More
    More

      INSIDE : la noirceur d’un monde sans visage !

      INSIDE est le dernier-né du studio Playdead. Vous savez, le studio qui a sorti en 2010 l’excellent LIMBO. Ce petit jeu en noir et blanc qui contait l’histoire d’un petit garçon tout en ombre. Ici, vous ne serez pas forcément dépaysé, il s’agit également des aventures d’un petit garçon dans un monde jouant également sur les ombres et la lumière…Où les couleurs délavées vous donneront par moments froid dans le dos. Dans cet environnement presque en noir et blanc, seules quelques touches de rouge arrivent à se frayer un chemin dans ce monde si particulier.

      INSIDE 1

      Un monde étrange et dérangeant

      INSIDE était très attendu, et lorsque l’on commence le jeu, on incarne un petit garçon qui cherche à s’enfuir. L’histoire ? Cela sera à vous de la découvrir, nous n’en dévoilerons que peu pour vous laisser apprécier le voyage. Dans INSIDE vous passerez votre temps à fuir, et à descendre de plus en plus dans les entrailles de la terre. Tout le monde semble vous vouloir du mal : en général, il s’agira d’une mort assez rapide. Un tir, un chien affamé, des êtres étranges … Ce petit garçon sans visage semble vouloir survivre à quelque chose, et s’échapper aussi vite qu’il le peut.

      Le monde d’INSIDE vous laissera perplexe, à dire vrai, la plupart du temps, vous aurez cette sensation désagréable d’un monde manipulateur et oppressant. 

      INSIDE 2

      D’autant que vous n’aurez aucun moyen de vous défendre face à des attaques frontales. L’enfant ne pouvant que courir, sauter ou tirer/pousser des objets. Il faudra donc analyser rapidement une situation si vous ne voulez pas mourir. Le jeu n’est pas punitif dans le sens où de nombreuses sauvegardes ne vous feront recommencer que de petites parties.

      Le monde d’INSIDE vous tira vers les profondeurs, les profondeurs de ce qui semble être l’enfer industriel. Un endroit où vous serez testé sans cesse, pour repousser plus loin votre capacité à vous sortir de certaines situations et d’aller d’une pièce à une autre. La narration bien que muette apportera au fil du temps des réponses à vos questions, même si elle vous donnera plus de questions que de réponses. Mais tout comme LIMBO, Playdead apprécie de laisser libre cours à l’imagination de chacun : « Tout est possible, toutes les réponses sont viables, il n’y a pas de mauvaises réflexions ».

      inside 3

      Des énigmes et une patte graphique originale

      LIMBO avait sa patte graphique, et représentait également un monde assez sombre. Bien souvent, il fallait mourir pour arriver à continuer l’aventure du petit garçon… INSIDE reprend la majorité des codes de LIMBO, de petites énigmes qu’il faudra réussir pour avancer. Même si les 90% des énigmes ne vous poseront aucun problème. Pour d’autres, il suffira d’un peu de réflexion, et de patience. Bien souvent vous aurez la solution, c’est juste qu’il faut parfois être rapide.

      Et même en étant rapide, on se dit finalement « Cela ne doit pas être ça », au point de laisser tomber la bonne solution pour en tester d’autres. Ne lâchez rien, la solution est parfois tout aussi simple que vous le pensez ! D’ailleurs, INSIDE n’est clairement pas là pour vous faire creuser les méninges, même quelqu’un qui est débutant dans les casses-tête s’en sortira tout aussi bien.

      INSIDE 4

      Au final, on regretterait presque que les énigmes ne soient qu’un prétexte. Un prétexte qui vous permettra d’avancer. En avançant, et en observant le paysage, les objets, les autres… Cela vous permettra par questionnement d’en savoir plus. Même si, votre raisonnement, n’obtiendra pas toujours de réponses. A vous de vous faire vos propres idées, rien n’est figé dans ce style de jeu. Et si l’on peut y voir un défaut, cela peut tout autant être considéré comme une force ! Chacun verra donc midi à sa porte.

      Concernant les graphismes, même en étant difficile, comment ne pas les aimer ? Ils forgent l’ambiance sombre, oppressante et inquiétante d’INSIDE. Ce qui vous choquera le plus, c’est peut-être que l’enfant n’a pas de visage. Vous ne connaîtrez ses sentiments que par sa gestuelle qui pourrait changer, ou lorsque celui-ci halète par peur.

      INSIDE 5

      On pourrait pointer du doigt une bande-son très discrète, le peu de musiques dans le jeu ne vous interpelleront pas, ou vous agaceront. Seul le bruit des pas de l’enfant devra vous tenir éveillé. L’ambiance sonore est quant à elle réussie et plus qu’inquiétante, elle vous donnera toujours l’envie de vous dépêcher d’avancer.

      INSIDE 6

      Peu de défauts, mais pas de réelle rejouabilité

      Il vous faudra environ 4 à 5h pour venir à bout d’INSIDE. Ce qui est plutôt court quand l’on fait état de petites choses et du prix affiché de 19,99€. Les musiques ne sont pas grandioses, il n’y a pas de réel thème, et les quelques musiques passeront inaperçues ou renfonceront le côté gênant du jeu. De plus, comme dit plus haut, les énigmes sont faciles, et les cafouillages ne seront dus qu’à un manque de rapidité de votre part.

      La narration muette ne laisse place qu’à l’interprétation, vous aurez très peu de réponses, et encore moins si vous n’effectuez que la première fin ! La première fin risque de vous laisser pantois, sans trop comprendre ce qui se passe. La fin alternative sera quant à elle beaucoup plus parlante, mais pour y avoir accès, il vous faudra effectuer certaines choses dans le jeu. Une deuxième partie sera donc certainement nécessaire.

      INSIDE 7

      Cette fin aurait dû être la première fin, pour éviter tout sentiment de frustration. Personnellement, je n’ai pas eu du tout envie de recommencer le jeu pour effectuer la fin moi-même. Et si vous êtes dans ce cas de figure, vous trouverez des vidéos sur le net relativement évocatrices. Il ne s’agit que d’une petite séquence, mais pleine de sens, cela changera toute votre vision sur le jeu !

      INSIDE est un ovni, comme l’est son grand frère LIMBO. Peut-on dire que Playdead a encore réussi son pari ? A sa manière, INSIDE instaure un univers complexe, en à peine 4-5 heures de jeu sans aucune narration écrite ou orale. En soi, qu’un jeu puisse procurer autant de sentiments et de questionnement en si peu de temps, fait de lui un excellent jeu dans le monde du jeu vidéo indépendant ! On pourra lui reprocher son manque d’explication et de réponses. Mais on passe une aventure enrichissante dans un monde tordu et dérangeant. Si le prix est légèrement élevé pour son contenu et sa rejouabilité, la qualité est quant à elle indéniable. A tester d’urgence pour tous les fans de LIMBO et des jeux qui n’ont rien envié aux AAA !

      LAISSER UN COMMENTAIRE

      S'il vous plaît entrez votre commentaire!
      S'il vous plaît entrez votre nom ici

      Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

      Publicité