More
    More

      Critique de « De chaque instant » de Nicolas Philibert : L’humain qui est en nous

      La rentrée approche et nous rappelle que nos cours ne sont pas que dans notre quotidien mais aussi au cinéma. Ainsi, nous avions pu voir des jeunes se préparer au concours de la Fémis dans Le Concours La Crème de la Crème de Kim Chapiron évoquant l’univers fou des écoles de commerce ou encore Première Année de Thomas Lilti, qui lui sort le 12 septembre et nous narre la préparation aux concours de médecine. Mais cette semaine sort un documentaire qui n’a pas fait beaucoup de bruit dans les médias : il s’agit du film De chaque instant. 

      Avec ce documentaire, nous infiltrons les écoles d’infirmiers et passons ainsi de l’autre côté du lit d’hôpital. Après avoir été patients, vous voici plongés dans le quotidien de ces jeunes qui apprennent le métier complexe d’infirmier. Il est toujours intéressant de retranscrire un parcours scolaire pour les réalisateurs qui peuvent dans un premier temps se pencher sur un sujet qui les touche et dont ils sont proches. Mais dans un second temps, cela leur permet aussi une très grande liberté concernant la forme de leur long-métrage. En effet, comme on a pu le remarquer, on peut aussi bien raconter l’histoire d’une parcours « scolaire » sous la forme d’un documentaire ou d’un film de fiction. Rien n’est prédéfini et tout est possible. C’est ainsi que Nicolas Philibert a choisi de filmer la formation d’infirmier sous la forme d’un documentaire, ce qui n’est pas vraiment étonnant. 

      Grand habitué des documentaires, il fut même plusieurs fois récompensé pour son travail et notamment en 2014, où il reçu le César du meilleur documentaire pour La Maison de la radio, un documentaire immersif dans les locaux de Radio France. Ainsi, on pourrait penser que Nicolas Philibert allait nous proposer un documentaire d’une rare qualité mais hélas, la réalité est quelque peu différente. 

      Un documentaire à l’image du milieu décrit

      Le milieu médical est très épuré, très blanc et parfois un peu effrayant. Rien ne dépasse, tout doit être droit et l’exigence est totale. Dans un milieu où une erreur peut couter la vie, on regrette le manque de couleurs et de vie dans ce documentaire. Le film ne contient qu’une seule musique (qui apparaît à la fin du film) et les plans en extérieur ne cherchent pas à apporter de la couleur au film. Les plans sont fades et le temps gris, rendant le milieu du soin davantage épuré et presque sinistre. Le choix de ne pas mettre de morceau musical est regrettable car cela aurait réellement rendu cet univers plus attachant. Bien que cette absence de musique permette de se sentir davantage investi dans le sujet, elle nous donne l’impression d’être dans une chambre d’hôpital froide et sinistre.

      Il en est de même pour la mise en scène qui ne recherche pas à faire des plans élaborés mais simplement à montrer ce qu’il se passe. Un choix des plus tristes qui aboutit à une dernière partie se résumant par des champs / contre-champs. Cette volonté de montrer l’action de manière naturelle est louable et nécessaire mais Nicolas Philibert a mal choisi ses plans et aurait pu utiliser des caméras épaules ou des travellings afin de donner du mouvement. Mais là, rien ne semble intéressant alors que le thème abordé est passionnant. 

      Comprendre le soignant pour mieux soigner

      Bien que le film ne brille pas par sa mise en scène, le choix du sujet de Nicolas Philibert est très intéressant et même nécessaire. Le métier d’infirmier nous semble peut-être complexe et exigeant et il l’est. Ce documentaire a le mérite de faire comprendre ce métier, ce domaine et ces jeunes passionnés qui sont prêts à tout pour aider le patient, aider l’autre. Malgré des choix discutables, le réalisateur parvient à nous faire ressentir un grand nombre d’émotions dans son film. Il n’est d’ailleurs pas le seul puisque les quelques étudiants que l’on suit ne sont pas des acteurs, renforçant considérablement ce sentiment d’identification que l’on peut avoir. Le spectateur se souvient des expériences qu’il a pu avoir à l’hôpital mais ne s’est pas penché sur le rôle que pouvait avoir l’infirmier. Injustement comparé au médecin, on se rend compte que ce métier est plus important qu’une simple aiguille dans le bras et qu’il est polyvalent. 

      De plus, le film arrive à être poignant avec des témoignages qui touchent et qui, rappelons-le, ne sont pas des histoires racontées pour la forme. Et c’est là la force de ce documentaire : l’aspect humain, déjà présent dans sa thématique mais aussi par ses personnages. Evidemment il y a les élèves mais il y a aussi les professeurs et surtout les patients. Les enseignants sont attachants car très proches de leurs élèves mais les patients sont également intéressants car ce sont ceux qui nous ressemblent le plus. Ce documentaire est efficace parce que la simple vue d’un patient ou même d’une simple prise de sang nous rappelle des moments à l’hôpital et notre empathie est démultipliée.  Enfin, les thématiques abordées sont évidemment très importantes, comme la condition du métier d’infirmier mais aussi la mort, que la plupart des élèves finissent par affronter. Or, cette première expérience peut déstabiliser et c’est pourquoi elle est intéressante à filmer car même s’ils sont de futurs infirmiers, ce sont avant tout des humains. Attention cependant à ne pas abuser de ce genre de plans, au risque de lasser quelque peu le spectateur.

      De chaque instant est un documentaire qui a voulu mettre l’humain au premier plan, délaissant peut-être trop l’aspect technique. Et contrairement à ce que l’on peut imaginer, l’image et la mise en scène d’un documentaire sont aussi importantes que celles d’un film de fiction. Le documentaire n’est pas un « sous-genre » et la manière de le filmer est aussi importante que le message qu’il souhaite transmettre. De plus, De chaque instant reste un documentaire humain qui plaira surtout aux personnes dans le milieu médical. Cependant, il peut être intéressant de le voir. Que ce soit par curiosité ou simplement par envie, quoi qu’il en soit, vous en apprendrez surement beaucoup sur ce métier. 

      0

      LAISSER UN COMMENTAIRE

      S'il vous plaît entrez votre commentaire!
      S'il vous plaît entrez votre nom ici

      Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.