More
    More

      Kings of Nawak Brewery, la légende d’une bière locale

      Sur un air de Joan Jett, Justfocus a été invité à découvrir la brasserie Kings of Nawak Brewery à Bouville dans le Sud-Essonne, fondée en 2020 par une bande de musiciens, amis depuis toujours. Ils ont souhaité se lancer dans l’aventure de la bière accompagnée de la folle légende du Roi Houb 1er, troubadour reconverti en brasseur pour ses troupes. Ce jour-là, nous avons pu rencontrer Marc, Eric et Stéphane qui nous ont raconté la fantastique aventure de la brasserie Kings of Nawak Brewery.

      Hello Marc comment ça va aujourd’hui ?

      Bah écoute, ça va bien et toi ! Ce matin, on a fait le marché de Boutigny- Sur-Essonne et maintenant, il y a les copains, Stéphane et Eric, qui brassent quatre cents litres de bière aux fruits rouges donc c’est plutôt cool !

      La bière aux Fruits rouges c’était à l’origine une bière que vous proposiez pour la Saint-Valentin, elle est à présent rentrée dans la gamme tout le temps ?

      En effet, c’était une bière d’origine pour la Saint-Valentin, on avait une étiquette assez sympa avec notre roi Houb 1er et de jolis petits cœurs, et on a eu beaucoup de retours positifs sur cette bière. On nous a demandé si on en avait encore après la Saint Valentin et donc on a rassuré les gens en leur disant que cette bière allait rentrer dans notre gamme de bières qu’on aura quasiment tout le temps.

      bière pour répétitions de musique

      A l’origine, avant de créer la brasserie Kings of Nawaks Brewery, vous êtes un groupe de musique, qu’est-ce que vous jouez comme style de musique ?

      Depuis un peu près de trois ans, on joue ensemble, on a deux compos à nous. Mais on fait principalement de la reprise rock, ça peut aller de Alain Baschung qui n’est pas ce qu’il y a de plus rock à Chili Peppers. En gros, on fait du Rock Alternatif.

      Et dans cette bande de musiciens, vous êtes combien ?

      On est cinq dans le groupe de musique, un de nos membres ne participe pas à l’aventure de Kings of Nawak Brewery, et dans la brasserie, nous avons un brasseur qui n’est pas musicien.

      Et donc, comment est venue cette idée de passer d’un groupe de musique à une brasserie ?

      Il faut savoir que la bière est présente pendant les répétitions, cela fait partie de la préparation pour les concerts et c’est peut-être là où on est les meilleurs… Non, plus sérieusement, on est amateurs de bières en répétition et pour nos 40 ans à Stéphane et moi, nos femmes nous ont offert un pistage de brassage à Paris. Donc, on a fait ça ; et à la sortie, on s’est acheté le matériel de brassage et on a toute de suite brassé en amateur.

      C’était bien, parce qu’on a vraiment découvert la bière en la faisant nous-même. On a vu qu’il pouvait exister d’autres choses que ce qu’il y avait dans le commerce, qu’il y avait une vraie différence de saveurs et donc, on s’est mis vraiment à brasser nos propres bières pour nos répétitions, puis pour nos copains. Et puis, de fil en aiguille un soir on s’est dit « Tiens, les gars, et si on y allait ? ». Et ils ont dit oui. Donc c’est parti comme ça et c’est une superbe aventure qui nous plait encore plus que ce qu’on avait imaginé. Parce que nos habitués qui reviennent avec leur famille et leurs amis, c’est génial !

      Vous avez démarré Kings of Nawak Brewery pendant la pandémie et ça ne vous a pas fait peur ?

      Complètement, l’entreprise s’est créée juste après le début de la pandémie et nous avons commencé à vendre en novembre 2020. En soi, la pandémie ne nous a pas réellement pas touché. Pour la petite unité de production qu’on a, on est bien tombé, on a senti un vrai retour au local et au « sein », on s’est plutôt bien trouvé, au bon moment. Cependant, aujourd’hui, on a besoin de grandir et c’est là où la pandémie nous coince.

      Au niveau des points de ventes, vous êtes où ?

      Nos bières sont disponibles dans un premier temps à notre atelier : 1 rue du Moulin à Bouville juste derrière l’église le lundi et samedi de 14h à 18h ou sur rendez-vous.  Chez Beer’s not dead à Dourdan, à Intercaves à Etampes et Itteville, Aux Vins de la Halle à Milly-la-Forêt, Chez Bières à l’Affût à Saint-Genièvres-des-Bois, au marché de Boutigny-Sur-Essonne, La Cave de Nozay, Chez le Bar Bu, des copains qui ont ouvert un bar à Méréville et ils vendent nos bières en la mettant en avant c’est vraiment super cool.

      Est-ce que tu peux nous parler dans un premier temps des bières que vous vendez et des autres produits mise à la vente ?

      Dans nos bières, on a la gamme qui s’appelle les Nawak donc c’est une blonde, une ambrée, une black et l’IPA qui vient de sortir. Bientôt, la bière aux fruits rouges qui va rentrer dans cette gamme, et on a une bière blanche qui est faite en partenariat avec le château de Farcheville à Bouville. C’est une blanche aux agrumes dont certains des agrumes pas tous, car ils n’ont pas assez de production viennent du Château de Farcheville, et on fait nos bières avec ça.

      Donc, les bières sont centrées sur une production locale ?

      En effet, On essaye d’être le plus local possible sans se mettre de barrière. Par exemple, nos malts sont bios et viennent de Pithiviers dans le Loiret. Mais les houblons, ils sont français pour la plupart, on essaye d’avoir des houblons de Bonnelles en Yvelines. C’est un artisan qui va plus loin que le bio, c’est très bien pensé.

      Mais on ne s’interdit rien par exemple dans notre nouvelle bière IPA, ce sont des houblons way-iti qui viennent de Nouvelle-Zélande et c’est vraiment une saveur particulière avec du fruit de la passion, des fruits exotiques. Donc, on ne se met pas de barrières mais on essaye de faire le plus propre possible, d’avoir le moins de déchets. Par exemple, toutes nos céréales sont récupérées et données à la ferme de Beaumont qui les donne aux cochons et aux moutons. Donc nous, c’est revalorisé, on est super content.

      Donc vous avez ces quatre bières, la blanche et celles aux fruits rouges en préparation, quels sont les autres produits ?

      Un super tee-shirt Kings of Nawaks Brewery avec grand roi Houb 1er derrière et le petit roi Houb 1er devant, on a aussi nos tire-bouchons et décapsuleurs qui s’aimantent au frigo. On a nos verres « pintes anglaises » qui sont actuellement en rupture de stock avec le logo de la brasserie.

      Est-ce dans cet atelier que vous fabriquez vos bières?

      Aller, je vous fait la visite, tout commence en – 50000 av JC quand… Non, on ne va pas aller trop loin, sinon, nous en avons pour la nuit. Donc la bière c’est de l’eau, des céréales, des houblons et des levures. Le malt c’est une céréale qui a été préparée pour transformer l’amidon qu’elle contient en sucre. On a du malt blond ou torréfié. Nous, après ce qu’on va faire avec ces céréales, on va les concasser grossièrement. Pour rendre l’amidon plus accessible aux enzymes. Tout ça, on va le mettre dans une quantité d’eau et à une certaine température, on va brasser.

      Pour récupérer le jus de tout ça. Donc, on va filtrer avec le jus qui va aller dans la cuve à ébullition. On va faire bouillir pendant une heure pour aseptiser le tout pour enlever les bactéries. Puis, on va insérer les houblons et à la fin, on met les houblons pour parfumer. On fait un grand tourbillon pour centrer les déchets. Ensuite, on va récupérer un liquide clair qu’on va faire refroidir. Puis, le mettre dans nos cuves de fermentation et mettre les levures. Afin qu’elle travaille pendant trois semaines pour transformer le sucre en alcool et en CO².

      Ensuite, il y a l’embouteillage, comme on travaille en atmosphérique, nos cuves ne gardent pas le CO². On va resucrer légèrement la bière dans des cuves de resucrage, puis on va mettre tout de suite en bouteille. Ainsi, les levures vont retravailler, manger le sucre et faire à nouveau du CO² . Pour avoir de belles bulles dans nos bières…

      Quel est le futur envisagé ?

      Il y a un futur avec un grand point d’interrogation car on vient d’acheter du matériel d’embouteillage. Mais comme on a tous un métier à côté, on n’a pas beaucoup de temps pour la brasserie; alors que l’embouteillage demande beaucoup de temps et des ressources puisqu’il faut qu’on soit nombreux donc c’est forcément le week-end. Alors que c’est le moment où on devrait avoir de la disponibilité pour la vente et notre famille aussi.

      Donc, on a acheté une ligne d’embouteillage qui doit arriver, et seulement, on ne sait pas où la mettre. On a un vrai problème de place. Puis a beaucoup de demandes sur le fût, de la 75. Aujourd’hui, par ce manque de place on ne peut pas répondre. On cherche un local pour s’agrandir et pour travailler plus. Mais en même temps, c’est une super nouvelle! Parce qu’on a plein de retours positifs et on est vraiment content de ces retours.

      Vous pouvez retrouver nos brasseurs de Kings of Nawak Brewery sur Instagram, Facebook et leur site internet.

      N’hésitez pas a aller découvrir l’article sur le musée à ciel découvert pour l’art contemporain.

      LAISSER UN COMMENTAIRE

      S'il vous plaît entrez votre commentaire!
      S'il vous plaît entrez votre nom ici

      Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

      Publicité