More
    More

      Focus Sur Le Japon et la Saint Valentin

      La Saint Valentin est là ! N’ayez crainte, la fête de l’amour n’est pas annulée ni en France, ni au Japon ! Avec la pandémie certains n’y croyaient plus. Bon, c’est sur que cette année nous ne pourrons pas la fêter comme d’habitude. Malgré cela, certaines traditions vont rester. Au Japon, ce sont les filles qui offrent des chocolats pour la Saint Valentin. Just Focus vous emmène découvrir cette tradition.

      Le Japon importe la Saint Valentin

      À l’origine, la fête de la Saint Valentin est une fête occidentale avec des racines datant de l’ère Romaine. Bien qu’au départ, la Saint Valentin n’était pas une fête romantique, l’association de ce jour avec les chocolats se fait par un Anglais. En 1861, le chocolatier britannique, Richard Cadbury est le premier à mettre en vente les boites de chocolats en forme de cœur. Pour séduire le public victorien, il disait que les boites avaient un double rôle. Non seulement la boite présentait des délicieux chocolats mais, une fois ces derniers consommés, la boite pouvait servir pour ranger ses cartes ou lettres d’amours. La machine de marketing lancée, cette idée fait des ravages sur les marchés et gagne en popularité mondiale au fil des années.

      C’est ainsi que la fête romantique a été importée au Japon à la fin des années 50, par une compagnie de confiseries du nom de Morinaga. Contrairement en France, où les hommes offrent des fleurs à leur compagne, au Japon ce sont les femmes qui offrent des chocolats à l’élu.e de leur cœur. On dit que, suite à une erreur de traduction, la compagnie Morigana aurait présenté la Saint Valentin auprès du public Japonais comme étant « une journée où les femmes offrent des chocolats aux hommes ». Et c’est selon ces dires que cette fête a persisté.

      Les types de chocolats de la Saint Valentin

      Pendant la Saint Valentin, on peut retrouver dans les supermarchés, centres commerciaux et pâtisseries/chocolateries des centaines de délicieux chocolats. Mais, pour les japonais, il y a une « hiérarchie » de chocolats à respecter.

      Yuichiro (41 ans) explique, « Les chocolats ne sont pas tous identiques. Il y a une sensation de malaise si on n’offre pas de chocolats aux autres. Donc on en donne plusieurs types. »

      Les « Giri-Chocos »

      Les « Giri-Chocos » (義理チョコ) sont littéralement traduits en « chocolats d’obligations/de courtoisie ». Ce sont les chocolats offerts aux collègues de bureau, des amis ou de la famille, sans avoir d’affection romantique derrière. Très souvent ces chocolats sont achetés par les japonaises à offrir à leur proches, amis ou collègues en marque de politesse ou bien d’obligation sociale.

      anime, chocolate, and shoujo image
      Sawako et les « Giri-Chocos » Kimi ni Todoke (Saison 2 episode 1)

      Les « Tomo-Chocos »

      Les « Tomo-Chocos » (友チョコ) sont des chocolats « de l’amitié » que les femmes offrent à leurs amies. C’est une tradition un peu plus récente comparée aux autres catégories de chocolats. Assez similaire au concept du « Galentines day » (Saint Valentin entre copines), les collégiennes ou lycéennes s’offrent entre elles des chocolats pour démontrer leur affection amicale.

      Sawako et les "Tomo-Chocos" Kimi ni Todoke (Saison 2 episode 1)
      Sawako et les « Tomo-Chocos » Kimi ni Todoke (Saison 2 episode 1)

      Les « Honmei-Chocos »

      Les « Honmei-Chocos » (本命チョコ) sont les « chocolats de l’amour/ de la destinée ». Offert a l’amant, l’époux ou le petit copain, ces chocolats représentent l’amour que porte une femme envers quelqu’un. Ces chocolats peuvent soit être faits maison ou bien achetés. Habituellement, si ces chocolats sont achetés, ce sont des chocolats d’excellente qualité. Les dramas et les mangas shojos ont aussi contribué à rendre l’idée de donner des chocolats a l’être aimé.e populaire auprès des filles.

      Sawako et les "Honmei-Chocos" Kimi ni Todoke (Saison 2 episode 1)
      Sawako et les « Honmei-Chocos » Kimi ni Todoke (Saison 2 episode 1)

      Les « Jibun-Chocos »

      Ce n’est pas parce qu’une personne est célibataire qu’elle ne peut pas recevoir de chocolats  ! les « Jibun-Chocos » (自分チョコ) sont les chocolats qu’on s’offre à soi-même ! Et pourquoi pas justement ? Il n’y a rien de mal à s’aimer soi-même et s’offrir des délices.

      Une tradition qui commence jeune

      Bien que donner des chocolats peut se faire à n’importe quel âge, on retrouve souvent l’échange de chocolats au collège et lycée. Quoique, pour le couple Eri (40 ans) et Raphaël (35 ans), l’échange commence encore plus jeune.

      « On peut se donner des chocolats dès la maternelle ou bien l’école primaire. Mais ce seront plutôt des « tomo-choco » que les filles se donnent entre elles. »

      Malgré la popularisation de l’échange de chocolats, en temps normal, les élèves n’ont techniquement pas le droit d’apporter des chocolats ou des bonbons à l’école. La raison est que les confiseries ne sont pas bons pour la santé. « Mais pendant la Saint Valentin, ils laissent faire » précise en riant Yuichiro. On connait tous les images des mangas ou animés ou un garçon reçoit beaucoup de chocolats de différentes personnes. Mais de temps en temps, cela arrive dans la vraie vie.

      Yuichiro se souvient d’une petite ‘rivalité’ entre garçons pendant la fête. « Entre garçons, on regardait qui en recevait le plus (de chocolats). Si un garçon en recevait plus, cela voulait dire qu’il était plus populaire. »

      Kazehaya est jaloux Kimi ni Todoke (Saison 2 episode 1)
      Kazehaya est jaloux Kimi ni Todoke (Saison 2 episode 1)

      Le « White Day » au Japon: retour à l’envoyeur

      Contrairement en Occident où, une fois la Saint Valentin passée, on n’y pense plus, au Japon il y a une autre tradition. Le 14 mars voit le « White Day » (Le Jour Blanc). Pendant cette journée, les garçons et le hommes qui ont reçu des chocolats doivent rendre la pareille auprès de toutes les femmes et filles qui leur ont offert des chocolats.

      « Dans notre culture, quand tu reçois un cadeau, tu dois faire pareil » explique Eri. Au Japon, la réciprocité est très importante, cela s’appelle Okaeshi. Partie intégrante de la culture japonaise, la coutume de Okaeshi requiert qu’une personne qui a reçu un cadeau doit donner un cadeau en retour. Ne pas le faire serait très mal vu aux yeux de la communauté japonaise.

      Pendant le White Day, les garçons offrent traditionnellement des cadeaux blancs. Cela peut être des guimauves, des cookies ou des bonbons, pour n’en citer que certains. Une tendance moderne est apparue chez les jeunes. C’est celle du « Gyaku-Choco » (逆チョコ). Ces chocolats là sont ceux que les garçons offrent aux filles en retour.

      Il existe aussi une autre règle pour le White Day. C’est celle du sanbaigaeshi (三倍返し). Cela veut dire « rendre trois fois la valeur » du cadeau original. Si un homme reçoit des chocolats de la part d’une femme, il doit lui donner un cadeau de trois fois la valeur des chocolats.

      Autant dire que, aussi bien pour les hommes que pour les femmes, la période de la Saint Valentin au Japon requiert un certain budget ! Malgré l’aspect très commercial de ces deux fêtes, la Saint Valentin reste une journée pour apprécier et démontrer tous types d’amour.

      +2
      Clemence Waller
      Journaliste passionnée de livres, de voyages et d'écriture.

      LAISSER UN COMMENTAIRE

      S'il vous plaît entrez votre commentaire!
      S'il vous plaît entrez votre nom ici

      Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.