Entre deux matchs, Ashito doute

0
553

Ashito vient de finir son premier match pour l’équipe A de l’Esperion dans le tome précédent mais le bilan est sombre pour le débutant. Ce tome 14 va-t-il montrer enfin son succès ?

Une amère défaite

Ashito, un joueur en plein douteCe volume s’ouvre par la victoire de l’équipe A en première ligue. Ashito a tenu le coup, mais il n’a pas convaincu. Le héros de la série semble revenu au point de départ. Il n’a plus confiance en lui car il se sent dépassé par la technique et le physique. Il ressent peut-être sa plus grande frustration depuis le début de la série d’autant plus que sa faiblesse est confirmée par les entraîneurs. Selon eux, Ashito ne mérite même pas d’être sur le banc des remplaçants. Il doit retrouver la cruelle place de spectateur dans les gradins. Cette régression n’entame pas sa détermination car il voit ce retard comme un challenge. Ashito a pu discuter dans le tome précédent avec l’espoir international du club, Harushisa Kuribayashi. Selon lui, Ashito avait les qualités pour être un joueur polyvalent.

Ce volume retrouve les entraînements. Ces pauses permettent d’approfondir davantage aux réflexions psychologiques des personnages et leurs actes pour devenir des meilleures personnes. Le livre remonte à l’enfance d’Ashito pour comprendre sa manière si rapide de progresser. Il a commencé en dehors de la norme. L’humour est présent comme lorsque des joueurs kidnappent des défenseurs.  Le scénariste Yugo Kobayashi sort également des terrains pour narrer les amours complexe d’Ashito.

Entre enfance et âge adulte
Les amis d'Ashito restent dans les gradins

Dans la nouvelle équipe d’Ashito, la pression est forte à la fois pour être au niveau et se distinguer afin d’accéder au professionnalisme. C’est la loi du plus fort poussée au maximum. Kuribayashi compare le championnat lycéen à une armée car l’entraîneur a toute autorité sur ses troupes et impose son idéologie. Un joueur est sèchement remis à sa place. Un joueur doit rester humble, accepter ses lacunes pour pouvoir les dépasser. Il faut certes être le meilleur, mais les méchant sont ceux qui refusent la solidarité et l’entraide. Un exercice le montre dans ce tome et Anri Kaido critique la jalousie de Keiji Togashi.

Au contraire l’équipe B était un lieu de formation, une école. L’arrivée des jeunes dans le groupe A est encore plus dure. Les jeunes sont dépassés dans tous les domaines. De plus, les titulaires ont l’expérience de la compétition et des automatismes de plus en plus nombreux. En entendant les entraîneurs échanger entre eux, les promus se sentent humiliés. Ils ne sont pas au niveau. Avec l’arrivée de Kuribayashi et de joueurs revenant de blessures, il n’y a pas de place pour eux. Chacun risque d’être relégué en équipe B.

Les plus jeunes doivent demander aux plus anciens comme progresser. L’entraîneur Tatsuya Fukuda s’implique de plus en plus. Il rentre sur le terrain et n’hésite pas à s’investir en dehors de ses heures de travail. Cependant, l’adulte ne doit pas tout expliquer, mais cette relation éducative va dans les deux sens. Le joueur qui enseigne apprend autant que celui qui écoute. Cette transmission entre les joueurs, entre eux et les entraîneurs traverse ce volume.

Édité par Mangetsu, ces épisodes d’Ao Ashi en dehors d’un match pourraient apparaître comme facultatifs. Cependant, ce tome prouve le contraire. C’est à ce moment que les joueurs comme Ashito expérimentent, apprennent des concepts et des techniques qu’ils pourront tester en match. L’ambition individuelle est essentielle. C’est elle qui pousse chacun vers le haut, mais elle ne suffit pas.

Retrouvez sur le site d’autres manga de foot de Mangetsu avec Deep 3 et Ping Kong.