More
    More

      Test « Inksplosion » (Ratalaika Games) : Le shoot’em up du pauvre ?

      Ratalaika Games propose un nouveau mini-jeu indépendant. Portant le nom d’Inksplosion, l’oeuvre développée par Petite Games propose de mettre à l’honneur le genre du shoot’em up et de le rendre facilement accessible. Un peu trop peut-être… 

      Lorsque l’on commence Inksplosion, le ton est vite donné : les allergiques aux couleurs doivent s’abstenir. Chaque attaque, chaque ennemi vaincu et chaque déplacement libère de la couleur. Cela n’est bien sûr qu’esthétique et n’amène absolument rien au jeu en matière de jouabilité. Néanmoins, cela donne l’idée de repeindre son salon…

      Notons que si vous téléchargez le jeu sur la console de Sony, vous bénéficiez automatiquement de la version PSVita gratuitement grâce aux systèmes du Cross-Play.

      Un jeu qui montre très vite ses faiblesses

      Plus sérieusement, le jeu propose trois modes de difficulté : Classique, Arène et Difficile. Ces trois modes ne possèdent pas beaucoup de différences, exceptés la difficulté et les dégâts que vous recevrez. Dénué de scénario, Inksplosion vous met aux commandes d’un petit vaisseau que vous dirigez avec le joystick analogique gauche, pour tirer avec le droit (ou R1). Une arme vous est donnée aléatoirement en début de chaque partie. Votre mission ? Éliminer successivement une vague de quatre ennemis et tenir le plus longtemps possible. Heureusement, si vous êtes encerclé, vous pouvez toujours activer une fonction ralenti pour vous sortir d’un coup dur. Cela baisse d’un coup la difficulté, surtout si l’on joue en Difficile.

      Enfin, malgré toutes les couleurs, il faut reconnaître que le jeu est assez illisible. Difficile de voir son score et de repérer les ennemis sur l’arène sans prendre le risque de perdre sa concentration.

      Très vite, Inksplosion montre ses trop grosses lacunes. Le jeu ne possède pas grand chose et se révèle très vite répétitif. A l’écran vous n’affronterez que quatre ennemis et ce, à chaque fois pour passer à la manche suivante. Cela manque de tension, de nervosité… Jamais les nerfs du joueur sont mis à rude épreuve. Des mêmes éditeurs, Fullblast se révélait bien plus nerveux.

      Le seul but de ce jeu est de gonfler son score en accumulant les maigres bonus d’armes et les manches sans aucune difficulté. Pour faire simple, le manque de challenge se fait ressentir et on fait rapidement le tour complet du soft. 30 minutes montre en main suffisent pour le finaliser à 100%. Inutile de penser qu’un mode multijoueur serait de la partie. Le jeu n’en possède pas alors que cela aurait nettement joué en sa faveur et aurait permis de compenser sa maigre rejouabilité.

      Finalement, malgré toutes ses jolies couleurs, Inksplosion n’est pas synonyme de beauté intérieure. Il est fade. Certes, il s’agit d’un petit jeu indépendant avec un budget très réduit, mais il manque cruellement d’intérêt. A réserver tout de même aux amateurs du genre. Splatoon n’a pas encore de concurrent…

      Trailer – InkSplosion

      0
      Emeric Gallego
      Photographe, réalisateur et passionné des jeux vidéos et du cinéma. Je rejoins les rangs de Just Focus pour partager ma passion !

      LAISSER UN COMMENTAIRE

      S'il vous plaît entrez votre commentaire!
      S'il vous plaît entrez votre nom ici

      Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.