More
    More

      Critique « Pour le réconfort » de Vincent Macaigne : diviser pour mieux penser

      Le premier long métrage de Vincent Macaigne, connu avant tout pour son travail d’acteur et de metteur en scène au théâtre, est sorti ce mercredi dans les salles. Après son court-métrage Ce qu’il restera de nous, Pour le réconfort s’inspire de la Cerisaie de Tchekhov et interroge la société actuelle en abordant la lutte des classes. Deux enfants issus de la néobourgeoisie Pauline (Pauline Lorillard) et Pascal (Pascal Rénéric), ayant dilapidé la fortune dont ils ont hérités et n’ayant pas payé les traites de la maison familiale, reviennent sur leur domaine en terre Orléanaise afin d’en organiser la vente. Ils se confrontent alors à leurs amis d’enfance, d’origine modeste, qui n’ont jamais quitté leur campagne.
      Le film qui été présenté à l’ACID (Association du Cinéma Indépendant pour sa Diffusion) lors du 70ème festival de Cannes, s’impose comme LE film de cinéma indépendant du moment!

      S’engueuler pour exister

      Dans Pour le réconfort, il est question de sujets qui divisent. Comment faire sa place lorsque l’on est trentenaire dans une société française qui vieillit en maison de retraite? La figure du petit bourgeois propriétaire « qui se gave » est-elle réellement aussi détestable qu’elle semble l’être? Le prolétaire qui s’est construit à la sueur de ses bras et de son travail est-il aussi respectable qu’il le prétend? Poursuivre des démarches écologiques suffit-il à faire de vous une personne aux vertus plus nobles? Pauline, Emmanuel, Laure, Laurent, Pascal, Joséphine, tous sans exception s’invectivent, ils règlent leurs comptes, ça gueule, ça gueule fort même et ça en devient drôle, tristement drôle. On en attendait pas moins du metteur en scène fougueux qu’est Vincent Macaigne et l’on perçoit toute l’influence théâtrale et tragique qu’il a su insuffler à son film. Le récit se construit autour de longues séquences de monologue mais les personnages tout au long du film ne sont jamais seuls. C’est là peut être que surgit le réconfort : être en désaccord, crier mais crier pour se sentir vivant et créer une action collective.

      Un film de troupe

      Vincent Macaigne qualifie son film de « geste », une expérience résultant du désir de filmer et d’enregistrer ces visages d’acteurs qu’il connait si bien et qui ont évolué ensemble artistiquement sur de nombreux projets. Il rassemble le temps de deux semaines de tournage avec pas plus de deux techniciens des personnalités qu’il laisse s’exprimer face à la caméra dans un cadre en 4/3 pour souligner l’importance des propos, l’environnement étant secondaire. C’est donc dans ce contexte d’improvisation, de mouvement sans connaitre réellement la destination finale que se crée la matière que le réalisateur utilisera pour écrire son histoire lors du montage.

      Susciter le débat

      En ne plaçant aucun de ses personnages au dessus des autres, Macaigne réalise un véritable tour de force en terme de montage, qui lui aura demandé 4 années de travail. Il n’y a pas de vainqueurs dans les débats, tous les personnages possèdent une part exécrable et attendrissante à la fois. Le film se conclut par ce qu’il y a de plus brutal en soi, le départ de Pascal et Pauline, sans idées bien définies pour le spectateur concernant la suite des évènements. Le réalisateur clôt son film par une fermeture de cadre qui rappelle la fermeture du rideau au théâtre sans apporter véritablement de réponses aux débats. Macaigne passe le relai au spectateur: c’est à lui désormais de s’interroger et d’interroger l’autre pour continuer cette action, ce « geste » initié par le film.

      Vincent Macaigne a le mérite de faire exister un tel film, minimaliste dans la technique et grand dans l’intention. Pour le réconfort suscite la réflexion et la discussion auprès des spectateurs par des dialogues cinglants et pas nécessairement de haute volée intellectuelle, et c’est ce qui fait toute sa force! On avait presque oublié qu’on pouvait gueuler au cinéma et réaliser un film hors des circuits classiques de production, alors rien que pour ça, merci Vincent!

       

      Bande annonce Pour le réconfort:

      https://www.youtube.com/watch?v=WwuQc-cV_bU

       

      0

      LAISSER UN COMMENTAIRE

      S'il vous plaît entrez votre commentaire!
      S'il vous plaît entrez votre nom ici

      Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.