More
    More

      Cowboy bebop : la série live de Netflix dévoile ses premières images

      L’adaptation en live de la série Cowboy Bebop est un véritable serpent de mer. Les annonces se sont en effet succédées depuis plus de 10 ans. Certaines, sérieuses, d’autres, plus vagues, suscitant attente et déception chez les fans.  Pourtant, l’engouement reste intact. En effet, l’anime de Shinichiro Watanabe est devenu culte dès sa diffusion en 1998. Les raisons de cette fascination sont triples. D’abord, la richesse graphique, l’animation irréprochable et l’univers bariolé construit par Watanabe. Ensuite, le mélange des genres où se côtoient  western, space opera et polar noir. Enfin, la bande son mythique composée par l’immense et toujours inspirée Yoko Kano. C’est finalement la plateforme Netflix qui annonce en 2019 avoir lancé la production d’une version « avec des acteurs » dont le tournage s’est achevé en mars 2021. 

      Cowboy Bebop pour faire oublier Death Note ?

      La plateforme de SVOD sait qu’elle est s’attaque à un monument de l’animation et qu’elle sera attendue aux tournants. En effet, le public se rappelle sa très maladroite adaptation de Death Note. Il aura aussi en mémoire les adaptations oubliables par les studios hollywoodiens de Dragon Ball, Ghost in the Shell ou Gunnm. Première note d’espoir, la présence aux commandes de la musique de la géniale Yoko Kano.

      Au niveau de l’écriture, c’est Christopher Yost, capable du pire (Thor II The dark World) comme du meilleur (Thor Ragnarok, The Mandalorian), qui a été engagé. Gageons que son travail sur le troisième opus des aventures du dieu nordique et sur le western spatial version starwars lui permette de saisir le ton de l’anime. Niveau réalisation, ce sont André Nemec et Jeff Pinker, scénaristes et producteurs sur les deux films Tortues Ninja, sur Mission Impossible Ghost Protocol, sur Venom ou encore sur le reboot de Jumanji, qui ont été recrutés. Un C.V. très éclectique dont il est difficile de tirer des enseignements. Seule certitude, Cowboy Bebop sera leur première réalisation. Etonnamment, le nom de Shinichiro Watanabe n’est pas associé au projet.

      Pas de grandes stars et quel budget ?

      Le casting est un écueil sur lequel les précédents projets se sont échoués. Netflix a choisi de parier sur des acteurs peu connus du public, à part John Cho dans le rôle de Spike Spiegel. Une décision audacieuse. Il faut se rappeler en effet que Keanu Reeves fut pressenti pour tenir ce même rôle dans le projet de la défunte 20th Century Fox, il y a une dizaine d’années. Le studio mise aussi sur la diversité ethnique, ne respectant pas totalement l’oeuvre, mais collant à l’esprit cosmopolite des histoires.

      En réalité, quel que soit le talent des acteurs, le vrai défi sera visuel. Il faut garder en mémoire que la 20th Century Fox, en son temps, abandonna le projet à cause du budget. En effet, Cowboy Bebop nous transporte en 2071 aux quatre coins du système solaire largement colonisé. Pour rendre crédible l’immersion, les effets spéciaux, les décors, les costumes devront donc être à la hauteur. A titre de comparaison, pour la série The Mandalorian, Disney dépensa 15 millions de dollars par épisode soit 100 millions par saison. Des sommes importantes mais nécessaires qui ont contribué au succès de l’oeuvre. Or, sur ce point, Netflix n’a pas communiqué.

      C’est donc avec impatience et inquiétude que nous attendrons la sortie le 19 novembre des 10 épisodes. Les clichés de tournage, dévoilés par Netflix, ne donnent pas beaucoup d’indications sur la qualité technique et narrative de la série.

      LAISSER UN COMMENTAIRE

      S'il vous plaît entrez votre commentaire!
      S'il vous plaît entrez votre nom ici

      Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

      Publicité