Wolfenstein 2 : The New Colossus : un FPS atypique mais réussi !

Wolfenstein 2 : The New Colossus : un FPS atypique mais réussi !

Test du FPS solo Wolfenstein 2 : The New Colossus sorti sur PS4, Xbox One et PC en octobre 2017

La série Wolfenstein tient une place toute particulière chez les amateurs de FPS old school. En effet, Wolfenstein 3D a marqué l’histoire du jeu vidéo au début des années 90. Développé par Id Software, il a introduit de nombreux éléments de gameplay qui allaient être réutilisés dans Doom quelques années plus tard. Et on connaît l’importance capitale de ce jeu, puisque les FPS ont pendant longtemps été appelés « Doom like« , c’est dire. De nos jours, l’éditeur Bethesda se fait un plaisir de ressusciter de vieilles licences. On pensera notamment à Fallout, mais aussi aux FPS qui ont fait d’Id Software un des développeurs les plus importants des années 90 – 2000. Doom a pu connaître une résurrection excellente l’année passée, et Quake Champions est actuellement en phase de bêta. Mais la série qui nous intéresse aujourd’hui a pu fournir également un nouvel opus : Wolfenstein The New Order, suivi par un préquel : The Old Blood. Oui, mais  B.J. Blazkowicz n’a pas fini de tuer du nazi et a droit à un nouveau tour de piste avec Wolfenstein 2 : The New Colossus

Une suite directe

Si vous avez fait The New Order (si ce n’est pas le cas, attention SPOILER), vous avez laissé  B.J. Blazkowicz mourant avec un ultime morceau de bravoure. Pas si ultime que ça puisque ses amis sont venus récupérer ce qui restait de lui et ont tenté tant bien que mal de recoller les morceaux. C’est après une ellipse résolument comateuse que le grand blond (sans chaussure noire) se réveille alors que ça tire de partout dans un sous-marin piqué précédemment aux nazis. Pas de repos pour les braves, c’est en chaise roulante que vous allez dégommer vos premiers nazis. Ce début assez particulier donne le ton à l’ambiance qui affirme une personnalité marquée d’entrée de jeu à ce Wolfenstein 2 : The New Colossus.

wolfenstein 2 : the new colossus
salut les gars ça roule ?

Une ambiance teintée de grotesque

Quand je dis grotesque, je parle au sens premier du terme. En effet, l’ambiance va alterner entre violence, humour, épique, et se hissera parfois jusqu’au grotesque qui rend l’univers parfaitement décalé. L’épopée en chaise roulante au début illustrera parfaitement cette ambiance, et montrera que ce bon William n’a pas fini de galérer. D’ailleurs, pouvant être vu au premier abord comme un bourrin caricatural,  B.J. Blazkowicz n’oublie pas d’être parfois nuancé, avec des expressions désespérées et mélancoliques et le doublage français du légendaire Patrick Poivey (voix française de Bruce WIllis) va parfaitement bien avec le personnage. Il ne peut arrêter le combat, mais semble être conscient d’une seule issue possible. Le protagoniste principal ne cherche pas la victoire, mais se contente de continuer un combat qu’il ne peut cesser quoiqu’il arrive. Côté ennemis, on est devant une Frau Engel complètement barrée qui ferait presque penser à un joker sous acide. Les soldats, eux, semblent être des pantins sans personnalités qui rigolent machinalement quand il faut rigoler, et qui exécutent des ordres en mode automatique. Le grotesque atteint son paroxysme dans certaines scènes glauques, ou des discussions surréalistes, notamment quand Fraulein nazie engueule sa fille parce qu’elle mange trop de gâteaux. Vas-y fais-toi plaisir, ce n’est pas comme si tu étais en train d’attaquer le QG de la résistance. Mais Wolfenstein 2 : The New Colossus ne se contente pas d’accumuler du what the fuck comme le ferait un Saints Row, mais jongle bien avec différents registres avec brio. Un morceau de bravoure pourra être judicieusement coupé par du comique, ou une scène prévisible par quelque chose d’inattendu. Visiblement, il est question de jouer avec les clichés des fictions de guerre empreintes de patriotisme et de les démonter. L’histoire est donc une réussite, une sorte d’OVNI dans le monde des FPS, et s’en sort haut la main aidée par une ambiance unique.

Oui, ce sont deux nazis qui discutent régime
Wolfenstein 2 : The New Colossus
Ceux qui ont vu cette scène s’en rappellent, forcément…

Et le gameplay dans tout ça ?

Parce qu’on n’est pas chez Telltale, on ne se contente pas de raconter une histoire, mais on laisse bien au joueur un gameplay pour tuer des nazis (le plaisir coupable de beaucoup de monde, on ne va pas se mentir). Wolfenstein 2 : The New Colossus est un shooter nerveux et bien dosé. Bien évidemment, certaines scènes vous demanderont de tirer dans le tas en avançant en ligne droite, d’autres vous feront défendre un lieu en dézinguant des nazis par vagues, mais d’autres passages vous demanderont de tuer en priorité des commandants pour qu’ils ne déclenchent pas l’alarme. Il faudra alors bien exploiter le level design pour vous en sortir sans trop de bobos. Ce dernier est assez réussi dans l’ensemble, mais il aurait été bon de varier un peu plus les environnements. Parce qu’à part quelques scènes plus ou moins jouables (pensez à celle du trailer, dans la ville américaine, avec le nazi au bar), vous parcourrez surtout des ruines et des bâtiments assez impersonnels. Un peu dommage, surtout que les graphismes s’en tirent plutôt bien. Autre élément : le manque de variété d’armes. Il est toujours possible de vous équiper d’une arme dans chaque main pour varier un peu, mais dans l’ensemble rien de bien folichon. L’amélioration des armes par ajout de pièces détachées est assez sommaire, et se contentera de vous faire installer une lunette de visée ou un chargeur amélioré par exemple. Les armes lasers étant assez fun à jouer, on aurait aimé un peu plus d’armes originales pour varier un peu de la mitraillette ou du fusil à lunette. A noter également que vous traverserez le jeu dans une armure (un peu type exosquelette) mais qui ne change pas grand-chose au gameplay. Un peu décevant.

L’approche frontale ne sera pas une bonne idée ici

Un challenge assez relevé

Si vous en avez marre des FPS qu’on finit en 5 heures sans trop galérer, ne vous en faites pas : Wolfenstein 2 : The New Colossus devrait vous donner un peu de fil à retordre. Même en normal, vous pouvez assez facilement mourir en vous prenant quelques balles par un soldat lambda (ein lambdaten zoldat ?). Si vous êtes friand de challenge, les difficultés supérieures vous offriront un défi assez poussé. Au-delà de ça, la durée de vie est assez moyenne, surtout qu’il n’y a aucun mode annexe pour étoffer un peu l’expérience. Si vous ne voulez pas refaire le jeu en difficulté supérieure, il y a une bonne chance pour que vous ne touchiez plus au jeu une fois terminé.

Comment t’es arrivé là toi ?

Je vous vois venir : « Y’a pas de multi ? ». Non et ce n’était pas le but. Proposant une ambiance unique qui joue brillamment sur les clichés du genre, sans non plus basculer totalement dans la parodie, Wolfenstein 2 : The New Colossus vous fera suivre des personnages attachants et vous tiendra en haleine si vous accrochez à l’ambiance un peu particulière. Côté FPS, vous affronterez des nazis par vagues dans un level design efficace avec un gameplay assez nerveux. On regrettera un peu le manque d’armes, et les quelques défauts du gameplay. Malgré ces défauts, Wolfenstein 2 : The New Colossus est la preuve vivante (enfin, la preuve encodée) que de bons FPS solo peuvent encore être développés.

« Au fait Mike, on est cons, pourquoi qu’on porte encore des cagoules vu que c’est légal ce qu’on fait ? »
Wolfenstein 2 : The New Colossus : un FPS atypique mais réussi !

Graphismes

Jouabilité

Scénario

Originalité

Durée de Vie

Bande Son

Summary:
La technique s'en sort bien en proposant des graphismes corrects. Le gameplay reste agréable malgré quelques défauts. De son côté, l'histoire est bonne, renforcée par une ambiance qui rend Wolfenstein 2 : The New Colossus un titre original et plaisant à découvrir. Hélas, la rejouabilité est limitée, à moins que vous ne soyez amateurs de challenge.

70%

Laissez votre commentaire