[Critique] Zero: Dragon Blood, une saison 2 au top pour le toku spin-off de Garo !

[Critique] Zero: Dragon Blood, une saison 2 au top pour le toku spin-off de Garo !

Nous en parlions dans notre Top Drama 2017 et quelques mois auparavant, nous vous avions proposé un guide sur la licence Garo ; en profitant pour vous annoncer l’anime et le film. Ce mois-ci, on revient sur l’un des spin-off de ce tokusatsu. Rei Suzumura reprend du service pour notre plus grand plaisir dans Zero: Dragon Blood !

 

Zero: Dragon Blood (saison 2)

 

Titre original :  絶狼〈ZERO〉 -DRAGON BLOOD- / 絶狼-DRAGON BLOOD- / ゼロ ドラゴンブラッド-

Titre alternatif : Zero: Dragon Blood

Genre : Tokusatsu – action – science-fiction

Pays : Japon

Épisodes : 13

Chaîne : TV Tokyo

Période de diffusion : du 07 janvier au 01 avril 2017

Réalisateur : Amemiya Keita (Garo)

Scénariste: Umeda Sumiko (Garo)

Oeuvre originale : Amemiya Keita

 

Synopsis

Rei Suzumura poursuit son devoir de chevalier Makai, chassant les Horrors qui s’en prennent aux humains. Il croise la route d’Alice Hiromi, une jeune photographe à la recherche d’un œuf étrange dont le but reste un mystère. Rei après quelques recherches s’aperçoit que l’œuf en question est une relique Makai et un œuf de dragon qui peut apporter le désastre entre de mauvaises mains. Mais Edel est déjà sur le coup et Zero n’est pas au bout de ses peines.

 

Casting principal

 

Suzumura Rei / Zero


Fujita Rei

(Zero: Black Blood)

Hiromi Alice

Aoshima Kokoro

(ZERO: Dragon Blood)

Rekka


Matsuyama Mary

(HAMMER SESSION!)

Edel


Yuge Tomohisa

(Kaseifu no Mitazono)

 

 

Sauver le monde de la destruction

(risque de spoil)

 

L’intrigue est similaire aux autres saisons de Garo et nous retrouvons donc un chevalier Makai (ici Zero), un grand méchant (Edel) bien qu’il y en aura d’autres, une humaine (Alice) un peu trop naïve et enfin une prêtresse Makai (Rekka). En 2014, nous avions découvert le premier spin-off et la saison une centré sur Rei Suzumura déjà présent dans Garo aidant ici et là le chevalier d’or Kouga Saejima. Etant un personnage apprécié du public il était évidemment tout naturel de le voir dans sa propre série puisque son personnage est assez solitaire. Il était alors question d’une secte regroupant des horrors et des humains contrôlés par Ring, un horror et d’une ancienne prêtresse Makai. Nous avions bien aimé mais nous déplorions qu’il n’y est malheureusement que très peu d’épisodes (six au total).

Cette nouvelle saison était donc attendue de pied ferme et nous n’avons pas été déçus bien au contraire. Déjà, le format passe à un niveau plus correct, le double du précédent et Rei a gagné en maturité sans parler de sa coupe de cheveux qui lui correspond mieux vu son look de rebelle ! On le retrouve presque comme si nous l’avions quitté hier et c’est un plaisir que de le suivre de nouveau dans ses aventures. L’histoire a été revue à la hausse et est vraiment bien ficelée avec des rebondissements à la hauteur de nos espérances. Et puis, n’oublions pas la présence non négligeable de Rekka, une prêtresse Makai forte et attachante qui sublime ce beau duo de partenaires avec Zero.

 

Le chevalier d’argent brille de nouveau

 

Suzumura Rei n’a rien perdu de sa superbe malgré les années qui séparent les deux saisons de la série. Cependant, il y a tout de même une évolution de son personnage qui derrière sa carapace d’homme solitaire, nous montre aussi qu’il a un cœur et qu’il n’en oublie pas sa mission première. Celle de détruire le mal qui ronge les humains et les fait devenir des horrors ; ce concept de super-héros des temps modernes n’en reste pas moins un classique qui a ses adeptes. Revenons à présent sur Alice cette jeune photographe qui cherche un œuf s’avérant être celui d’un dragon en plus d’être un artefact Makai. Son personnage ne nous a pas séduit et ce, pour plusieurs raisons: son insistance envers Rei, sa façon de chercher les ennuis, et le fait que c’est autour d’elle que tout se déroule. De ce fait, quand plus tard elle change de visage nous n’étions pas surpris mais la tournure des événements s’est révélée intéressante.

Nous avions aussi Edel le chevalier dragon qui convoite l’œuf tout comme Alice. Cet homme nous a d’ailleurs appris de nouvelles informations que nous vous laissons libres de découvrir. Son histoire et son personnage nous ont touché. Bien qu’il soit du mauvais côté, on comprend ce qu’il ressent et pourquoi il fait tout cela. Enfin, qu’aurait pu faire notre Zéro sans la présence indispensable de Rekka qui a su l’épauler et l’aider dans sa mission. Mais qu’en est-il de cette relation car on se demande bien si finalement c’était du fan-service ou bien le début d’une romance ? Le mystère demeure…

 

Sombre mais remplit d’espoir

 

Globalement, que dire de cette saison si ce n’est que tous les éléments qui font le succès de ce toku ont été respectés comme d’habitude. Le soin apporté au design des horrors par Amemiya Keita est très recherché et évolue sans cesse nous faisant nous demander où il peut bien puiser son inspiration pour créer de telles atrocités. Mais derrière ce style horrifique unique et propre à ce créateur de génie, il y a une grande beauté et une signification cachée.

Notamment cette horror à l’allure du lapin blanc semblable à celui d’Alice au pays des merveilles de Lewis Carroll. Nous offrant par la même occasion un clin d’œil évident au personnage d’Alice dans la série. Au niveau des musiques, elles ne changent pas beaucoup. Quant aux génériques, là encore, rien de nouveau puisque c’est le groupe JAM Project qui est aux commandex ainsi que DUSTZ le groupe de Fujita Rei l’interprète de Zero et cela est un vrai régal ! Un bon toku où l’on ne serait pas contre une troisième saison histoire de faire durer le plaisir !

 

Si les supers-héros, la quête du bien contre le mal et la noirceur humaine sont des sujets qui vous parlent le tokusatsu Zero: Dragon Blood devrait vous convenir. Par contre, il vaut mieux connaitre l’univers de Garo avant de se lancer, sinon vous serez légèrement perdu !

 

 

Laissez votre commentaire