Critique "La Nuit Venue" de Frédéric Farrucci : la nuit est solitaire

Critique « La Nuit Venue » de Frédéric Farrucci : la nuit est solitaire

La semaine continue pour le Champs-Elysées Film Festival. Dimanche 14 juin, à partir de 18h, c’est un long-métrage français qui nous a été proposé. La Nuit Venue, premier long-métrage du réalisateur Frédéric Farrucci. Tourné avec un petit budget, le casting n’en est pas moins surprenant : la chanteuse Camélia Jordana fait partie des têtes d’affiche. Retour sur ce film tourné en plein Paris. 

Aux côtés de Camélia Jordana, le réalisateur Frédéric Farrucci a mis un point d’honneur à donner les rôles des personnages chinois à des acteurs natifs de Chine. Ce qui nous vaut des dialogues jonglant entre le français et le chinois, sous-titrés bien sûr.

Naomi est française et strip-teaseuse, Jin est un sans papier chinois chauffeur de VTC. A la solde de la mafia chinoise qui menace sa famille restée en Chine, Jin travaille pour eux dans le but de payer sa dette. Passionné de musique électro et ancien DJ, il aspire à vivre de sa musique. Naomi, elle, rêve d’une vie meilleure, loin de Paris et de son métier nocturne.

Une histoire nocturne

La Nuit Venue, tourné en plein Paris et surtout en pleine nuit, donne un côté magique et mystérieux à la capitale française. Le réalisateur nous le dit lui-même, abordant la rencontre entre Naomi et Jin :

« Ensuite l’arrivée de Naomi dans sa voiture bouleverse la circulation du héros, en le conduisant à faire le tour du périphérique par exemple, un lieu où je perçois une forme de beauté la nuit, pourtant absolument laid de jour. Sur un plan esthétique, je voulais une nuit d’un noir dense et des trouées de néons. »

Pour l’esthétique du film, c’est réussi. Une nuit noire, des personnages mystérieux rajoutant un côté sombre à l’histoire, un club de musique rempli de néon… Tout y est.

Critique "La Nuit Venue" de Frédéric Farrucci : la nuit est solitaire

Une histoire d’amour certes, mais La Nuit Venue est avant tout un drame. Et ici, le drame surprend. On le sent venir, il est quelque peu prévisible oui, mais il surprend quand même. Les personnages sont attachants, on a envie de les voir réussir, de les voir s’en sortir.

Frédéric Farrucci nous ouvre une porte sur le Paris sombre, le Paris de nuit. Il nous guide à travers les yeux d’un immigré chinois, qui veut bien faire les choses mais qui désire par dessus tout protéger sa famille restée à Pékin. Le réalisateur français nous montre aussi les dessous d’une vie de Parisienne banale le jour, mais qui danse la nuit pour subvenir à ses besoins. Vivre à Paris vend du rêve à certains mais constitue une prison pour d’autres, où le seul échappatoire est de partir loin en laissant tout derrière soi.

Quelques bémols

Cependant, on peut relever quelques bémols, qui une fois corrigés, auraient pu donner plus de profondeur à ce long-métrage nocturne. Si l’on a un aperçu de la vie privée de Jin, il n’en est pas de même pour celle de Naomi. On ne sait que très peu de choses à son propos, ce qui laisse planer le doute autour de son personnage, et nous laisse la tête pleine de questions. On s’attache à son personnage, mais pas assez. Pas assez pour ressentir sa tristesse et son besoin urgent de quitter Paris.

Du côté de Jin, sa vie personnelle est une partie superficielle de l’histoire, et elle ne devrait pas. On aimerait creuser plus en profondeur sur son lien avec la mafia chinoise, son arrivée en France et sa mystérieuse dette impayée. Tout comme pour le personnage de Naomi, on s’attache, mais de manière insuffisante. En savoir plus sur son vécu et ses ressentis nous aurait permis en tant que spectateur de comprendre ses sentiments en se mettant un peu plus à sa place.

Critique "La Nuit Venue" de Frédéric Farrucci : la nuit est solitaire

Du côté du drame, quelques ajustements sont à faire. Tout le long du film, le rythme est le même, posé, calme, au rythme d’une balade en VTC, on ne sent ni les bosses ni les virages brusques. En revanche la fin elle, est brutale. Elle arrive trop vite et ne nous laisse pas le temps de nous réjouir. La conclusion donne l’impression d’avoir loupé plusieurs scènes coupées, et c’est dommage. Le drame arrive comme un cheveux sur la soupe et laisse tel quel, bras ballants et sur notre fin. Peut-être que quelques scènes supplémentaires n’auraient pas été de trop.

La Nuit Venue est disponible sur le site du Champs-Elysées Film Festival. Gratuit et disponible à tous, il n’attend que vous !

Bande-annonce La Nuit Venue 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.