Shangri-la frontier, tomes 3 et 4 : à l’assaut du gardien

0
257

Publié par les éditions Glénat, Shangri-la frontier explore le monde virtuel des M.M.O.R.P.G. Dès son premier tome, la série a su se distinguer des œuvres du même genre. Ses atouts : un amour pour le média, un angle d’approche inattendu et une fine connaissance à la fois de l’univers et de toute la culture qui l’entoure. Avec ces tomes 3 et 4, la série ouvre un nouvel arc fascinant.

Le goût du jeu

Rakuro Hizutome, alias Sunraku fait partie des légendes des jeux vidéos.  Il a bâti sa réputation de la plus originale des manières. En triomphant des bouses, ces mauvais jeux tellement truffés de défauts qu’ils semblaient impossibles à finir. Mais il a démontré que la dextérité et l’intelligence viennent à bout de tout. A force de triomphe il commence à être lassé quand ce présente à lui un nouveau défi : Shangri-la Frontier.

Derrière ce nom se trouve un M.M.O.R .P.G qui a séduit 30 millions de joueurs. Tout le monde l’encense. C’est donc presque pour la blague que Sunraku se connecte convaincu qu’il a vite finir le jeu. Il est vite déçu et agréablement surpris. Le jeu est dur tout en étant bien conçu. Redécouvrant l’humilité, il se plonge dans une partie passionnante où il en apprend autant sur cet univers que sur lui-même.

9782344051665 pg Shangri-la frontier, tomes 3 et 4 : à l’assaut du gardien

Shangri-la Frontier : l’esprit d’équipe

Le premier changement très intéressant de ces deux tomes concerne l’évolution de Sunraku. Jusqu’à présent, il se définissait comme un joueur solitaire (avec son improbable compagnon P.N.J  Emul, la lapin vorpalin). Il menait ses quêtes, tel un rôdeur. Il accomplissait en quelques heures des tâches qui avaient demandé aux autres joueurs des semaines entières. Il a même affronté Lycaon, un des sept monstres uniques réputés invincibles du jeu. Ce combat l’a marqué au sens physique du terme et l’a désigné comme une cible pour nombre de joueurs spécialistes de l’attaque d’autres joueurs.

Pourtant, ces volumes de Shangri-la Frontier montrent une inflexion dans son évolution. En effet, d’abord sa relation avec son P.N.J s’approfondit de même que son lien avec le mystérieux monde des lapins. D’autre part, une nouvelle quête, éliminer le gardien du tombeau, un autre des sept monstres uniques l’amène à travailler en coopération avec deux de ses « amis ». Ceci conduit l’auteur à analyser avec finesse l’univers des jeux en ligne, de détailler la psyché des joueurs où tous n’obéissent pas au même code moral. Ainsi, notre héros doit en permanence analyser les motivations des autres : sont-ils honnêtes ou lui tendent-ils un piège ?

Shangri-la frontier : l'équipe est prête

De l’action dans un cadre très inspiré par le Japon

Ces deux volumes offrent encore toute une gamme de scènes d’action inspirées. L’auteur se lâche pour nous proposer tout le bestiaire possible que ce soit des insectes géants, des guerriers immortels, des morts-vivants. Les connaisseurs des jeux-vidéos retrouveront facilement les clins d’œil à Baldur’s Gates par exemple à travers les équipements ou le système de combat. L’ensemble est porté par une mise en scène vraiment dynamique qui rend épique les différents affrontements.

Si Shangri-la Frontier baigne dans un universalisme vidéo-ludique assumé, ces deux tomes approfondissent la profonde inspiration japonaise. Celle-ci se voit d’abord dans l’architecture du monde des lapins. Celui-ci mélange du médiéval fantastique occidental avec le féodalisme nippon. Les demeures des lapins vorpalins copient les maisons traditionnelles nippones et les palais des daimyos. Elles viennent parfaitement accompagner le parcours initiatique que suit Sunraku. Ce lien avec le Japon se retrouve ensuite dans la figure du gardien. Ce samouraï porte un deuil éternel. Et sans dévoiler les racines de l’intrigue, il est un hommage au code du bushido.

DRETTTT Shangri-la frontier, tomes 3 et 4 : à l’assaut du gardien

Shangri-la Frontier : un esprit à la Matrix

Une des grandes qualités de ces deux tomes concerne le message que véhicule l’histoire. Celle-ci d’abord insiste beaucoup sur l’importance de l’entraînement et sur les valeurs humaines. Comme le dit Morpheus dans Matrix « Il y a une différence entre connaître le chemin et arpenter le chemin ». Tout ce que Sunraku a appris dans les bouses l’a amené à devenir le joueur qu’il est. Même si son niveau est inférieur à de nombreux joueurs, à de nombreuses créatures, il a appris à se dépasser à jouer au-delà des normes imposées par le jeu. C’est alors que l’histoire de Shangri-la Frontier surprend en réhabilitant ses bouses. Combien de joueurs sont-ils devenus bons, patients à cause de ces jeux ?

Une autre citation de Matrix colle parfaitement à ce récit « : On n’est pas le meilleur quand on le croit mais quand on le sait ». En effet, si Sunraku progresse si vite c’est parce qu’il est animé d’une conviction. Il est le meilleur et il n’a pas peur de se confronter à des adversaires réputés supérieurs. Il ne doute jamais et trouve en lui des ressources insoupçonnées. Cependant, cette confiance ne le transforme pas en monstre d’orgueil. Le volume quatre insiste au contraire sur sa noblesse d’âme. Le grand joueur sait devenir professeur voire perdre pour apprendre des autres.

SD Shangri-la frontier, tomes 3 et 4 : à l’assaut du gardien

Shangri-la Frontier  se renouvelle sans cesse et ces troisième et quatrième ouvrent un arc narratif passionnant.  Portée par des dessins somptueux et une belle morale, la série continue de nous passionner. Vous pouvez retrouver ici notre critique sur le précédent volume.