More
    More

      Critique « Search and Destroy », volume 1 : une revisite musclée du mythique Dororo !

      Avec Search and Destroy, Atsushi Kaneko (Soil, Deathco) reprend les bases du chef-d’œuvre de Tezuka et le transpose dans un récit de science-fiction sans concession !

      Tezuka revisité

      Cette année, les éditions Delcourt continuent de fêter en fanfare les 90 ans de la naissance du génie Osamu Tezuka ! Après la sortie début février de l’édition prestige de Dororo ainsi que du premier volume de la revue-hommage Tezucomi, c’est au tour d’Atsushi Kaneko de mettre la main à l’ouvrage. Avec Search and Destroy, il nous promet un triptyque éclatant de talent et au rythme infernal.

      Search and Destroy pose son récit au cœur de la ville d’Hachisuka. Ici, la misère et le luxe se côtoient de près dans les rues ravagées par une ancienne guerre civile. Derrière les immeubles et les statues gigantesques saluant la victoire, humains et créatures robotiques appelées « creech » tentent de survivre. C’est le cas du jeune Doro, un petit garçon qui gagne sa vie en détroussant les passants. Mais il commet le vol de trop le jour où il s’introduit dans les appartements de Kick, le puissant dirigeant creech de la pègre locale. Alors qu’il est sur le point d’être éliminé, surgit une silhouette armée jusqu’aux dents ! Elle décime en un clin d’œil la garde rapprochée de Kick puis le parrain lui-même, et termine en lui prélevant sa langue…

      Cette silhouette aux membres mécaniques, c’est Hyaku. Orpheline de guerre, la jeune fille a une revanche à prendre ! En effet, lorsqu’elle était enfant, quarante-huit « créatures » ont démembré son corps pour s’en accaparer les morceaux. Depuis, Hyaku, transformée en machine, mène une vengeance sans pitié pour récupérer ce qui lui appartient ! Et il semblerait que le jeune Doro et ses capacités particulières pourraient être un atout appréciable…

      Une quête d’identité enragée !

      Search and Destroy reprend donc à son compte les grandes lignes de l’histoire de Dororo : un duo en apparence mal assorti, un corps découpé en 48 parties, une lutte contre des forces malveillantes. Mais là où Atsushi Kaneko tire son épingle du jeu, c’est d’abord par son style graphique inimitable. Ainsi, dans un jeu d’ombres et de lumière, les planches deviennent très cinématographiques. Les scènes de combat sont magistralement retranscrites, avec un rendu très immersif (voir le combat dans le tunnel autoroutier, une vraie pépite !).

      La deuxième force de Search and Destroy, c’est son personnage principal. En effet, Hyaku se pose dès le départ comme une héroïne forte, au visage marqué par une colère que rien ne semble pouvoir faire plier. Pourtant, derrière son corps fait de métal, ce sont des émotions bien humaines qui s’entrechoquent !

      La dernière partie de ce premier tome permet d’en apprendre plus sur elle, et de comprendre les enjeux de la bataille qu’elle a entreprise. Car au-delà d’une lutte contre des « creech » corrompus et criminels, Hyaku est à la recherche d’une identité, de son identité propre. Qui est-elle ? Quel est son passé ? Pourquoi a-t-elle été victime de ces quarante-huit créatures ? Retrouver les parties de son corps suffira-t-il à apaiser cette rage qui bouillonne en elle ? Parviendra-t-elle au bout de cette quête désespérée ?

      Enfin, quelques touches d’humour (le bagout de Doro, les petites infirmières robotiques…) font redescendre la pression. Car dès la première de couverture, la tension est à son maximum ! Le jeu de couleurs et le regard quasi halluciné de Hyaku happent le lecteur et offrent un avant-goût de ce que sera le récit : une guerre titanesque entre des ennemis prêts à tout !

      Search and Destroy transcende l’hommage pour devenir une œuvre unique, mettant la science-fiction au service d’un récit prenant et intense. Ce premier volume pose les bases solides d’une quête d’identité aux ramifications multiples : objectivation, discriminations, question de l’inné et de l’acquis, résistance à l’oppression… Plongez sans hésiter dans cette réinterprétation magistrale de Dororo, aux côtés de Hyaku, la fille à la peau de bête !

      Série prévue en 3 tomes, éditions Delcourt/Tonkam.

      Pour lire un extrait, c’est ici !

      Pour voir l’interview d’Atsushi Kaneko à propos de Search and Destroy, c’est par là !

      LAISSER UN COMMENTAIRE

      S'il vous plaît entrez votre commentaire!
      S'il vous plaît entrez votre nom ici

      Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

      Publicité