More
    More

      Severed : le nouveau bijou des créateurs de Guacamelee

      Aujourd’hui, nous allons tester Severed, un titre du développeur indépendant Drinkbox Studios dont on vous parlait il y a peu. 

      Quand on commence à parler de jeux indé, force est de constater que certains studios ont déjà fait leurs preuves. Forcément, quand on évoque un titre de Drinkbox Studios, les créateurs de Guacamelee, on se dit que celui-ci est à surveiller de très près. Et, lorsque l’on apprend que ce titre sera une exclusivité PS Vita avec un gameplay tactile spécialement pensé pour cette console, on se dit que l’expérience de jeu pourrait bien être très intéressante. Penchons-nous donc avec intérêt sur Severed qui risque d’étonner par bien des aspects.

      NB : Les screens utilisés sont ceux de l’éditeur.

      Un univers cauchemardesque et enchanteur

      Drinkbox Studios a déjà démontré par le passé qu’ils étaient capables de mettre en avant une excellente direction artistique. Severed, digne descendant de Guacamelee, ne dérogera pas à la règle. L’univers campé est très coloré mais aussi rempli de mystères. Le scénario est volontairement minimaliste. Vous incarnerez Sacha, une jeune guerrière munie d’une épée spirituelle qui part à la recherche de sa famille. Cela peut paraître un postulat de départ assez mince (surtout qu’il est mis en place en 2 minutes à peine) mais la vraie force de Severed est bel et bien l’univers campé. Le côté fortement coloré et enchanteur est très largement contrasté avec certaines symboliques assez sombres. En effet, Sacha devra, pour renforcer ses capacités, utiliser des membres sectionnés auparavant à ses ennemis. Pour augmenter sa vitalité, plusieurs morceaux de cœur devront être assemblés, même procédé avec un cerveau pour renforcer la mana. Ces symboliques, comme d’autres liées fortement au soleil et à la lune, font beaucoup penser aux cultures précolombiennes (Aztèque, Maya et Inca) mais n’étant pas un spécialiste du sujet, je ne passerai pas énormément de temps à disserter sur quel élément fait penser à telle civilisation, surtout que les gars de Drinkbox Studios se sont largement appropriés ces inspirations afin de créer un univers à la fois coloré, sombre et envoûtant. Un vrai tour de force.

      severed
      Sacha, je crois que tu as du sang sur les pompes

      Un gameplay pensé pour la Vita

      Pour certains, la PS Vita était déjà morte et enterrée, pour d’autres, il ne fallait s’attendre qu’à de bêtes adaptations qui ne feraient qu’effleurer les capacités techniques de la console. Severed a été conçu spécialement pour la PS Vita, et surtout pour être utilisé avec ses fonctions tactiles. En effet, vous pouvez vous déplacer au choix avec le stick analogique gauche ou avec les boutons croix/triangle/carré/rond (sur le sujet, j’ajouterai que penser aux gauchers est une prouesse assez rare pour être signalée !), tout le reste se fait en interagissant avec les commandes tactiles, et le fait est qu’elles répondent plutôt bien. L’ensemble de vos actions se fera par ce biais, à savoir, se battre, ramasser des items ou encore interagir avec les éléments du décor. La carte, très utile pour vous repérer dans ces énormes donjons, peut aussi être agrandie en touchant le radar du doigt.

      Severed
      Les environnements sont assez variés.

      Des combats originaux

      Le bestiaire est parfaitement cohérent avec l’univers de Severed. Le design des créatures s’intègre particulièrement bien avec la direction artistique mais colle aussi très bien au gameplay. Au départ, les combats paraissent assez faciles puisqu’il vous faudra passer votre doigt sur l’écran pour reproduire les mouvements de votre épée spirituelle. Cela paraît simple, mais il y a quelques subtilités puisqu’un long mouvement fera plus de dégâts qu’un court, et il vous faudra souvent cibler des parties précises du monstre pour contrer sa garde, ou simplement viser un point faible. Pour contrer un coup, vous devrez frapper dans le sens inverse du mouvement de l’ennemi. Cela peut paraître facile de prime abord, mais le gameplay comporte des richesses qui évoluent grandement au fil de l’aventure, surtout que les créatures gagnent de plus en plus en complexité. De plus, à partir d’un certain cap, plusieurs créatures vous encercleront et vous devrez gérer tous les côtés simultanément en vous retournant. Cela implique un rythme assez précis si vous ne voulez pas recevoir des coups de partout.

      severed
      Je vous laisse deviner par où il faut taper cet ennemi !

      Des aspects de RPG et d’exploration de donjon

      Lorsque vous avez suffisamment rempli votre barre de rage, vous pourrez couper les membres, tentacules ou même les yeux de vos ennemis, mais cela vous demandera une précision et un timing exemplaires. Cela ne sera pas utile pour décorer votre salon (encore que…) mais pour améliorer vos compétences dans un arbre assez exhaustif inspiré des RPG. Severed vous permettra d’explorer des donjons immenses qui paraissent assez linéaires au départ, mais vous vous retrouverez bien vite devant des portes closes qui nécessitent des clés ou des leviers trouvés plus tard. Au final, si vous voulez tout explorer à 100 %, vous aurez beaucoup à faire surtout qu’il y a pas mal de zones cachées et autres passages secrets, et cela prolonge très largement la durée de vie.

      Severed_LaunchDate_Image04
       »Ca va couper, chérie…. »

      On ira peut-être pas jusqu’à dire que Severed est révolutionnaire tant les inspirations de Drinkbox Studios nous sautent aux yeux, mais il faut bien avouer que le mélange des genres fonctionne bien. Les coups d’épée à la Fruit Ninja alliés à des combats qui demandent un timing plutôt exigeant… Le tout dans un dungeon crawler à l’univers atypique sur inspiration précolombienne donne un bon jeu indépendant qui exploite très bien les forces du tactile de la PS Vita, et prouve que cette console n’est pas encore morte et enterrée. Malheureusement, même si cela renforce les côtés mystique et mystérieux de l’univers, on pourra regretter une trame extrêmement minimaliste qui ne coupe que très peu les phases de jeu, et une difficulté pas si stressante que ça au final en raison de l’absence totale de pénalité en cas de mort. Mais ces défauts sont minimes et n’impactent en rien le plaisir de jeu. Severed est à conseiller pour les fans de Dungeon Crawler, mais aussi pour ceux qui veulent encore profiter de la PS Vita  et qui cherchent des titres spécialement pensés pour, ou tout simplement pour ceux qui veulent profiter d’une direction artistique immersive et très réussie. Visiblement, si l’on se penche sur la FAQ de Severed, Drinkbox Studios tenait beaucoup à prouver qu’ils étaient capables de se démarquer de Guacamelee, tant par l’univers que par le style de jeu. C’est totalement réussi.

      LAISSER UN COMMENTAIRE

      S'il vous plaît entrez votre commentaire!
      S'il vous plaît entrez votre nom ici

      Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

      Publicité