More
    More

      Critique « Drunk » de Thomas Vintenberg : à consommer sans modération

      Mads Mikkelsen est de retour dans son pays natal pour Drunk, le nouveau film de Thomas Vintenberg, le réalisateur de Kursk, La Chasse ou encore Festen. Drunk raconte le destin de quatre amis, tous les quatre professeurs dans un lycée, dont la vie commence à être monotone et sans grand intérêt. Ils décident d’appliquer une étude psychologique qui affirme qu’il manque à l’être humain 0,5 gramme d’alcool dans le sang pour être vraiment bien dans sa peau. Le quatuor décide donc d’appliquer cette hypothèse et ainsi étudier le résultat.

      Drunk : un film globalement réussi

      Thomas Vintenberg maîtrise son film. Globalement, il n’y a pas grand chose a reprocher à Drunk. C’est une comédie dramatique rythmée, parfaitement dirigée, qui offre des personnages attachants et une direction artistique impressionnante. L’histoire tient la route, que ce soit dans son intrigue ou dans la durée. C’est un long-métrage qui sait ce qu’il raconte et dans quelle direction se diriger. Les ressorts comiques sont très réussis. Et même si les ressorts dramatiques sont un peu plus attendus, ils sont nécessaires au déroulement de l’intrigue. Esthétiquement, Drunk propose quelques envolées visuelles intéressantes, notamment dans sa dernière partie, offrant une danse inoubliable de Mads Mikkelsen. Bref, Thomas Vintenberg sait ce qu’il veut raconter.

      Critique "Drunk" de Thomas Vintenberg : à consommer sans modération

      Le film doit évidemment beaucoup à la présence remarquée de Mads Mikkelsen. Tête d’affiche incontestable, il a même tendance à éclipser ses collègues, qui évoluent dans l’ombre de la star internationale. Dommage, car l’écriture de leurs personnages demeure elle aussi très intéressante. Drunk raconte l’évolution du héros, prof timide, taciturne, qui peine à se faire respecter par ses élèves et est de plus en plus invisible aux yeux de sa femme.

      Thomas Vintenberg raconte une histoire de libération. Celle d’un homme qui a perdu sa confiance en soi, son aisance, son aplomb, et va tenter de récupérer cette assurance en appliquant la théorie des 0,5 gramme d’alcool dans le sang. Et finalement, ce rapport à l’alcool est très secondaire. Parce que Drunk ne raconte pas les mésaventures d’une bande d’alcooliques, mais bien la réaffirmation d’un homme qui cherche sa virilité, sa foi et son outrecuidance. L’alcool n’est qu’un prétexte. Qu’un vecteur, pour ces personnages qui recherchent leur adolescence passée, leurs joies d’antan, et une affirmation d’une autre époque.

      Drunk manque peut-être légèrement d’audace

      Pour autant, Drunk est parfois limité dans son sujet. Thomas Vintenberg donne parfois l’impression de manquer de matière à son scénario. Parce que les sujets abordés par Drunk sont finalement assez classiques. Le cinéaste évoque la perte de libido, la dépression, l’adultère, l’ennui, la solitude, le manque, les regrets, bref des sujets inhérents au statut de quadragénaire. Il aborde la vieillesse, la chute, la disparition de la jeunesse et de tout ce qui va avec. Et l’alcool ne devient alors qu’une chrysalide, une enveloppe, un vecteur qui habille des tribulations finalement assez simplistes, mais heureusement non dénuées d’intérêt. Globalement, Drunk raconte la fameuse crise de la quarantaine, avec un angle plus original que le tout venant.

      Critique "Drunk" de Thomas Vintenberg : à consommer sans modération

      Il faut néanmoins souligner l’approche non moralisatrice employée par Thomas Vintenberg. Le cinéaste refuse de tomber dans le jugement, et de critiquer ou cautionner cette consommation excessive d’alcool. Il ne préfère pas trancher et ainsi laisser le spectateur faire son propre choix. Mais par cette décision, Thomas Vintenberg se refuse de prendre position. Il offre ainsi un message un peu succinct : « la consommation d’alcool, c’est bien, mais pas pour tout le monde ». Une conclusion assez simpliste, qui permet l’affirmation du personnage de Mads Mikkelsen, au détriment d’un autre protagoniste, pour qui l’alcool sera une lente et douloureuse descente aux enfers.

      Reste l’évolution du personnage de Mads Mikkelsen, assez impressionnante, surtout grâce à l’interprétation sans faille du comédien. Le développement de ce héros est finalement très réussi, passant par différentes étapes d’une reconstruction morale et psychologique totale. Entre le début et la fin du film, le protagoniste s’apparente à deux personnes totalement différentes. On peut également regretter que Thomas Vintenberg ne se concentre pas davantage sur ses autres personnages. Préférant narrer plus en profondeur les aventures du personnage incarné par Mads Mikkelsen, quitte à écarter les sous intrigues de ses collègues. Enfin, Drunk manque peut-être, très légèrement, de quelques ressorts comiques davantage mis en avant, et d’une mise en scène plus ambitieuse. Mais tout ceci n’est que du pinaillage, et Drunk vaut assurément le détour, notamment pour la prestation impressionnante de Mads Mikkelsen !

      Drunk est globalement efficace. Le rythme tient la route, les personnages sont attachants, le sujet est intéressant. Pourtant, il manque quelque chose, peut être dans la mise en scène, ou dans l’intrigue parfois téléphonée. On conseille quand même sans modération. 

      0

      LAISSER UN COMMENTAIRE

      S'il vous plaît entrez votre commentaire!
      S'il vous plaît entrez votre nom ici

      Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.