More
    More

      [Report] Sciences Frictions à la Cité des Sciences – Expérience réussie

      Jeudi 27 avril, Justfocus a bien voulu être cobaye pour Sciences Frictions #1 : Expérience réussie pour cette première édition à la Cité des Sciences et de l’industrie !

      La Cité des Sciences nous a gâté et vient véritablement de trouver une nouvelle façon originale de faire venir un nouveau public dans ses murs.

      Quoi de mieux qu’une Nocturne avec un programme original pour amener les visiteurs à parcourir les expositions ?

      Sciences Frictions

      A peine arrivé, des acteurs nous accueil avec des discours délirants : Un prête nous invite à fuir les lieux, maugréant contre la science, le progrès… Un peu plus loin, une sorte de mafieux nous fait changer de file en nous faisant croire qu’il a des contacts et qu’il peut nous faire rentrer. Pendant la fouille des sacs (Plan vigipirate oblige) une nounou gigantesque nous accueille en nous promettant de prendre soin de nous. Déjà  la soirée s’annonce décalée et ce n’est pas pour nous déplaire.

      Sciences Frictions

      Mais nous voici déjà dans l’entre de la Cité des Sciences et le programme est chargé. 
      On perd un peu de temps à vouloir faire des câlins à un panda virtuel avant de faire un peu de Hula Hoop pour s’échauffer. Nous voilà partie pour une régression dans la Cité des Enfants. Armés d’un casque audio nous évoluons au son du Label Antinote. Une visite rythmée et délirante. Tous les visiteurs s’éparpillent dans les différents jeux, parcours, expériences. On s’éclabousse avec les jeux d’eau, on rampe pour voir des fourmis, on s’émerveille devant des papillons, on court, on chahute gentiment… On esquisse parfois un pas de danse en se laissant porter par la musique.

      Lorsqu’on monte à l’étage, autre découverte, du monde pour accéder au bar, mais moins d’amateur pour se laisser tenter par des mets étranges. Jimini’s nous propose de manger des insectes en apéritif. Expérience gustative validée. Il s’agit là de sensibiliser les visiteurs à une alternative à la viande. Je dois admettre qu’il faut sauter le pas, mais une fois tenté, on s’y fait !
      Quelques mètre plus loin, une vingtaine de personnes d’agitent autour d’un babyfoot géant. Un écran géant permet de faire des graffitis lumineux tandis que quelques uns font la queue pour vivre une expérience de réalité virtuelle. Pour ceux qui se sentiraient désœuvré, un magicien retient leur attention.
      Mais où sont tous les autres visiteurs ? Ils se sont éparpillé dans les expositions : Quoi de neuf au Moyen Age en train de faire des fouilles archéologiques, Terra Data en train de tenter de sauvegarder leurs données sur la toile… Certains font de la musique avec les pieds sur un piano géant dans l’exposition sur le son et d’autres perdent la tête avec des expériences colorés et hypnotique dans Jeux de Lumière.
      Quelques visiteurs se sont fait intercepter par un hypnotiseur sous le regard subjugué de quelques curieux.

      La Femme

      Mais il est 22h et le concert de La Femme rassemble tout ce beau monde au cœur de la nef de la Cité des Sciences. C’est parti pour une heure et demi de musique. Même si l’acoustique n’est pas idéale, l’ambiance est là, palpable, vibrante et elle parcourt les moindres recoin de l’espace ! 

      Nous ne sommes malheureusement pas resté plus tard pour Superpoze dont le concert a du commencer vers minuit et on regrette que Sciences Frictions ne se déroule pas plutôt un vendredi soir pour en profiter pleinement et plus longuement.

      Quoiqu’il en soit, cette formule est un franc succès et on espère que l’expérience sera renouvelée. On a hâte d’entendre parlé d’une nouvelle programmation et on espère qu’elle sera aussi délirante.

      Bravo la Cité des Sciences pour cette initiative !

      0

      2 Commentaires

      LAISSER UN COMMENTAIRE

      S'il vous plaît entrez votre commentaire!
      S'il vous plaît entrez votre nom ici

      Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.