The Gamer : un isekai classique

0
1972
the gamer cover

Les éditions Kbooks misent énormément sur les webcomic. En résulte la publication en ce printemps du premier tome de The Gamer, un webcomic sud-coréen. Scénarisée par Seong Sang-Yeong, cette histoire nous propulse dans l’univers des jeux-vidéos, des avatars et des illusions. Sans être révolutionnaire, cette introduction pourra plaire aux fans du genre.

Bienvenue dans la Matrice

Ji-han est un lycéen ordinaire dans une ville ordinaire. Sa vie suit une routine reposante quand il se découvre une capacité étonnante. Il voit apparaître des fenêtres intertextuelles au-dessus des personnes qu’il côtoie tous les jours. Lui-même fonctionne comme un personnage de R.P.G développant des compétences, gagnant des niveaux à chaque action. Le monde tel qu’il le connaît bascule. Le voici plonger dans un monde virtuel.

Passé la surprise, Ji-Han apprend à connaître ce nouvel environnement dont les règles lui sont expliquées au fil de sa progression. Désormais un doute assaille le lycée. Qui dirige cet univers ? Tout le monde est-il conscient de cette réalité ? Quel est le sens de son pouvoir ? D’autant plus que des menaces émergent et que ce monde n’est pas aussi linéaire qu’il n’y paraît.

the gamer

The Gamer : une narration immersive

Ce premier volume propose une histoire très rythmée. En effet, notre héros connaît une suite de péripéties assez prenantes entre attaque de zombies, apprentissage des pouvoirs, révélation en tout genre. Plusieurs clins d’oeil aux jeux vidéos –Zelda, Final Fantasy, Gargoyle’s Quest -donnent du sens à cet univers référencé. Les étapes habituelles de la narration vidéo-ludique scandent la lente formation de Ji-Han.

L’histoire, racontée du point de vue du personnage principal, exploite tout le potentiel mystérieux de ce manga. Nous découvrons en temps réel les règles d’un monde très déstabilisant. Le lecteur se pose en permanence les mêmes questions que Ji-Han. Cet univers est-il une simulation ? Les humains sont-ils réels ? Qui en sont les précurseurs ? Ces zones d’ombre soutiennent les différentes phases de ce tome 1 et justifient la construction de l’intrigue.

the gamer

Un récit très classique

Le lecteur entrera très facilement dans cette œuvre. Celle-ci applique deux recettes d’écriture habituelles. La première concerne l’itinéraire du héros : découverte de ses pouvoirs, l’acceptation de son destin, la rencontre avec son mentor et une suite d’épreuves formatrices. Cet ensemble est rendu cohérent par la mécanique propre aux jeux-vidéos : gain d’expériences, boss de mi-niveaux, quête annexe.

La seconde recette se repose sur la construction de la menace. Celle-ci reste très diffuse. L’auteur révèle très peu d’éléments sur ses origines. Les P.N.J semblent chacun posséder un fragment de vérité. Le parcours du héros revient à réunir ces bribes de vérité le plus vite possible avant la confrontation finale. Sans être original, cet antagoniste demeure fonctionnel et recèle assez de zones d’ombre pour tenir en haleine le lecteur.

the gamer

The Gamer : Une ambiance qui manque d’épique

Le format originel (webtoon) souligne les forces et les faiblesses de cette future série. Techniquement le dessin est propre, bien colorisé. Les personnages restent faciles à identifier. Ce style 3 D sert d’ailleurs idéalement la thématique vidéo-ludique. La mise en page, en outre, accompagne efficacement les scènes d’action soutenant le dynamisme global de ce volume.

Mais ce dessin très fonctionnel ne soutient pas la comparaison avec les autres titres du genre notamment Shangri-La Frontier. En effet les décors sont très ternes voire limités. L’univers semble vide. On peine à être totalement investi dans l’histoire. Et c’est étonnant car le manga Dédale, sur un concept similaire, parvenait à nous vendre un monde dense. Cette pauvreté du dessin souligne l’autre faiblesse de ce The Gamer. Par rapport aux autres œuvres du même, il n’apporte pour le moment par grand choses de nouveau.

The Gamer se présente donc comme un isekai classique, de bonne facture qui plaire aux amateurs du genre. Vous pouvez le commander sur le site de l’éditeur.