More
    More

      Avant la sortie de Logan, Retour sur les deux premiers Wolverine

      Alors que ce mercredi sort sur nos écrans Logan, dernière aventure du X-Man Wolverine, toujours porté par Hugh Jackman et toujours réalisé par James Mangold, retour sur les deux précédents opus de la saga.

       

      X-Men : Origins Wolverine de Gavin Hood – 2009

      19044916

      Gavin Hood, à qui l’on doit les récents Eye in the Sky et La Stratégie Ender était l’initiateur d’une nouvelle idée de la Fox : faire des spin-off des personnages de la franchise X-Men intitulés Origins, en commençant par le plus charismatique et populaire : Wolverine. Il devait par la suite en être de même pour Tornade et Magnéto mais les projets furent avortés.

      Ce premier Wolverine est certainement le film le plus détesté de la franchise X-Men. Gavin Hood n’en fait qu’à sa tête et a perverti les origines du mutant. Même si le spectateur assiste à la création des griffes en adamantium, permettant d’obtenir les réponses aux questions posées dans X-Men 2, X-Men Origins Wolverine transforme de nombreux points de l’histoire originelle de l’Arme X. A commencer par la présence de Dents de Sabre, avancé comme étant le frère de Logan. Une origin story qui n’a rien à voir avec les origines expliquées dans les comics de Stan Lee. Mais passons puisque l’interprétation animale de Liev Schreiber offre un très bon Dent de Sabre, beaucoup moins effacé que dans le premier film.

      Mais le gros souci pour les fans était le résultat de la première apparition cinématographique de Deadpool, déjà interprété par Ryan Reynolds, pour un rendu qui se traduisait comme un véritable affront pour les afficionados. Wade Wilson se retrouve charcuté, affublé de pouvoirs inédits tels que la téléportation ou les rayons destructeurs de Cyclope, pour, comble de l’ironie, se voir la bouche cousue, servant à faire taire l’infatigable bavard initial. Finalement on retiendra seulement la scène post générique qui, elle, rend hommage comme il se doit au mercenaire immortel de l’univers Marvel.

      Heureusement, tout n’est pas à jeter dans ce premier opus. Si l’on enlève la romance faussement séduisante, des méchants plutôt insipides et surtout un scénario sans queue ni tête, ce premier Wolverine est à prendre comme un divertissement relativement humble qui ne cherche pas à faire autre chose que distraire. On remarquera néanmoins le fan service disséminé ça et là, avec l’apparition de Charles Xavier ou même la présence de Gambit, unique rôle cinématographique interprété à l’époque par Taylor Kitsch (Battleship, John Carter). Remy Lebeau, mercenaire ambiguë, est un personnage phare de l’univers des X-Men. Channing Tatum se démène pour porter une adaptation solo du personnage. Le héros, bien que relativement effacé, permettait une introduction correcte du personnage.

       

      The Wolverine – Le Combat de L’Immortel de James Mangold – 2013

      153326

      En 2013 James Mangold, réalisateur de 3h10 pour Yuma et Copland, signait un long métrage fortement sous-estimé. Reprenant la suite des aventures de Logan, le cinéaste confronte son personnage au Japon. Lui offrant une back story asiatique en hommage aux classiques des comics où Wolverine a fait sa vie, un temps, dans ce pays. Il entame avec Le Combat de L’Immortel le déclin du personnage, que ce soit au niveau de ses pouvoirs mutants ou au niveau de sa foi personnelle. Ainsi, Logan vient complètement s’inscrire dans cette continuité.

      Le Combat de L’Immortel, bien que manquant de panache, était relativement ambitieux. Le film offre une esthétique appréciable, une image et des décors hivernaux jouant astucieusement avec les couleurs froides, une scène mémorable sur un train avec des Yakusas et un combat dans la neige en hommage aux multiples films d’arts martiaux. De plus, Le Combat de L’Immortel est l’occasion de faire apparaître le Samouraï d’Argent, ennemi emblématique de Logan. Pour autant le scénario demeure très classique, se reposant sur un dénouement douteux et des méchants pas très charismatiques. Dommage car cette suite avait nettement plus d’ambition que son prédécesseur, mais les qualités sont noyées dans des tout-venant hollywoodiens.

      Ce mercredi sort la dernière aventure solo de Wolverine, pour la dernière fois sous les traits de Hugh Jackman. James Mangold a promis un film âpre et violent, librement inspiré du fantastique Old Man Logan, représentatif du personnage dans les comics, c’est également ce qu’on nous avait promis pour le premier Wolverine. Réponse cette semaine. 

      1 COMMENTAIRE

      LAISSER UN COMMENTAIRE

      S'il vous plaît entrez votre commentaire!
      S'il vous plaît entrez votre nom ici

      Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

      Publicité