Le Rooster Fighter n’est plus pour sauver la Terre

0
110

Le Rooster Fighter est de retour dans un troisième tome plus collectif. Keiji vit désormais en trouple et cela ne facilite pas sa quête de vengeance. Comment le coq pourra-t-il trouver le tueur de sa sœur alors qu’il marche avec une poule et un poussin ?

Les trois mousquetaires de la basse-courLe nouvel adversaire du Rooster Fighter

Keiji est un coq capable, par ses talents de combattants et son cri, de tuer des monstres immenses. Il voyage à travers le Japon. Cependant, depuis plusieurs tomes, il est accompagné par la petite Piyoko. Depuis le tome précédent, le duo a été rejoint par Elizabeth, une ancienne conquête qui utilise des outils humains pour communiquer ou électrocuter les humains. Keiji est un animal solitaire qui peine à se faire à cette vie de famille. Enfin, une famille où la fille n’a pas réglé son complexe d’Œdipe.

Rooster Fighter devient un récit sur une relation de couple. Même si Piyoko est un poussin, elle est persuadée d’être en couple avec Keiji. Pourtant, Elizabeth pense aussi être la Juliette de ce Roméo à plume. Le coq n’est plus libre de sauter tout ce qui a des ailes car la poule noire veille au grain avec son dard électrique pour faire rentrer celui de son compagnon. Ne supportant plus cette pression, le groupe se divise. De plus, Tatsuo et son assistant Kokichi arrivent. Ce coq noir vient de venger car Keiji a couché avec sa compagne. Ces différentes histoires montrent que Rooster Fighter est une parodie du shonen. On retrouve les codes mais Shu Sakuratani les inverse. Tatsuo, Némésis de Keiji, a déjà perdu de nombreuses fois. Le héros n’est pas aimable. Il refuse un disciple par égoïsme et prétention.

Sur écran mais en manga

Telle une influenceuse sur un yacht au Qatar, le coq est devenu une star des réseaux sociaux. Le pauvre est poursuivi dans le rue par des admirateurs avec un filet mais lui ne s’expatrie pas dans un pays du Golfe. Pourtant il a des ailes. Le coq fuit la gloire ce qui semble totalement incompréhensible à la moitié des Marseillais, pas les habitants mais la copie frauduleuse circulant à la télé.

Édité par Mangetsu, Rooster Fighter continue d’être une série hilarante en parodiant le cinéma. Keiji peut faire tomber une montagne par son cri. Par le talent de Shu Sakuratani, une tornade créée par un kijûs est totalement crédible. Contrairement aux films catastrophe, les combats sont totalement délirants et le héros de la série a un comportement absolument insupportable.  Il est au final assez bête et pense plus avec son corps qu’avec son esprit. C’est une femelle qui lui explique comment utiliser des outils humains comme un smartphone. Des scènes semblent reprise d’un film romantique sauf que les protagonistes qui s’embrassent sont un coq et une poule. Dans Rooster Fighter, l’humour est parfois très noir. On peut soit trouver les monstres ridicules et en rire ou les trouver pathétique et être ému. Les émotions sont donc très variées.

11La célébrité du Rooster Fighter

Dans Rooster Fighter, Shu Sakuratani dénonce également la violence omniprésente tant chez les humains que chez les animaux. Elle est juste plus hypocrite et cachée chez nous mais elle fait surface par les kijûs. La colère est un virus. Ceux qui sont touchés finissent par aimer leur maladie. La haine devient un plaisir. Cependant, Shu Sakuratani introduit une subtilité aussi dans cette opposition entre monstres et humains. Keiji rencontre un kijû ressemblant à un gnome. Il s’agit d’un sdf infecté mais, détestant la bagarre, il préfère jouer paisiblement à la machine à sous. La cause de sa haine ayant disparu il a perdu sa raison de vivre comme un chroniqueur de CNews ayant compris la bêtise de racisme. Ce nouveau tome très surprenant. Il insiste sur le sens du sacrifice des humains, des poulets et même d’un kijû. Un acte désintéressé d’héroïsme sauve une communauté mais fait aussi ébranler les certitudes de chacun.

Dans le quatrième tome de Rooster Fighter, le monde des gallinacés s’étoffe. Les deux premiers étaient très cyniques et reposaient sur l’opposition entre les humains et les animaux, entre les gagnants et les exclus. Ce quatrième volume montre une plus grande subtilité au sein des poulets et des humains. Vivement la suite.

Vous pouvez retrouver par ces liens les débuts de la série et Les Tortues ninja, une autre bd animalière.