More
    More

      Le saviez-vous : l’histoire de la conquête de l’espace

      L’espace fascine aussi bien les enfants que les adultes, mais est-ce que vous connaissez la véritable histoire de la conquête spatiale ? Pendant des décennies, l’humain à rêver de quitter la Terre et d’explorer l’espace. Venez à bord du vaisseau de Just Focus, on vous emmène découvrir cet espace fascinant et terrifiant à la fois.

      C’est quoi la conquête spatiale ?

      La conquête spatiale consiste en l’exploration physique de l’espace et des objets extérieurs à la Terre. De manière générale, on parle de tout ce qui touche à la science, la technologie et à la politique spatiale.

      L’idée d’envoyer un objet, un animal, ou un homme dans l’espace ne date pas d’aujourd’hui. Dès le XIXe siècle, des auteurs de science-fiction, comme Jules Verne, ont écrit des romans sur le voyage dans l’espace, avant même que cela soit physiquement et matériellement possible.

      Il y a trois problèmes pour que l’Homme puisse partir dans l’espace :

      • Tout d’abord, il faut se détacher de l’attraction terrestre ;
      • Puis, il faut trouver un moteur capable de pousser un objet dans le vide. Dans l’espace, il n’y a pas d’air, donc il est impossible d’utiliser une hélice.
      • Pour finir, il faut revenir dans l’atmosphère sans être brûlé par le frottement de l’air.

      Dès 1903, Constantin Tsiolkovski, publie plusieurs ouvrages et articles scientifiques concernant l’espace. Il émet l’idée d’utiliser un moteur à réaction, en utilisant l’hydrogène et de l’oxygène liquides.

      Pourtant, il faudra attendre le milieu du XXe siècle, avec le développement des moyens de propulsions, mais aussi l’amélioration des matériaux, pour que l’envoi d’une mission dans l’espace puisse devenir réalité.

      De quand date la conquête de l’espace ?

      Après l’arrivée au pouvoir d’Adolf Hitler, Von Braun, effectue de nombreuses recherches, pour aboutir à la fabrication d’un missile V2. Celui-ci est capable de transporter une charge explosive d’une tonne à plus de 300 km de son point de lancement.

      C’est le 20 juin 1944, que l’Allemagne nazie envoie le premier missile V2. C’est le premier objet artificiel à atteindre une altitude de plus de 100 km, ce qui correspond à la limite entre l’atmosphère et l’espace selon la Fédération aéronautique internationale.

      Du 8 septembre 1944 au 23 mars 1945, plus de 1 200 bombes tombent sur la capitale du Royaume-Uni. Londres devient synonyme de cauchemars pour ses habitants.

      À la fin de la guerre, et de la défaite de l’Allemagne, les camps vainqueurs, les États-Unis et l’Union soviétique, s’emparent des équipements des ingénieurs allemands. Ils seront mis au service des deux pays, et seront les piliers des futures agences spatiales.

      Les grandes étapes de la conquête de l’espace

      À partir de la fin de la Seconde Guerre mondiale, les deux camps opposés, les États-Unis et l’URSS, se battent pour la conquête de l’espace. Il faut aussi rappeler le contexte de cette bataille, la Guerre Froide. Il n’y a pas de réel conflit armé entre les deux pays, mais une escalade dans la fabrication d’armes de plus en plus terrifiantes.

      Les deux pays, veulent à tout prix obtenir l’arme nucléaire intercontinentale, c’est-à-dire des fusées transportant une bombe atomique pouvant traverser des milliers de kilomètres. Les États-Unis seront les premiers à découvrir et utilisés ces engins, lors des bombardements de Nagasaki et Hiroshima.

      Il y a plusieurs événements majeurs dans la conquête spatiale. Tout d’abord, le premier vol spatial orbital de l’Histoire, qui a lieu le 4 octobre 1957 par le satellite soviétique Spoutnik 1. Celui-ci émet durant 21 jours, puis se désintégrera dans l’atmosphère le 4 janvier 1958.

      La chienne Laika
      Laika est le premier être vivant à être envoyé dans l’espace.

      Un mois plus tard, les Soviétiques décide de lancer Spoutnik 2, avec à son bord un être vivant, la chienne Laika. C’est le premier être vivant à être envoyé dans l’espace. La chienne mourut quelques heures après le lancement de la fusée. Après avoir envoyé plus d’une dizaine de Spoutniks, avec à leurs bords des chiens, les Soviétiques ont décidé d’envoyer le premier homme dans l’espace.

      Youri Gagarine, le premier homme de l’espace est Russe.

      Le premier vol réalisé par un être humain a été réalisé le 12 avril 1961, avec l’astronaute Youri Gagarine. Il décolle de Baïkonour au Kazakhstan à 9 h 07, heure de Moscou. Il effectue une révolution, un mouvement périodique d’un corps céleste en orbite autour d’un autre de masse plus importante. Celle-ci dure 1 h 48 autour de la Terre, à une moyenne de 250 km d’altitude. Il s’est éjecté de sa capsule à quelques kilomètres de la Terre, et a effectué le reste de sa descente en parachute.

      Valentina Terechkova
      Valentina Terechkova reste encore à ce jour la seule femme à être partie seule dans l’espace.

      Les Soviétiques étant à la pointe de la technologie à cette époque, ils envoient la première femme dans l’espace : Valentina Vladimirovna Terechkova. Elle est la première cosmonaute de l’histoire. Son vol est réalisé du 16 juin au 19 juin 1963 à bord du Vostok 6. Elle effectue 48 orbites autour de la Terre en 70 heures et 41 minutes. Cette mission, d’une durée de 2 jours 22 heures et 41 minutes représente à elle seule, plus que le total des heures de vol de tous les astronautes américains de l’époque. Valentina Terechkova reste encore à ce jour la seule femme à être partie seule dans l’espace.

      Le premier homme sur la Lune

      Neil Armstrong
      Le premier homme sur la Lune le 20 juillet 1969, Neil Armstrong

      Le 5 mai 1961, les Américains envoient leur premier homme dans l’espace, mais ils se rendent compte de leur retard sur l’URSS. Le 25 mai 1961, le président, John Kennedy, annonce dans un discours qu’un « Américain posera le pied sur la Lune avant 1970 ». La course est lancée entre les deux puissances !

      Le programme Apollo est lancé par les États-Unis. L’État américain va débourser des sommes astronomiques, l’équivalent de plus de 135 milliards de dollars actuels.

      Le premier pas sur la Lune, réalisé le 20 juillet 1969 par l’astronaute Neil Armstrong, est l’aboutissement de toutes ces années de recherches et de tests. Neil Armstrong prononce ces mots célèbres à sa descente : « That’s one small step for a man, one giant leap for mankind » (« C’est un petit pas pour un homme, mais un bond de géant pour l’humanité »).

      Les grandes institutions spatiales

      La conquête de l’espace a poussé les pays à créer leur propre administration dédiée à cela. Pour commencer, l’Administration nationale de l’aéronautique et de l’espace, de son nom original la National Aeronautics and Space Administration (NASA). Elle est l’agence fédérale responsable de la majeure partie du programme spatial civil des États-Unis. Depuis sa création le 29 juillet 1958, la NASA joue un rôle crucial dans le monde. La NASA est habilitée à administrer et réaliser les projets relevant de l’astronautique civile. Elle a été créée durant la Guerre Froide pour rattraper le retards sur l’Union Soviétique.

      Administration spatiale nationale chinoise (CNSA). Le programme spatial chinois existe depuis 1956. Pourtant, au début il n’y a aucune agence spatiale. Le CNSA sera créé dans les années 1980 sous l’impulsion du chef de l’État de l’époque : Deng Xiaoping. Le rôle de l’agence est de définir la politique spatiale nationale, de gérer la coopération internationale et de mettre en œuvre les orientations du gouvernement chinois.

      Agence spatiale européenne, (ASE ou ESA) est une agence intergouvernementale coordonnant les projets spatiaux menés en commun par une vingtaine de pays européens. Les activités, le rôle et le fonctionnement de l’agence sont définis par la Convention de l’ASE et règlement intérieur du conseil rédigée pour la première fois en 1975. Chaque État membre, doit le ratifier. L’ASE a bout but de développer la coopération entre les États européens dans le domaine spatial.

      Pourquoi conquérir l’espace ?

      L’histoire de la conquête spatiale est marquée à ses débuts par la concurrence entre les États-Unis et l’URSS. Pour des motifs de prestige, mais aussi de Guerre Froide, et d’idéologie, le capitalisme face au communisme.

      Aujourd’hui, la conquête spatiale est beaucoup plus un enjeu scientifique et technique. Celle-ci permet aux différents pays de démontrer leur puissance du point de vue technologique. C’est aussi un enjeu économique. Les États-Unis dépensent plus de 40 milliards de dollars chaque année pour les programmes spatiaux, contre 7 milliards pour l’Europe et la Russie, et 5 milliards pour la Chine.

      Pour finir, la conquête spatiale permet l’affirmation de la puissance des pays. Posséder un programme spatial performant n’est en soi pas un signe de puissance supérieure, mais ne pas en posséder est un signe de faiblesse en ce qui concerne la technologie, l’économie et la géopolitique.

      On en est où dans la conquête spatiale ?

      Le rover Curiosity
      Le rover Curiosity, posé sur Mars.

      En 2012, un nouveau cap a été franchi avec le Mars Science Laboratory. C’est une mission d’exploration de la planète Mars avec l’aide d’une astromobile, aussi appelée rover, baptisée Curiosity. La sonde spatiale a été lancée le 26 novembre 2011, et s’est posée le 6 août 2012, dans un cratère appelé Gale. Les rovers précédents, Spririt et Opportunity, étaient orientés vers l’analyse des roches et de leur altération, Curiosity a pour objectif de détecter les traces d’une chimie organique. Grâce à lui, on sait qu’il y avait un lac à cet endroit.

      La Chine a pris connaissance de son retard, et en 2013, la puissance a envoyé son propre rover sur la Lune, baptisé « Lapin de Jade ». Il s’est posé le 14 décembre 2013, et a pour but d’observer la géologie et l’astronomie.

      Virgin Galactici
      Le tourisme spatial avec Virgin Galactici.

      Le tourisme spatial est de plus en plus évoqué. Celui-ci se développe, mais pour l’instant les projets sont exclusivement pour des personnes fortunées, pouvant débourser des millions. Créer par la société Virgin Galactici, le Space Ship Two, a accroché sous son avion porteur le White Knight Two, il peut emporter 2 pilotes et 6 passagers. Le White Knight Two est capable de larguer le Space Ship Two à une altitude de l’ordre de 15 000 mètres. Ensuite, le Space ShipTwo est propulsé par un moteur-fusée pour atteindre un vol parabolique les 110 km, limite théorique de l’Espace.

      À quoi sert la conquête spatiale ?

      Les experts divergent sur cette question. Richard Heidmann, fondateur de l’association Planète Mars, montre que la conquête de l’espace est intimement lié à nos innovations. Par exemple, le programme Apollo a été moteur dans le développement des ordinateurs. Aujourd’hui, les projets spatiaux sont déterminants dans la transition énergétique. Les astronautes vivent en circuit-court dans l’espace, le recyclage de l’eau par exemple est extrêmement important.

      Franck Damour, dans son livre La Tentation transhumaniste, évoque le new space, la conquête réalisée par des entreprises privées. Il met en corrélation la conquête spatiale, avec les colonisateurs modernes, qui mobilisent depuis le XVIe siècle des acteurs multiplies comme des marchands ou des géologues. Elon Musk est utilisé comme exemple. Le créateur de Space X, veut « déconfiner l’homme de son habitat terrestre pour échapper à son destin« . Il y a donc aussi un mouvement de colonisation de l’espace.

      Isabelle Desenclos, ingénieure aérospatiale et animatrice du blog Rêves d’espace, met en avant que l’exploration spatiale permet d’en apprendre plus sur notre monde et notre planète. Par exemple, grâce aux satellites, on peut suivre en temps réel l’évolution des niveaux de pollution ou encore l’impact de certaines catastrophes. Avec l’étude des autres planètes, on peut aussi comprendre sous un autre angle la crise écologique que nous traversons. Une étude sur Mars a montré que la planète rouge a été habitable mais que c’est un changement d’atmosphère qui en a fait une planète sans vie.

      La France dans la compétition de l’espace

      La France travaille avec d’autres pays pour conquérir et découvrir l’espace. Dans la mission Mars 2020, la France a eu un rôle crucial. Cette mission a pour but de chercher des traces de vie sur la planète rouge. Celle-ci sera réalisée grâce au rover Perseverance, dans lequel une contribution française essentielle : l’instrument SuperCam, aussi appelé l’Œil. Un véritable couteau suisse pour le rover, permettant d’analyser le sol de Mars.

      Plus récemment, Thomas Pesquet s’est envolé dans l’espace pour rejoindre la Station spatiale internationale. Il est parti dans la capsule Crew Dragon de Spaxe X. Avec lui, un Japonais, Akihiko Hoshide et les Américains Shane Kimbrough et Megan McArthur. Le vol a duré 23h. À partir des 10 premières minutes, ils ont atteint l’orbite. À ce moment, la peluche préparée pour l’occasion à commencer à flotter. L’équipage avait choisi un pingouin.

      Le voyage vers l’ISS n’est pas direct. L’équipage va d’abord réaliser plusieurs dizaines de tours autour de la Terre. La vie à bord de l’ISS était programmée à l’avance. Durant cinq jours, 11 astronautes cohabiteront, ensuite il n’en restera que 7. Le Crew Dragon vient relever les 4 astronautes de Space-Crew 1.

      Pour la première fois de l’histoire, c’est un Français qui va prendre les commandes de la Station spatiale internationale. Thomas Pesquet aura le rôle de commandant pour un mois, vers la fin de la mission. Son rôle sera « d’assigner un peu les tâches », en ajoutant : « Je devrai voir là où l’on peut être plus efficace, là où il risque d’y avoir des frictions, là où il va falloir désamorcer les problèmes… ».

      La mode dans l’espace

      Tout au long de la conquête spatiale, les combinaisons des astronautes ont évolué. Toutes les combinaisons, au-dessus, sont utilisées pour quand l’astronaute doit sortir de sa capsule. Elles sont toutes dotées de propulseurs, car dans l’espace, les champs gravitationnels ne sont pas les mêmes que sur la Terre, on se déplace au gré de notre impulsion initiale.

      La grande révolution a eu lieu en 1984, au cours de la mission STS-41B, grâce au Manned Maneuvering Unit, l’astronaute a pu se déplacer jusqu’à 90 mètres. Ce système était l’aboutissement de 20 ans de recherches.

      L’ingénieure Kristine Davis
      L’ingénieure Kristine Davis qui portait la nouvelle combinaison spatiale. Source : Nasa

      Dustin Gohmert
      Le chef du projet Orion Crew Survival Suit, Dustin Gohmert, portait la combinaison. À gauche, l’administrateur de la Nasa, Jim Bridenstine. Source : Nasa

      Pour la mission vers la Lune de 2024 de la NASA, deux combinaisons vont voir le jour. Les combinaisons sont lourdes, grosses et il est difficile de bouger avec. Cette nouvelle combinaison a pris en compte tous ces paramètres. Pour commencer la « xEMU« , devient plus confortable, et surtout plus maniable. Elle sera utilisée exclusivement pour l’exploration sur la surface lunaire. La seconde, entièrement orange, sera dédiée aux phases de décollage, d’atterrissage et pour le retour sur la Terre.

      Nouvelle combinaison
      Le costumier José Fernandez a dessiné ces nouvelles combinaisons. © AUBREY GEMIGNANI / NASA / AFP

      Pour finir, évoquons les dernières combinaisons utilisées pour la mission de Space X. Saviez-vous que le costumier de ces combinaisons, est aussi le costumier de Batman et de Captain America ? Et bien oui ! C’est sans doute pour cela que les combinaisons ont l’air de sortir d’un nouveau film de science-fiction.

      Pourtant, ces combinaisons ont aussi des nouveautés. Par exemple, elles sont en une seule pièce. Cela est inédit, souvent les gants et les casques sont détachés. Par ailleurs, cette combinaison est aussi plus pratique et plus fonctionnelle, avec des gants tactiles pour permettre aux astronautes d’utiliser leurs tablettes de bord.

      La conquête spatiale a débuté il y a plusieurs décennies. Tout d’abord, pour la politique, organisée par les Etats, maintenant, ce sont les acteurs privés qui s’occupent de tout. Au vu des prochains voyages programmés partout dans le monde, la conquête spatiale n’est pas prête de se terminer !

      LAISSER UN COMMENTAIRE

      S'il vous plaît entrez votre commentaire!
      S'il vous plaît entrez votre nom ici

      Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

      Publicité