Critique « Les Indestructibles 2 » de Brad Bird : tout d’amélioré sauf l’originalité

Critique « Les Indestructibles 2 » de Brad Bird : tout d’amélioré sauf l’originalité

Note

Critique « Les Indestructibles 2 » de Brad Bird : tout d’amélioré sauf l’originalité

Musique

Animation

Montage

Scénario

Réalisation

Summary:
Une suite très drôle, à la hauteur du premier, mais qui manque parfois d'originalité.

88%

  1. Projeté à Annecy, à l’occasion du Festival du film d’animation 2018, découvrez Les Indestructibles 2. Dans ce second opus, on retrouve notre famille préférée. M. Indestructible, Elastigirl, Violette, Flèche, Jack-Jack et Frozone, ils sont tous là. Mais les rôles ont changé. M. Indestructible s’occupe du foyer pendant qu’Elastigirl court après les méchants. Seconde évolution du monde des Indestructibles, il est à présent plus réaliste et proche de notre réalité, avec des problématiques actuelles : politique du protectionnisme, travail des femmes, bataille des sexes…

Une drôle de famille moderne : rire de notre époque

On rit beaucoup à travers le prisme du papa au foyer, incarné par M. Indestructible. Le père de la famille super-héroïque se retrouve débordé par les tâches domestiques. Et surtout par Jack-Jack, petit monstre qui permet de mettre en place des scènes hilarantes qui rappellent celles de Scrat, l’écureuil de L’ Age de Glace devenu la mascotte des studios Blue Sky… Pixar vient de trouver la sienne. Peu à peu, M. Indestructible perd en sommeil et gagne en problèmes, donnant lieu à une ribambelle de scènes hilarantes, comme celle où il confie le bébé à Edna Mode et qu’elle conforme Jack-Jack à son image.

Deuxième thème utilisé à des fins burlesques : la guerre des genres créée par la situation papa au foyer/maman au travail. M. Indestructible a énormément de difficultés à admettre que sa femme est au moins aussi efficace que lui (si ce n’est plus) sur le terrain : ce que Brad Bird n’hésite pas à nous confirmer. Ou encore l’inquiétude constante d’Elastigirl lorsqu’elle laisse les enfants à la charge de son mari, au foyer. Le méchant, l’Hypnotiseur, hypnotise ses cibles au moyen des écrans. Il incarne le problème de la déshumanisation par la numérisation. Enjeux classiques de notre société, déjà abordés par des séries récentes comme Black Mirror.

Disney et le monopole des supers

C’est la 2ème franchise Disney, avec Les Nouveaux Héros (2015),  à mettre en scène des super-héros. Encore une autre utilisation du concept de super-héros par la marque qui a racheté les Studios Marvel en 2008 et qui est en cours de négociation pour les Studios 20th Century Fox (X-Men, Wolverine)… A la technique, on est ravi de retrouver le talent des studios Pixar et son rendu toujours aussi soigné. Donc pas de surprise à ce niveau-là. Côté scènes de combat, on n’a pas d’autres mots que « hallucinantes » pour les décrire : plans-séquences super dynamiques, travellings originaux et bagarres épiques sont au programme. De vraies scènes super-héroïques qui donnent la sensation de voir un Marvel mais en animé. Impression renforcée par l’élargissement de la palette de personnages de la franchise dans ce second opus. Quant à la musique, elle est toujours aussi orchestrale (à la Star Wars, James Bond) que dans le premier et se marie parfaitement aux scènes de combat.

A la hauteur du premier ? 

Bard Bird nous offre un deuxième Les Indestructibles qui se donne les moyens de rivaliser avec un incroyable premier opus. Dynamique et drôle, le film d’animation, inverse les rôles parentaux établis dans le premier Les Indestructibles pour faire ressortir les disparités de la société d’aujourd’hui (droits des femmes, parents au foyer, bataille des genres). Si Les Indestructibles 2 a une lecture plus politique, il garde l’âme du précédent qui mélangeait à la perfection film familial et film de super-héros. Le seul reproche qu’on peut faire à ce film d’animation, c’est l’utilisation d’un scénario réchauffé et de situations assez récurrentes dans les films de super-héros. Comme par exemple le fait de devoir arrêter un train (déjà dans Les Indestructibles 1, dans Spiderman 2, ou encore Batman Begins).

Dans l’ensemble, l’histoire de cette suite ressemble beaucoup à celle du premier : un des parents est bloqué avec les enfants et les corvées quotidiennes, pendant que l’autre utilise ses compétences de super-héros pour ramener de l’argent au foyer. Violette s’amourache toujours du beau brun de sa classe et Jack-Jack découvre ses pouvoirs. Si un éventuel troisième opus était envisagé un jour, Brad Bird et son équipe devront donc veiller à faire des efforts quant à l’originalité du scénario. Ce nouvel opus reste à la hauteur du premier. Pour les nostalgiques comme pour les fans de super-héros et d’animation de qualité, Les Indestructibles 2 est fait pour vous. 

 

Bande-annonce de Les Indestructibles 2 :

 

Laissez votre commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.