More
    More

      Un homme en colère : les retrouvailles explosives entre Jason Statham et Guy Ritchie

      Depuis le 16 juin dernier, le dernier film de Guy Ritchie est disponible dans les salles obscures. Un Homme en colère marque la quatrième collaboration entre le cinéaste et le comédien Jason Statham, qui revient dans un film de Guy Ritchie, plus de quinze ans après Revolver. Remake américain du film français Le Convoyeur, focus sur cette nouvelle proposition du cinéaste britannique :

      Un homme en colère : recette classique pour Guy Ritchie

      Disons-le de suite, Un homme en colère est loin d’être le meilleur film de Guy Ritchie. Après son excellent The Gentlemen, le réalisateur baisse de régime pour signer une œuvre beaucoup plus classique. En tout cas moins créative. Alors certes, Un homme en colère s’inscrit parfaitement dans la filmographie de son auteur. Pour autant, on a connu notre cher Guy Ritchie en meilleure forme.

      Un homme en colère : les retrouvailles explosives entre Jason Statham et Guy Ritchie

      Un homme en colère est loin d’être honteux, et est même un film d’action plutôt agréable. Guy Ritchie offre de nouveau à Jason Statham un rôle plus conséquent que la majorité de ses films, et lui permet une nouvelle fois de briller à l’écran. Dans un mutisme et un silence profond, le comédien incarne avec force et conviction un personnage méticuleux, indestructible et totalement invincible. Le portrait classique de l’action man de la fin des années 1990, revisité ici par Guy Ritchie. Un homme en colère, c’est d’ailleurs un peu ça. Guy Ritchie reprend la formule du cinéma d’action de cette époque, pour le remettre au goût du jour. Un film d’action au héros solitaire et torturé, sans concession, violent, bruyant, et surtout usant, à cause d’une durée beaucoup trop excessive. Tous les ingrédients sont là, les bons comme les mauvais.

      Guy Ritchie plus discret que d’habitude  

      Bizarrement, Guy Ritchie est plus calme que d’habitude. Il signe une mise en scène plus édulcorée, moins tape à l’œil qu’à l’accoutumé, débarrassée de tout artifice esthétique. Le but est de signer une réalisation plus brutale, plus sec, plus directe, pour servir le propos de cette histoire de vengeance implacable. Ici, pas de mise en scène clipée (ou très peu), pas de sur-découpage, pas de bande son pop entraînante, non Guy Ritchie veut frapper fort, sans fioriture. Et ça fonctionne plutôt bien, tant certaines séquences d’action valent le coup d’œil (notamment dans la dernière partie du film).

      Un homme en colère : les retrouvailles explosives entre Jason Statham et Guy Ritchie

      Evidemment, et heureusement pour ses fans, le style de Guy Ritchie apparaît néanmoins. Comme d’habitude, le cinéaste offre une intrigue à tiroir, avec plusieurs temporalités, plusieurs points de vue sur une même séquence, et un montage volontairement décousu. Comme d’habitude, il met en scène des personnages haut en couleur, à l’image des hommes de main du personnage de Jason Statham, ou de certains flics. Enfin, comme d’habitude, il propose quelques dialogues cocasses et savoureux. Mais encore une fois, le réalisateur est dans la retenue, et a muselé son style extravagant pour les besoins de son histoire. Un récit qui s’éloigne d’ailleurs beaucoup de Le Convoyeur (la version française), ce qui n’est d’ailleurs pas plus mal. Enfin, il faut souligner le maestro de la séquence d’ouverture, absolument renversante. Malgré tout, Un homme en colère, sans être mauvais, demeure un film mineur de la filmographie de Guy Ritchie.   

      LAISSER UN COMMENTAIRE

      S'il vous plaît entrez votre commentaire!
      S'il vous plaît entrez votre nom ici

      Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

      Publicité