More
    More

      The Solus Project : quand exploration rime avec survie !

      The Solus Project est disponible en early access sur Steam et GOG depuis le 18 février et le 26 sur Xbox One. Vu que le jeu s’étoffera petit à petit jusqu’à sa sortie définitive en mai prochain, il sera ici plus question d’un aperçu sur le contenu de base qu’offre le jeu de GRIP digital et de Teotl Studios. Celui-ci s’accompagnera d’un test lorsque la version définitive du jeu sera proposée. C’est bien beau tout ça, mais The Solus Project, c’est quoi ? Eh bien je vais vous expliquer ! Il s’agit d’un jeu hybride d’exploration / survie dans un dosage très particulier. Que faut-il attendre de ce jeu indépendant ? Arrivera il a se démarquer des nombreux jeux de survie en monde ouvert ? C’est ce que nous allons voir.

      Dans une galaxie lointaine, très lointaine.

      L’espèce humaine est au bord de l’extinction. C’est sur ce constat très réjouissant que commence The Solus Project. En effet, vous incarnez un explorateur paumé sur une planète inconnue suite à un crash. Votre mission sera de survivre sur ces terres inconnues et accessoirement de déterminer si cette planète peut être propice à une éventuelle colonisation terrienne. Vaste programme, surtout que vous vous retrouverez complètement seul au cœur d’une faune et d’une flore que vous ne connaissez pas, mais aussi des ruines d’une civilisation extraterrestre visiblement disparue. Vous l’aurez compris, si vous cherchez un jeu en coopération ou vous pourrez accumuler des ressources et bâtir des camps avec vos amis, The Solus Project n’est pas fait pour vous. Vous devrez ici survivre seul et avec les moyens du bord.

      2016-02-20_00020
      Un univers riche rempli d’énigmes.

      Man Vs Wild

      Seul sur cette planète inconnue, vous ne devrez pas vous battre contre des aliens mutants ou des vers géants. A priori, vous êtes bel et bien seul et votre principal ennemi sera le climat. En effet, la température ambiante a un effet plutôt conséquent sur votre santé. En progressant dans le jeu, vous devrez surveiller assez régulièrement (voire constamment) votre PDA qui contient des informations capitales à votre survie comme la température ambiante, votre temps de sommeil estimé, mais aussi votre température corporelle et le taux d’humidité.  Celui-ci peut se révéler assez important, car le fait que vous soyez mouillé, à cause de la pluie ou d’avoir fait trempette dans une étendue d’eau, aura également une incidence sur votre condition physique. Bien entendu, vous devrez également boire et manger régulièrement pour survivre, ce que vous avalez étant converti en calories. Pour être complètement rassasié, il faudra compter 3000 calories et 3 litres d’eau. Les ressources de survie sont disséminées soit à proximité d’épaves, de capsules de survie ou même déjà présentes sur la planète. En effet, votre PDA pourra analyser les plantes, sources d’eau et de nourriture du coin pour estimer leur comestibilité ainsi que les calories que ces ressources vous apporteront. Le côté épuré de l’interface, le tout passant par le PDA, renforce l’immersion du titre qui est déjà excellente. Cela dit, pas de panique : si la survie n’est pas votre fort et que l’aspect exploration du jeu vous attire plus, le mode facile propose beaucoup plus de ressources, et vous serez beaucoup moins handicapé par le climat et ses effets. Bien sur, le mode difficile offre un challenge beaucoup plus tendu.

      2016-02-20_00019
      Oui ce truc est bien comestible. Bon appétit bien sûr !

      Indiana Jones dans l’espace

      The Solus Project est autant un jeu d’exploration que de survie. Vous allez devoir explorer des grottes, des temples anciens, chercher des salles secrètes, localiser des mécanismes pour vous ouvrir un passage, et beaucoup d’autres. Le jeu suit le point de vue de l’explorateur, et peut être vu comme une aventure narrative. Des objectifs sont là pour vous indiquer des priorités. Au départ, il s’agira de confectionner une torche, puis il sera vite question de rétablir la communication avec votre espèce. Le cheminement principal peut paraître bien court (comptez environ 4 heures pour avoir accompli la phase 1 et voir l’écran qui nous demande gentiment de patienter jusqu’en mars). En revanche, il existe nombre de notes et d’artefacts à collectionner. Si les notes serviront surtout à étoffer l’histoire et le background de l’univers, les artefacts seront encore plus utiles puisqu’ils amélioreront vos statistiques comme vos points de vie, ou encore votre temps de séchage (les artefacts aliens sont extrêmement étranges, il faut bien l’avouer). Ces collectibles sont en général plutôt bien cachés et vous pousseront à explorer les environnements à fond si vous voulez les trouver.

      2016-02-19_00008
      Des secrets bien gardés…

      Les bémols du format épisodique

      Nous l’avons déjà évoqué, mais The Solus Project sort petit à petit jusqu’en mai. Et, franchement, le jeu étant très prenant, il est assez frustrant de se retrouver devant un écran nous demandant de patienter pendant un mois. Au-delà de cette durée de vie fragmentée, quelques options manquent encore à l’appel. Plus tard, The Solus Project proposera au joueur d’incarner une femme en remplaçant la voix du héros de base. Ajout sympathique mais qui n’empêche pas de jouer en attendant. En revanche, l’absence de sous-titres (même anglais) sur les dialogues est un peu plus embêtante pour les gens qui ne sont pas entièrement bilingues. Pour ce qui est du gameplay, pas grand-chose à reprocher pour le moment, si ce n’est le craft qui se trouve assez simpliste et peu intuitif. Dans The Solus Project, pas de menu de combinaisons d’objets, mais une nécessité de poster un item à terre et de viser avec l’autre pour assembler les deux. Un peu dommage, mais il faut bien admettre que ce n’est qu’un détail.

      2016-02-20_00021
      Grrrrr

      L’aperçu de The Solus Project paraît bien court, mais que dire d’autre si ce n’est « Vivement la suite » ? Pour le moment, on ne peut constater qu’un univers enchanteur, très varié et cohérent, qui donnera envie jusqu’au bout de l’explorer dans ses moindres recoins. La frustration de devoir attendre la suite n’est pas forcément un défaut, c’est un peu la même chose lorsqu’un fan attend le prochain épisode de sa série préférée. En tout cas, The Solus Project mérite amplement l’attention des joueurs pour sa survie pure qui ne se révèle pas très handicapante en mode facile pour les joueurs qui préfèreront se focaliser sur l’exploration. Chacun appréhendera le titre comme il le souhaite. Ce qui est aussi une réussite, c’est que le titre de GRIP digital et Teotl Studios ne ressemble à aucun autre. En y jouant, on ne passe pas notre temps à se dire « ah oui ça c’est comme dans tel jeu, et ça c’est comme dans tel autre… », preuve que The Solus Project possède une identité propre et marquée, et ça c’est déjà une très bonne chose. Pour la suite, on verra. Rendez-vous en mai pour le verdict final !

      LAISSER UN COMMENTAIRE

      S'il vous plaît entrez votre commentaire!
      S'il vous plaît entrez votre nom ici

      Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

      Publicité