More
    More

      Battlerite : un Arena Brawler simple, efficace et nerveux !

      Je pense l’avoir déjà mentionné dans quelques-uns de mes tests : je n’aime pas les jeux compétitifs, et les Moba en tête. Certains diront que c’est à cause de mon manque de skill, et ceux-là auront tout à faire raison. J’aime varier les jeux de plusieurs styles, et les jeux comme League of Legends, Dota 2 ou encore les matchs classés d’Overwatch (pour prendre un autre genre en exemple) nécessitent un entraînement assez dingue, et je ne veux pas être obligé de passer mes semaines sur un unique jeu vidéo pour en maîtriser chaque détail pour être le plus compétitif possible (et accessoirement, je ne veux pas me faire insulter à tout bout de champ). C’est un choix pur et simple que j’assume. De ce fait, quand j’ai vu pointer le bout du nez de Battlerite, je me suis dit d’instinct que ce n’était pas pour moi. Il n’était pas présenté comme un Moba, mais faisait quand même furieusement penser à ses plus célèbres représentants. Ce qui m’a convaincu de toucher à cet Arena Brawler présenté comme conçu pour des affrontements entre joueurs, ce n’est pas le système de combat décrit comme dynamique (on conviendra que c’est très facile à dire sur le papier) mais des parties évoquées de 10 minutes maxi ( ce qui est deux à trois fois moins long que celles d’un Moba en moyenne). C’est gratuit, ce n’est pas très lourd à télécharger, allez je teste on verra bien. Et croyez moi, je n’ai pas été déçu. 

      Un gameplay dynamique et nerveux

      Pour le gameplay, on ne nous avait pas menti. Dès le tutoriel, on doit affronter l’IA en 1 vs 1 et on remarque tout de suite que le système de jeu est accessible, mais qu’il nécessite un sens du timing assez précis (et surtout une bonne connaissance de son personnage). En gros, on bouge notre personnage avec ZQSD, on bouge la souris pour viser, clic gauche, clic droit et quelques compétences sur A,E, R et une compétence ultime sur F. C’est assez simple, mais le fait de bouger son personnage au clavier et souris et pas seulement à la souris (comme sur un Moba) rend le gameplay précis et dynamique. De plus, il y a une ressource à accumuler. La barre remplie permet de déclencher l’ulti, et 1 à 4 cases vous permet de lancer la compétence R (ou certaines modifiées avec un effet spécial en maintenant la touche shift). Le gameplay est à la fois suffisamment accessible et complexe pour retenir l’attention de tous types de joueurs. Les matchs sont composés de 5 manches maxi de 2 minutes, ce qui ajoute clairement au dynamisme de l’action. 

      battlerite
      Ashka, tout feu tout flamme !

      Une variété de champions appréciable

      Les champions sont divisés en trois catégories : corps-à-corps, à distance et soutien. Si vous avez déjà joué à un jeu vidéo avant ce jour (ce qui est probable, vu que vous lisez ce texte) vous devez avoir globalement une idée de ce que fait chaque groupe de champions. Cependant, n’attendez pas à ce que chacun soit identique. Dans les soutiens par exemple, certains seront plus axés heal avec quelques attaques à distance (on pense notamment à Blossom et son invocation d’arbre guérisseur), mais d’autres tireront sur le Tank avec une bonne résistance et des attaques au corps-à-corps (Sirius, notre ami chauve). Chaque champion impose son propre style de jeu et il vous sera même conseillé de réaliser quelques parties en entraînement ou contre l’IA avant de vous jeter dans l’action avec un champion que vous n’avez encore jamais joué. 

      battlerite
      Thorn, un épineux problème dans les fesses de l’adversaire

      Une technique banale

      Du côté de la technique, l’aspect efficace saute beaucoup moins aux yeux que pour le gameplay. On se retrouve devant un moteur assez classique vu qu’il fait penser très furieusement aux Moba en raison de la même vue de dessus hyper exploitée et des environnements vraiment peu originaux. A chaque présentation d’arènes, vous vous retrouverez dans un décor assez attendu : une sorte d’arène type jungle, un truc un peu typé chinois, et quelques autres qui procureront une impression de déjà vu assez tenace. Cela n’entache rien au plaisir de jeu, mais il aurait été appréciable d’essayer d’imposer une direction artistique un peu plus créative. D’ailleurs, à la sortie, le nombre d’arènes est plutôt faible. Et vu que l’on ne traverse que des champs de bataille réduits pour se foutre sur la tronche, cela semble un peu léger.

      battlerite
      Une impression de déjà-vu

      Un problème de contenu ? 

      Dans Battlerite, vous pouvez faire des combats 2vs2 ou 3vs3 en partie pvp, classées ou contre l’IA, si on ajoute à ça un petit mode entraînement pour tester les champions et un mode tutoriel très rapidement expédié, vous avez une bonne idée du contenu du jeu. Cela peut sembler assez léger. Bien sûr, des quêtes quotidiennes et hebdomadaires seront là pour vous faire gagner des pièces d’or ou des coffres pour débloquer des champions, des costumes, des skins d’armes ou autres emotes. Le système est connu, je dirais même habituel. D’ailleurs, si l’on regarde l’interface des costumes avec les simples swap color au début et les légendaires à la fin, cela fait clairement penser au système d’Overwatch (surtout couplé avec les coffres à loot aléatoire). Disons que niveau contenu, c’est le minimum syndical. Mais, heureusement, on peut toujours prendre plaisir à tester d’autres personnages tant leurs gameplays offrent une expérience de jeu différente. Surtout que, si vous avez la collectionnite aiguë, il y a de quoi faire dans Battlerite

      battlerite
      Bon y’a quand même des skins bien chouettes

      Laissant entrevoir une sorte de Moba-like sans saveur, Battlerite offre malgré les apparences un gameplay simple, nerveux et dynamique. Les affrontements sont rythmés et la coopération en équipe primordiale si vous souhaitez remporter la victoire. Le contenu un peu faiblard pourrait entraîner une redondance assez déplaisante sur long terme, mais est très largement atténuée par les différents personnages qui offrent tous de nouvelles expériences de jeu tant leur gameplay est différent. Si vous voulez vous lancer dans un petit jeu, de préférence avec un ou deux amis, Battlerite semble le jeu free to play PVP du moment. On attendra avec impatience les futures mises à jour, notamment les futurs champions ajoutés. 

      battlerite
      La dernière venue

      0

      LAISSER UN COMMENTAIRE

      S'il vous plaît entrez votre commentaire!
      S'il vous plaît entrez votre nom ici

      Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.