More

    Test de « Capcom Arcade Stadium » : la compilation ultime ?

    On ne va sans doute rien vous apprendre, mais la nostalgie a le vent en poupe depuis plusieurs années, à tel point qu’il est parfois plus facile pour un éditeur de capitaliser sur ses succès d’antan par le biais de remaster, remake ou autres plutôt que de tenter de nouvelles licences. Pour les jeux d’arcade, c’est totalement une autre histoire, dans la mesure où cette mode des compilations dure depuis bien plus longtemps. En effet, CAPCOM sortait déjà des « Arcade collections » il y a près de 15 ans. Sans parler de la fameuse collection Street Fighter pour le 30 ème anniversaire sorti en 2018 (dont vous trouverez le test ici). Aujourd’hui, ce qui va nous intéresser c’est Capcom Arcade Stadium qui semble faire office de compilation ultime. L’est-elle vraiment ? Nous allons voir ça.

    Une présentation soignée

    En général, quand on veut nous faire bouffer de la nostalgie en voulant rester relativement feignant, on peut se contenter de mettre quelques roms, un menu qui aura demandé au moins 3 heures de travail à un stagiaire, et bim, on a une source de revenus pas prise de tête. Dans le cas de Capcom Arcade Stadium, on en est très loin. On se retrouve dans un menu inspiré directement des salles d’arcades avec les bornes adéquates et les images des jeux correspondantes qui défilent joyeusement histoire de nous rappeler un peu le jeu pointé dans le menu de sélection. Si vous oubliez que vous allez très vite finir littéralement en slip dans Ghosts’N Goblins, vous vous en souviendrez très vite. Les bornes d’arcade attendent que vous mettiez une pièce, et ça donne envie. A noter que le sound design des menus dans son ensemble est réellement bon et évoque cette époque de l’arcade. Cela sonne plus comme si l’éditeur japonais avait voulu rendre un hommage (certes, à lui même) plutôt qu’une énième compilation pompe à fric, et ça, c’est bien.

    Ce jeu du diable….

    Un modèle économique à la carte

    A la base, Capcom Arcade Stadium est téléchargeable gratuitement avec 1943 : The Battle Of Midway. Vous le sentez venir, il va falloir acheter les jeux un à un ou en packs coûtant chacun 14,99 euros ou 39,99 euros pour la totale des 32 jeux. Sachant qu’il est possible de les acheter pour 1,99 euros l’unité. Une quarantaine d’euros, cela pourrait paraître un peu cher à la base. Mais au final, si on compare avec d’autres collections du même genre, on se rend compte qu’en moyenne, on se trouve devant des collections qui oscille entre 20 et 40 euros comprenant entre 10 et 50 jeux. On ne situe donc pas au niveau de l’affaire en or, mais on reste néanmoins très loin du « foutage de gueule ».

    La variété est là !

    Liste des jeux :

    Pack 1: Dawn of the Arcade (’84 ’88)

    – Vulgus
    – Pirate Ship Higemaru
    – 1942
    – Commando
    – Section Z
    – Tatakai no Banka
    – Legendary Wings
    – Bionic Commando
    – Forgotten Worlds
    – Ghouls ‘n Ghosts

    Pack 2: Arcade Revolution (’89 ’92)

    – Strider
    – Dynasty Wars
    – Final Fight
    – 1941: Counter Attack
    – Senjo no Okami II
    – Mega Twins
    – Carrier Air Wing
    – Street Fighter II: The World Warrior
    – Captain Commando
    – Varth: Operation Thunderstorm

    Pack 3: Arcade Evolution (’92 ’01)

    – Warriors of Fate
    – Street Fighter II: Hyper Fighting
    – Super Street Fighter II Turbo
    – Powered Gear: Strategic Variant Armor Equipment
    – Cyberbots: Fullmetal Madness
    – 19XX: The War Against Destiny
    – Battle Circuit
    – Giga Wing
    – 1944 The Loop Master
    – Progear

    Au final, cette liste est assez complète et variée. Il est même probable que beaucoup auront l’occasion de découvrir certaines pépites méconnues dont certaines ne sont disponibles que dans leur version japonaise. On pourrait peut être regretter les 3 versions de Street Fighter II, surtout quand on a déjà mis la main sur la Street Fighter 30th anniversary collection. Si on regarde à la loupe, on pourrait bien trouver quelques regrettables absents. Peut être seront-ils ajoutés plus tard ?

    Powered Gear, une perle du beat’em up qu’il faut à tout prix connaître.

    Des challenges à foison

    Outre l’aspect visuel des menus réussis, Capcom Arcade Stadium propose également une flopée d’ajouts appréciables. Déjà, de multiples options d’affichages sont disponibles. Vous avez la possibilité de personnaliser le design de la borne, mais aussi de vous en passer pour utiliser un affichage directement sur l’écran sous plusieurs formats, avec la possibilité d’ajouter des filtres au gré de vos envies. Selon les jeux, vous pourrez jouer à plusieurs jusqu’à 4 joueurs. Des mode défis différents seront aussi disponibles pour tenter de grimper dans le classement mondial, ce qui est idéal si vous voulez du challenge. Le mode « défi score » vous permet de tenter le plus haut score possible, sans utiliser la fonction rembobinage (assez pratique, même si évidemment cheatée), avec une seule vie, sans sauvegardes et sans continus. Autant dire que vous avez de quoi recommencer par mal de fois. Il y a aussi le mode « défi spécial » qui propose le même genre de challenges limités dans le temps, mais en plus avec des modificateurs sur le jeu comme par exemple la vitesse du jeu augmentée. Eh bien, bonne chance…

    200 000 ? J’ai fait 7546…

     

    Malgré un modèle économique « à la carte » qui semble dérouter certains joueurs, il faut bien avouer que Capcom Arcade Stadium à de gros atouts à offrir. Que vous soyez fan de la première heure ou que vous souhaitiez découvrir les perles d’antan qui ont fait l’histoire du jeu vidéo, il est clairement probable que vous ne soyez pas déçus. La variété des titres proposés, les petits ajouts et les challenges liés au scoring risque de vous motiver à remettre des pièces encore et encore dans les bornes d’arcade. Heureusement, celles-ci sont virtuelles et illimitées !

    LAISSER UN COMMENTAIRE

    S'il vous plaît entrez votre commentaire!
    S'il vous plaît entrez votre nom ici

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.