More
    More

      Pourquoi le tourisme de la chirurgie esthétique foisonne ?

      Faisant partie de la branche touristique de la médecine, le tourisme esthétique fait de plus en plus parler de lui. Rhinoplastie, augmentation mammaire, soins dentaires…  Il y en a pour tous les goûts et tous les tarifs. Si la plupart des stars de téléréalités ont recourt à ces méthodes, nombreux sont les particuliers qui eux aussi sautent le pas. Concernant à l’origine principalement des cliniques réputées, c’est aujourd’hui des établissements orientaux sous les phares des projecteurs.

      Alors, qu’est réellement le tourisme esthétique ? Pourquoi a-t-il vu le jour ? Quelles en sont les destinations les plus prisées ? Pourquoi est-il devenu un poids lourd du tourisme mondial ?

      Tour d’horizon d’une industrie en perpétuelle prise de vitesse.

      Le tourisme esthétique : voyage au culte de la beauté.

      Comme son nom l’indique, le tourisme esthétique est lié à l’esthétisme, à l’apparence corporelle en général. Il fait partie du tourisme médical et est défini comme le fait d’entrer dans la démarche d’un voyage ayant pour seul but de bénéficier de soins plastiques. Ce type de tourisme regroupe à la foi les activités de la médecine esthétique et celles de la chirurgie esthétique (dite communément « plastique »). Toutes les parties du corps peuvent y être soumises. Du visage à la pointe des orteils, les patients peuvent (presque) tout demander. De la « simple » rhinoplastie (opération visant à remodeler la partie externe du nez) à la liposuccion (remodelage de la silhouette par l’extraction des amas graisseux persistants et résistants aux régimes amincissants) en passant par les augmentations ou réduction mammaires, tout est à la carte.

      Certaines cliniques proposent donc à leurs patients de nombreuses opérations ou soins esthétiques, conformément ou non avec les normes Européennes ou française (certaines opérations chirurgicales ou techniques peuvent être prohibées dans certains pays, alors ce sont les patients qui se déplacent dans les pays où ces pratiques sont autorisées). Une accréditation est délivrée aux instituts délivrant des prestations qui prennent en compte ces normes. C’est le cas par exemple de Cliniques comme celle de Medicalys en Tunisie.

      Un voyage vers quelle destination ?

      En Europe, c’est dans les années 2000 que la chirurgie esthétique a pris de l’ampleur, notamment via internet. En effet, grâce à la toile, les démarches des patients se sont vues simplifiées mais également décuplées. Les motivations des patients sont généralement liées au savoir-faire des chirurgiens ou au coût, mais également à la réglementation (comme évoquée précédemment). Aujourd’hui, l’essentiel du marché se constitue principalement d’une relation entre des patients en provenance d’Europe Occidentale vers des pays du Sud (Tunisie, Maroc, Turquie…) ou les pays de l’Est (Bulgarie, Hongrie, République Tchèque…). L’élargissement des possibilités pour les patients a fait émerger un tout nouveau genre de tour opérateur (organisateurs de voyage). En effet, certaines agences sont en partenariat direct avec des cliniques (telles que celle de Medicalys évoquée précédemment). Ces accords permettent de proposer aux clients des services à la pointe du confort. Le plus souvent, les « packs toutes options » comprennent : l’intervention, les frais cliniques, l’anesthésie, les nuits d’hospitalisation, les soins et produits pharmaceutiques et médicaux post-opératoires, le vol aller-retour, les transferts de l’aéroport à la clinique et la pension complète de repos post opératoire (nuits et repas pour une à deux semaines) dans l’un des hôtels partenaires. En voyant cette liste de services, il est évident que l’on peut s’attendre à un prix élevé, voire très élevé. Et, bien que ces services requièrent tout de même un investissement de plusieurs milliers d’euros, ces tarifs sont jusqu’à 2 fois moins chers que le coût d’une seule opération esthétique en France.

      Les raisons de ces écarts de prix entre la France et un pays comme la Tunisie sont simples : le personnel y coûte moins cher, les taxes sont moins élevées, et l’euro vaut trois fois la monnaie locale (le dinar tunisien). Par ailleurs, les chirurgiens pratiquant leurs interventions en Tunisie sont pour la plupart hautement qualifiés et collaborent de près avec leurs confrères occidentaux.

      Bien que certains actes esthétiques aient des impacts à courts termes (l’usage de l’acide hyaluronique par exemple) la plupart des opérations sont irréversibles. Il est important de rappeler que la chirurgie plastique ou esthétique, peu importe l’endroit où elle est pratiquée (sur le corps ou sur le globe) reste de la chirurgie. Il est donc impératif de prendre en compte toutes les données et de bien réfléchir avant de se lancer dans l’aventure.

      0

      2 Commentaires

      1. Pour info : L’ euro vaut environ 3 fois le dinar tunisien et non 1 fois et demie : 1 Euro égal
        3,27 Dinar tunisien.

        0

      LAISSER UN COMMENTAIRE

      S'il vous plaît entrez votre commentaire!
      S'il vous plaît entrez votre nom ici

      Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.