Arès
      • Audenge
      • La Barbotière
      • La Hume
      • La Teste

      Et maintenant, le Grenier Médocain

      Gilles Pudlowski

      Ce n’est peut-être pas l’apparence la plus belle, mais au niveau des saveurs, c’est excellent ! Un plat qui se mange froid, généralement en entrée ou en accompagnement pour un plat. Cette charcuterie est originaire du médoc, elle est à base de panses de porc qui sont soigneusement nettoyées et dégraissées avant d’être assaisonnées au poivre. Elles sont ensuite cuites pendant des heures, lentement, dans un bouillon parfumé aux épices avec des oignons et de la cannelle, avant d’être refroidies, puis montées à la main, une par une avec un hachis à base d’ail et de poivre concassés dans un torchon.

      Ce plat typique et artisanale tire son nom du fait que le Médoc a longtemps été considéré comme le grenier de la région Bordelaise. Et plus encore les familles qui possédaient des cochons, servaient leur spécialité aux visiteurs lors des vendanges.

      Les canelés bordelais

      Un long débat subsiste encore concernant l’orthographe de canelé (Eh oui, on n’écrit pas cannelé). Mais quoi qu’il arrive, on le mange en une bouchée…

      Les canelés. L’une des plus grandes spécialités et fiertés de cette ville. C’est même le dessert préféré des Bordelais !

      Les boutiques célèbres de canelé, Baillardran et La toque Cuivrée sont les deux principaux vendeurs des meilleurs canelés de Bordeaux. Les magasins sont situés dans des endroits stratégiques, vous ne pourrez pas les manquer. Attention, avec du Rhum c’est meilleur (spécialité bordelaise) !

      Pour la petite histoire : « Tout d’abord, son nom provient du Gascon, langue parlée à Bordeaux jusqu’au 20e siecle, « Canelat ». Ce sont des religieuses du couvent des Annonciades, situé derrière l’église de ste Eulalie, qui les fabriquaient. Elles récupéraient sur le port, le blé tombé des cales des bateaux ou de sacs éventrés, ainsi que les jaunes d’œufs des chais à vin du Quai des Chartrons, les blancs servant à coller le vin.

      Baillardran

      Bordeaux était un grand port commercial où il était facile de se procurer du rhum et de la vanille venant des îles. Les religieuses ont ajouté ces ingrédients à leur recette afin d’y apporter plus de goût. Ces petites friandises étaient ensuite distribuées aux pauvres ou vendues à leur profit. En 1790 elles furent chassées de leur couvent. Les bordelais fabriquaient les Canelés sur les quais, le moule reposant sur de la braise. Néanmoins, la mode du Canelé avait bien été emportée dans la tourmente révolutionnaire, on l’a retrouvée sur quelques tables bourgeoises bordelaises. » La toque cuivrée.

      Les sarments du Médoc :

      Les sarments du Médoc

      Ce chocolat original, inspiré de l’univers de la vigne. Fins et craquants, les sarments du Médoc, brins de chocolat ondulés, évoquent la forme originale des sarments de vigne et invoquent les douceurs fruitées et gourmandes.

      Une anecdote sur les Sarments

      Une simple erreur, un incident technique sur une machine fabriquant des de chocolats. Les bâtonnets, étaient destinés à garnir la viennoiserie, ils apparaissent alors sur une nouvelle forme, fine et ondulée, évoquant celle des sarments de vigne. Cette spécialité de chocolat emblématique figure aujourd’hui à l’inventaire du patrimoine gastronomique aquitain.

      Les gourmandes Dunes Blanches :

      La Dune Blanche

      Impossible de passer à côté de cette spécialité venue tout droit du bassin d’Arcachon !

      Les dunes blanches sont des choux croquant garnis d’une crème légère et aérienne. Une crème tenue secrète qui ressemble beaucoup à une chantilly douce et vanillée. Et pour finir sur le dessus du chou, un nuage blanc vient saupoudrer le tout, et nous donne la dune blanche !

      Les boissons régionales de la Nouvelle Aquitaine :

      Le Cacolac, une boisson de notre enfance

      https://www.cacolac.fr/

      Cette boisson célèbre, qui a bercé notre enfance, au petit déjeuner comme au goûter… Eh bien oui, elle est bien originaire de Bordeaux. Ce chocolat au lait tout près peut se boire froid ou chaud. On peut le retrouver dans tous les cafés ou bars de Gironde.

      https://www.cacolac.fr/

      https://www.cacolac.fr/

      La petite histoire ?

      C’est à Bordeaux en 1947. Deux fermes installées à La Bastide s’associent sous le nom de la Laiterie de la Benauge. En 1952, les deux propriétaires effectuent un séjour en Hollande durant lequel l’un d’eux, Robert Lauseig, goûte un lait aromatisé. L’idée d’une boisson chocolatée lui vient à l’esprit : du chocolat et du lait frais. En 1954, la boisson est lancée sous un nom qui deviendra emblématique, Cacolac.

      Le Lillet

      https://www.lillet.com/fr-fr/

      Aujourd’hui, le Lillet est un apéritif retro- vintage qui se déguste en cocktail long drink ou bien seul. Faiblement dosé en alcool et en calories ! On peut retrouver du lillet blanc, rosé ou bien rouge. C’est aujourd’hui une boisson mondiale. Il doit principalement être servi frais, avec une rondelle d’orange ou de citron.

      Pour la petite histoire :

      La maison Lillet à Pondensac, fondée en 1872, un petit village au sud de Bordeaux. Les frères Lillet, liquoristes et négociants en vin fins. Le Lillet devient célèbre dans les années 20-40 en Angleterre après la première guerre mondiale. Il s’affirme encore plus dans les années 50, dans les bars célèbres de Londres. C’est à ce moment que naît le « Vesper » : un cocktail à base de Lillet inventé par Ian Fleming. Le Lillet poursuit son voyage en Amérique et devient LA référence des bars branchés de New-York. Pas mal comme parcours pour ce vin qui vient d’un petit village du Sud-Ouest !

      Il reste tellement de spécialités bordelaises à voir, sur cette terre, riche de surprises ! En tout cas, une chose est sûre… C’est bientôt la Saint-Valentin, n’hésitez pas à découvrir notre article consacré au sujet.  

      Si vous avez aimé cet article sur Bordeaux et ses spécialités, vous aimerez surement découvrir ses 5 lieux insolites sur Paris. 

       

      1 COMMENTAIRE

      LAISSER UN COMMENTAIRE

      S'il vous plaît entrez votre commentaire!
      S'il vous plaît entrez votre nom ici

      Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

      Publicité