More
    More

      Wendy plus intrépide et déterminée que jamais

      Que vous soyez grand ou petit, vous connaissez tous la légende de Peter Pan, ce grand classique Disney sorti en 1953 et qui ne vieillit pas avec les années. Behn Zeitlin s’inspire de ce conte qui a bercé ses rêves d’enfants et se met à la réalisation de Wendy. C’est une version bien plus moderne de l’histoire du monde merveilleux de Peter Pan qui sortira en salle le 9 décembre.

       Synopsis

      Wendy, petite fille pleine de désirs n’a qu’une envie, partir à l’aventure. Rythmée par une vie routinière, elle s’invente chaque soir des histoires délirantes qu’elle met en image à l’aide de dessins sortis tout droit de son esprit. Elle souhaite garder son âme d’enfant pour toujours et l’idée de devenir comme sa mère, dénuée de rêves, la hante.

      Un soir, interpellée par une voix elle décide de s’enfuir et saute par la fenêtre pour atterrir sur le toit d’un train en marche. Ses frères jumeaux la suivent et c’est ainsi que démarre une grande aventure guidée par nul autre que Peter Pan en personne.

      Un air de récré

      Voulant obtenir un effet naturel, Ben Zeitlin a choisi de tourner en extérieur à Montserrat, île montagneuse des Antilles. Tous les éléments clés du film sont réels : les vieux bateaux, le volcan, la forêt et même la baleine.

      Afin que les personnages accompagnent cette authenticité, le réalisateur a mis en place des castings sauvages. Il s’est rendu dans les écoles, les librairies, les lieux publics à travers le monde car il ne voulait pas de professionnels. C’est ainsi qu’il a trouvé Devin France et Yashua Mack pour jouer les rôles de Wendy et Peter Pan. Deux révélations artistiques incroyables qui arrivent à nous transmettre des émotions fortes.

      Yashua Mack a été repéré dans le camp de Nyahbinghi Rastafari, situé en pleine forêt sur l’île voisine d’Antigua. Il n’avait que 5 ans à l’époque et a bluffé le réalisateur grâce à sa témérité. Il fallait un petit garçon qui n’aie pas peur de s’aventurer, de se salir et de marcher nus pieds.

      C’est alors que le plateau de tournage s’est transformé en une véritable cour de récréation. Tous les enfants avaient envie de jouer, de profiter de la forêt, de la mer et de leur liberté loin des parents. C’était en fait un peu comme une colonie de vacances.

      Vieillir, une véritable angoisse

      C’est l’histoire d’une quête, celle de Wendy et ses frères. Tous les 3 ont peur de grandir. Être enfant c’est avoir des rêves, de l’espoir, être insouciant et optimiste sur la vie. Malheureusement, le passage à l’âge adulte est inévitable, il est donc inutile de lutter contre. On finit tous par oublier de s’amuser, on devient mature, on commence à se soucier de tout et la vie devient plus compliquée. Seules quelques exceptions sont épargnées et leur âme d’enfant perdure.

      Certains mûrissent plus rapidement et commencent à s’inquiéter malgré eux. C’est souvent dû à des événements tragiques qui bouleversent leur vie et la détruisent comme un coup de massue.

      Ce film dépeint la complexité du passage entre insouciance enfantine et prise de conscience adulte. Personne ne sait quand ni pourquoi il n’est plus un enfant. Ce moment n’est pas forcément visible physiquement, parfois c’est simplement l’esprit qui périt.

      Un remix dans l’air du temps

      En 1953, la ségrégation raciale était encore de mise aux États-Unis et la parole de la femme n’était pas libérée. Par conséquent, le Peter Pan version Disney ne contient que des personnages à la peau blanche et Wendy ne représente que la figure maternelle de l’époque.

      Cette nouvelle version qui s’est simplement inspirée du conte n’est en aucun cas un remake. Ici, Peter Pan est noir et Wendy est une jeune fille intrépide, téméraire et indépendante.

      A l’heure où le féminisme est à son apogée et le mouvement Black Lives Matter en plein essor, le film est en quelque sorte l’effet miroir du temps. Il fait donc échos à l’actualité et montre qu’il est possible d’avoir à la fois une personne de couleur et une jeune femme en haut de l’affiche.

      Wendy est un film moderne qui s’est adapté au contexte social actuel. Il montre bien que ce sont les adultes qui font des polémiques. Effectivement, lorsqu’on est enfant, garçon ou fille, blanc ou noir, on peut tous s’amuser il n’y a aucune différence. La question n’a d’ailleurs jamais été soulevée dans le film, les enfants s’entendent tous comme une évidence. La seule limite étant l’imagination de chacun.

      Rendez-vous donc le 9 décembre pour découvrir ses enfants heureux de vivre et plein de tendresse.

      0

      LAISSER UN COMMENTAIRE

      S'il vous plaît entrez votre commentaire!
      S'il vous plaît entrez votre nom ici

      Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.