More
    More

      The Voices, méfiez-vous du chat qui sommeille en vous

      Just Focus découvrait cette semaine The Voices, le dernier film de Marjane Satrapi, dont la sortie est prévue le 11 mars. Retour sur cette expérience hors du commun.   

      Synopsis: Jerry vit à Milton, petite ville américaine bien tranquille où il travaille dans une usine de baignoires. Célibataire, il n’est pas solitaire pour autant dans la mesure où il s’entend très bien avec son chat, M. Moustache, et son chien, Bosco. Jerry voit régulièrement sa psy, aussi charmante que compréhensive, à qui il révèle un jour qu’il apprécie de plus en plus Fiona – la délicieuse Anglaise qui travaille à la compatibilité de l’usine. Bref, tout se passe bien dans sa vie plutôt ordinaire – du moins tant qu’il n’oublie pas de prendre ses médicaments…

      A première vue, rien de fou dans le synopsis officiel du film. Pourtant, s’il fallait qualifier The Voices, ce serait définitivement le champ lexical de la folie qui serait employé. Un voyage perturbant entre les genres, de la romance au film d’horreur, en passant par le drame et la comédie. Le rire est présent, la peur aussi. Comme le dit Marjane Satrapi dans son interview pour Cinémateaser, « La cohérence du film tient à son point de vue : il repose sur un type qui ne voit pas les choses comme les autres ».

      The Voices film

      Ce type, c’est Jerry, incarné par Ryan Reynolds, magistral dans ce rôle de l’incertain toujours innocemment balancé entre le bien et le mal, représenté par son chien Bosco et son chat M.Moustache. Son interprétation pleine de simplicité doublée d’une intensité naturelle donne vie à ce personnage qui, malgré ses travers, réussit le pari de rester sympathique aux yeux du public. Gemma Arterton, toute en sensualité, et Anna Kendrick, énamourée, apportent la touche de féminité qu’il aurait manqué au film. Le jeu des acteurs est sublimé par une esthétique parfaite, irréprochable dans toutes les situations, y compris les plus improbables. La découverte de l’univers du film et l’escalade de la surprise tout au long de l’œuvre sont un tel délice que nous refusons de vous priver de ce plaisir en vous en révélant davantage.

      Sous ses airs de comédie déjantée et décalée, Marjane Satrapi nous offre un film profond et psychologique sur la question de la schizophrénie. Loin de tomber dans le piège du personnage maladif et pervers, The Voices dresse le portrait d’un homme sympathique, attachant, et finalement presque normal. Cette dimension donne alors toute l’ampleur aux questions de société qui en découlent : comment traiter ces individus à la marge ? Quelle aide peut-on leur apporter ? Mais surtout, jusqu’à quel point ?

      Un film beau, drôle, et surprenant, qui remet en cause les idées reçues et pousse à s’interroger sur le sens de nos actes, et la portée de nos pensées.

      Pour ceux qui ne sauraient résister à la curiosité d’en savoir plus, découvrez la bande-annonce de The Voices et rejoignez son univers décalé à travers la page Facebook officielle.

      0

      LAISSER UN COMMENTAIRE

      S'il vous plaît entrez votre commentaire!
      S'il vous plaît entrez votre nom ici

      Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.