Critique du tome 33 de My hero Academia : l’heure du rassemblement

0
365

Série phare de chez Ki-Oon, My Hero Academia a amorcé depuis le volume 32 un nouvel et peut être ultime arc narratif. Nos héros ont grandi, leurs adversaires aussi. De multiples enjeux viennent s’entrecroiser dans ce tome qui poursuit une évolution vers un ton plus adulte, plus dramatique sans perdre la douceur propre à la série. Ce trente-troisième tome offre une pause salutaire dans l’affrontement entre le One for All et le All for One? enrichie d’une réflexion sur le don de soi, l’héroïsme et l’engagement.

Alone in the dark

Tomura Shigaraki a répandu le chaos au Japon. En libérant des centaines de super-vilains de la prison du tartare, il a infligé un coup terrible aux super-héros. La guerre a débordé dans toutes les rues, les civils ont été exposés et pour la première fois les héros ont failli. Incapables de résister au maëlstrom de violence, ils ont perdu la confiance de la population et perdu foi en eux. Certains ont démissionné, d’autres ont fui et une poignée résiste encore espérant empêcher Tomura d’achever sa transformation.

Parmi les derniers défenseurs de la paix, Deku a décidé de continuer la lutte. Sa maîtrise des alters des précédents possesseurs du One for all progresse. Mais elle le pousse à changer, à devenir plus sombre, plus solitaire. Convaincu qu’il ne doit plus mettre en péril la vie de ses amis, Deku agit désormais en ronin et repousse ses anciens amis. Mais face à la menace qui se profile, il va découvrir qu’il a plus que jamais besoin de ses camarades tandis que de nouveaux alliés inattendus viennent prêter main forte aux héros japonais.

hero

 

My hero Academia version The Dark Knight

La série n’a jamais renié son admiration pour l’univers des comics multipliant avec intelligence les clins d’oeil et les références. Cet opus poursuit ce mélange en offrant à Deku un itinéraire digne de Batman. L’auteur nous propose en effet un héros confronté à un dilemme personnel que ne renierait pas Bruce Wayne. Faire confiance à son équipe ou agir seul pour assumer seul le poids de ses actes ? Le choix de Deku l’amène à une double transformation physique et psychologique que le trait rend merveilleusement bien.

Cette évolution modifie également le caractère des camarades de Deku. A l’image de la « bat-family » ils vont intervenir pour ramener leur héros vers le chemin de la sagesse et lui réapprendre à faire confiance. Quitte à devoir l’affronter pour briser la carapace de peur qui enserre leur ami. Plusieurs pages magnifiques illustrent ce face à face terrible où chaque camp est animé par de bonnes intentions. L’auteur parvient ainsi donner aux amis de Deku des moments iconiques (le discours, les excuses par exemple) renforçant la nécessite d’agir ensemble.

Sans titre 2 Critique du tome 33 de My hero Academia : l'heure du rassemblement

 

False God

La référence aux comics va encore plus loin. En effet comme dans le film Batman vs Superman, ce sont les super-héros et le premier d’entre eux All Might qui sont remis en cause. Les dernières pages de My Hero Academia présentent en effet une statue de All Might avec la pancarte « la cavalerie n’est pas là » barrée d’une croix rouge arrochée à son cou. Le peuple a perdu foi dans son premier défenseur. Et celui qu’il portait aux nues est désormais voué aux gémonies dans une scène qui rappelle clairement le « false god » peint sur le buste de la statue de superman.

Cette réflexion amène à un des passages les plus forts de ce tome : le face à face entre la population et ses héros. Doit-on accueillir un Deku blessé et le laisser se reposer ou doit-on le rejeter au nom de la sécurité collective ? Là encore les débats rappellent l’univers des comics, notamment dans le film The Dark Knight le dilemme des ferrys imposé par le Joker à des habitants et à des prisonniers. L’auteur de My Hero Academia met les citoyens face à leur responsabilité. Sont-ils uniquement des consommateurs ou peuvent-ils à leur niveau agir en héros ? Il approfondit aussi la notion de héros en rappelant que si beaucoup d’êtres naissent avec des pouvoirs, une poignée a choisi de les utiliser pour aider la collectivité. Ces alters sont autant un don qu’une malédiction et de simples humains comme Deku ont montré que l’on pouvait devenir un héros sans alter.

Critique du tome 33 de My hero Academia : l'heure du rassemblement

My Hero Academia : les nouveaux alliés

Beaucoup plus intimiste, réflexif que le volume précédente, ce tome 33 n’en n’oublie de continuer à enrichir son univers. Il va livrer deux surprises de taille. La première tourne autour de Stain le tueur de héros. Son histoire laissée un temps en suspend revient au premier plan pour bouleverser tout ce que l’on croyait savoir. L’adversaire se révèle plus trouble et lié d’une étrange façon à All Might. Ceci s’inscrit dans la plongée, effectuée déjà dans les tomes précédents, dans l’univers sombre des super-héros.

La seconde surprise intervient à la fin du volume. Sans la dévoiler, elle est en lien avec le troisième long métrage My Hero Academia. Elle augure d’un final palpitant voire de futures extensions de l’univers de base ou pourquoi pas cross-over inattendus. En tout cas l’auteur a encore énormément de billes dans son sac et chaque nouvel opus nous fait attendre avec impatience le prochain.

Sans titregfhggh Critique du tome 33 de My hero Academia : l'heure du rassemblement

Ce 33è volume de My Hero Academia est à nouveau une grande réussite. Différent du précédent par son ambiance et son calme, il enrichit l’histoire d’une réflexion forte sur la société, l’engagement et le courage. Rappelant que les récits super-héroïques sont des mythes modernes, métaphores de nos sociétés.