More
    More

      Bonne rentrée…littéraire !

       

      On comprend la confusion. L’idée de retourner bosser est loin d’être séduisante, il vous faut un vrai soutien psychologique. Entre mi-août et fin octobre, ce sont pas loin de 600 romans inédits qui verront le jour pour ce grand cru 2015. Alors, lequel vous fera rêver? Justfocus vous propose une sélection des titres-phares de la rentrée.

      Le 20 août dernier, Toni Morrison ouvrait le bal avec la parution aux éditions Christian Bourgeois de son 11e roman intitulé Délivrances. L’auteur de 84 ans, couronnée des prix Nobel et Pulitzer, y retrace le destin de Lulla Ann Bridewell, héroïne noire à l’enfance massacrée par des parents dégoûtés de leur fille, qui cherche à travers l’amour une éventuelle renaissance. Toutes les thématiques caractéristiques de son écriture poignante sont une fois encore abordées et replacées dans un contexte moderne : la soumission, la violence, la famille, la haine de soi, mais aussi l’enfance et le racisme institutionnalisé aux États-Unis.

      Également paru le 20 août dernier, L’infinie comédie de David Foster Wallace, pour la première fois traduit en France aux éditions de l’Olivier. Attendu comme du pain bénit, ce roman culte (et fleuve : 1488 pages !) est considéré comme le chef d’œuvre de cet auteur disparu trop tôt . Les éditions Au Diable Vauvert publient d’ailleurs simultanément C’est de l’eau, le discours prononcé par le romancier devant des étudiants du Kenyon College en 2005.

      «C’est l’histoire de deux jeunes poissons qui nagent et croisent le chemin d’un poisson plus âgé qui leur fait signe de la tête et leur dit, « Salut, les garçons. L’eau est bonne ? »
      Les deux jeunes poissons nagent encore un moment, puis l’un regarde l’autre et fait, « Tu sais ce que c’est, toi, l’eau ? »»

      Si vous ne connaissez pas l’illustre David Foster Wallace, sachez qu’il s’agit d’une des figures majeures du postmodernisme US. Mélangeant culture pop et philosophie, David Foster Wallace a mis fin à ses jours il y a sept ans. The End of the Tour est sortit cet été aux Etats-Unis. Il s’agit d’un film qui raconte les 5 jours durant lesquels le journaliste David Lipsky a interviewé l’écrivain qui venait alors de publier L’infinie comédie.

      Un roman de Yasmina Khadra est toujours un événement. La dernière nuit du Raïs, sa dernière bombe, est sortie elle aussi le 20 août dernier aux éditions Julliard. Il s’agit d’un roman littéralement dans la peau du colonel Khadafi : il raconte son histoire à la première personne du singulier. Auteur d’une trentaine de romans dans une veine politique et sociale, l’écrivain algérien a vu nombre de ses ouvrages retranscrit à l’écran, notamment sa trilogie la plus célèbre : Ce que le jour doit à la nuit (2012), L’Attentat (2013) et Les Hirondelles de Kaboul (réalisation en cours). Il reprend dans son dernier livre des thématiques qui lui sont familières et risque de connaitre, une fois encore, un succès incroyable.

      On a déjà pu retrouver chez Albin Michel le tout dernier Amélie Nothomb, Le crime du comte Neville. Paru le 19 août dernier, ce roman inspiré d’une nouvelle d’Oscar Wilde, met en scène une jeune fille, dégoûtée de la vie, qui veut aider son père en se faisant assassiner par lui. Aussi étrange qu’à son habitude, notre romancière raconte donc les interrogations du dandy averti par une voyante d’un meurtre qu’il va commettre. Il s’agit là du 24e roman d’Amélie Nothomb.

      Toujours chez Albin Michel, le 1er octobre sortira Le sixième sommeil, par l’auteur des Fourmis, Bernard Werber. L’écrivain entame ainsi un nouveau cycle avec un roman axé autour de la thématique du sommeil, comme vous avez pu le deviner. Le héros de 28 ans, Jacques Klein, rencontre en rêve un homme qui lui ressemble étrangement et prétend être lui, âgé de 20 ans de plus. Il aurait mis au point un moyen de voyager dans le temps et d’apparaître dans ses rêves de jeunesse.

      Enfin dans la rentrée littéraire française on peut également noter la publication d’une « fiction numérique », de Chloé Delaume et Franck Dion. Alienare est un roman numérique d’anticipation qui se déroule sur 48 heures et retrace les aventures d’un groupe du même nom chargé de détruire l’unité centrale d’une société assujettie à la domination scientifique. Après Ah., d’Emma Reel, publié en janvier 2012, il s’agit de la seconde œuvre numérique que les éditions du Seuil publient. Alienare, conçue pour les Iphones et Ipad, contient une centaine de feuillets de textes et 146 vidéos, illustrées par des bandes-son originales.

      Il s’agit bien évidemment d’une liste non exhaustive, qui vous présente le paysage de cette période folle qu’est la rentrée littéraire de septembre. Libres à vous de vous en inspirer !

       

      image: clubic
      0

      LAISSER UN COMMENTAIRE

      S'il vous plaît entrez votre commentaire!
      S'il vous plaît entrez votre nom ici

      Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.