More

    Scarlett Johansson crée déjà la polémique pour Rub & Tug

    Scarlett Johansson fait une nouvelle fois équipe avec le réalisateur Rupert Sanders pour son nouveau film Rub & Tug. Mais, avant même d’avoir un scénario finalisé, le long-métrage fait déjà polémique…

    Début juillet, le site Deadline révélait que Rupert Sanders (Ghost in the Shell) dirigerait Scarlett Johansson dans un prochain film. Le film serait dans la lignée d’American Bluff de David Russell et l’actrice américaine interprétera Jean Marie Gill, baron du crime dans les années 70 à Pittsburgh.

    Un scénario fou, basé sur une histoire vraie

    Rub & Tug sera en grande partie basé sur la vie de Jean Marie Gill. Morte à l’âge de 72 ans, cette Américaine s’est forgée tout un empire dans le milieu de la prostitution via, entre autres, des salons de massage. Elle est aussi connue pour avoir été impliquée dans le « Steroidgate », le scandale à propos du dopage des footballeurs américains de Pittsburgh. Mais surtout, Gill est célèbre pour s’être fait passer pour un homme, Dante « Tex » Gill, afin de percer dans le monde du crime.

    Dante Tex Gill
    Jean Marie Gill dit Dante Tex Gill

    La polémique

    Il y a 15 ans, le choix de Scarlett Johansson pour incarner Gill n’aurait pas posé de problème. Mais maintenant les questions d’identité sexuelle sont plus mises en avant et mieux prises en considération. Or, Gill était une personne transgenre et certain.e.s sont scandalisé.e.s qu’un.e transgenre n’ait donc pas été choisi pour ce rôle. C’est ce que dénonce notamment l’actrice Trace Lysette, elle-même transgenre et victime de cette discrimination : « Donc vous pouvez continuer à jouer nos rôles mais on ne peut pas jouer les vôtres ? »

    D’autres se sont joins à ces critiques comme l’actrice Jamie Clayton (Sense 8The Neon Demon) qui regrette que les acteur.rice.s transgenres ne décrochent que des rôles de transgenres. Elle appelle les réalisateur.rice.s à leur offrir des rôles plus diversifiés.

    Contactée par le site internet Bustle, Scarlett Johansson aurait esquivé l’attaque en se cachant derrière le fait qu’elle n’était pas la première à le faire : 

    “S’ils veulent des commentaires, dites leur de contacter les représentants de Jeffrey Tambor, Jared Leto et Felicity Huffman. » 

    Ces trois acteurs ont eux aussi incarné des personnes transgenres.

    Les polémiques autour des personnages incarnés par Johansson deviendraient presque une habitude. En 2017, c’était son rôle dans Ghost in the Shell qui lui avait valu les foudres des défenseurs de la diversité. Son personnage était en effet initialement japonais et il fut reproché à la production de ne pas avoir choisi une actrice japonaise. Pire, on l’accusa même d’avoir voulu « japoniser » Scarlett Johansson.

    0

    LAISSER UN COMMENTAIRE

    S'il vous plaît entrez votre commentaire!
    S'il vous plaît entrez votre nom ici

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.