More
    More

      Critique « Les heures sombres » de Joe Wright : Gary Oldman au sommet !

      L’année cinématographique 2018 commence fort avec un biopic au top du top ! Porté par un Gary Oldman au sommet de sa forme, Les heures sombres relate l’arrivée au pouvoir du légendaire Winston Churchill durant la seconde guerre mondiale. Une intéressante histoire qui, bien que romancée, offre un point de vue aussi mature que passionnant sur ces événements historiques. Focus ! 

      Un Gary Oldman tout bonnement parfait 

      Que dire sur Gary Oldman… Il est à la fois Dracula, Sirius Black (Harry Potter), l’inspecteur Gordon (trilogie The Dark Knight), Lee Harvey Hoswald (JFK), Norman Stanfield (Léon), Jean-Baptiste Emanuel Zorg (Le cinquième élément)… Cet homme a interprété tellement de rôles cultes qu’il a progressivement acquis le statut de légende vivante pour les cinéphiles du monde entier. Cependant, il était aisé d’émettre des réserves quant au choix de cet acteur pour le rôle de Winston Churchill. Non pas que l’on doute de son talent, mais il faut bien admettre que la ressemblance physique est… Comment dire ? Totalement inexistante ! 

      Pourtant, quel tour de force le film opère dans la métamorphose de l’acteur. Non seulement Oldman ressemble désormais à Winston Churchill mais en plus, il l’interprète parfaitement. A la fois attachant et charismatique, l’acteur donne tout ce qu’il a dans ce rôle d’envergure. Après tout, Churchill est un sacré morceau à interpréter, physiquement certes, mais également en terme de caractère. C’est en cela que Gary Oldman nous montre toute sa puissance dramatique. Celui-ci jongle parfaitement entre la violence verbale de l’ancien Premier Ministre et sa sensibilité exacerbée. Il sait ainsi être brutal, tout en sachant se calmer pour nous interpréter un personnage émotif et en proie au doute. En bref : encore une réussite de la part du comédien britannique, qui nous démontre une fois de plus être capable de TOUT interpréter (après Churchill, on l’attend au tournant dans le rôle de Martin Luther-King ou de Margaret Thatcher … Si si ! Après avoir vu ce film, vous aussi, vous y croirez !). 

      Des personnages attachants au sein d’une mise en scène classieuse 

      Lorsqu’on réalise un biopic, il est aisé de tomber dans le film historique insipide voire ennuyeux. Pourtant, il est impressionnant de constater à quel point cette oeuvre ne perd pas en force malgré sa durée de deux heures. Cela est dû à deux éléments qui, couplés, nous offrent un film fort plaisant à regarder. 

      Le premier élément réside dans l’écriture des personnages. Si on pense bien évidemment à Churchill, dont la psychologie surplombe logiquement tout le film, les autres personnages ne sont pas en reste non plus. Clementine Churchill par exemple, est une épouse aimante mais également une femme très forte, capable de tenir tête au râleur acariâtre (et l’expression est faible) qu’est son mari. La performance impeccable de Kristin Scott Thomas retranscrit impeccablement le caractère de cette épouse aussi attachante que robuste.

      Ben Mendelsohn est également bluffant en Roi George VI. La tache n’était pourtant pas aisée. Rappelons qu’il passe après le grandiose Colin Firth, oscarisé pour le même rôle dans Le discours d’un Roi. Pourtant, Mendelsohn nous offre une performance remarquable, laissant entrevoir un personnage sévère dont la carapace s’effrite peu à peu face au bonhomme qu’est Churchill. Même s’il est difficile de dissocier la fiction de l’Histoire avec un grand H, il est plaisant en tant que spectateur de s’imaginer que les relations étaient de cet ordre entre les personnages.

      A ces relations humaines fort bien décrites, s’ajoute une mise en scène à la fois dynamique et classieuse. Les heures sombres réussit à ne pas tomber dans le piège du biopic monotone et surprend par le rythme qu’il impose au spectateur. Le film retranscrit parfaitement le stress continu qu’impose une guerre à ses citoyens mais également à ses politiques. Il démontre que malgré leur statut privilégié, les politiques qui se sentaient réellement concernés par le conflit subissaient une pression absolument stratosphérique. C’est en ça que Les heures sombres est particulièrement réussi. En plus de conférer une vraie humanité à ses personnages (même les moins importants), il permet une plongée assez vertigineuse dans les coulisses de la Seconde Guerre Mondiale via sa réalisation énergique. Mais cette vitalité dans la réalisation n’est pas son seul point fort. Nous restons tout de même dans un cadre très anglais, ce qui implique une certaine retenue (ce n’est pas comme si nos voisins anglais étaient à cheval sur les étiquettes et la discipline…). De ce fait, le film garde une excellente allure et sait se poser quand il en a besoin. Cette alternance de rythme très bien maîtrisée permet ainsi de garder le spectateur en haleine durant tout le visionnage.  

      Passionnant, élégant, dynamique et merveilleusement interprété, Les heures sombres est un film permettant au cinéma de commencer l’année 2018 en beauté ! Un bel hommage à Winston Churchill, l’homme politique fumeur de cigares qui a sorti tellement de punchlines qu’on en a édité des recueils.  A découvrir absolument ! 

       

      Bande-annonce Les heures sombres 

      0
      Robin Uzan
      Journaliste, photographe et réalisateur indépendant, écrire pour Justfocus est un de mes plus grands plaisirs. Bonne lecture !

      LAISSER UN COMMENTAIRE

      S'il vous plaît entrez votre commentaire!
      S'il vous plaît entrez votre nom ici

      Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.